Le sympetrum méridional

C’est encore une espèce de Libellulidae dont les mâles sont rouges et les femelles brunâtres. Surtout méditerranéenne, elle est néanmoins présente de façon sporadique jusqu’en Bretagne ou en Normandie et même plus au nord encore lors de migrations erratiques.

Sympetrum méridionale Selys,1841

Sympetrum meridionale (femelle)

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Odonate Anisoptère

Famille des Libellulidae

ETYMOLOGIE :

Sympetrum signifie « abdomen renflé » et meridionale veut dire « méridional ».

Son nom vernaculaire anglais est « southern darter », le terme « darter », que l’on peut traduire par « qui part comme une flèche » désigne les libellules du genre Sympetrum.

Sympetrum meridionale (mâle)

DESCRIPTION :

Taille : c’est une espèce assez grande de Sympetrum avec une taille comprise entre 35 et 40 mm.

Forme, allure : il s’agit d’une libellule à l’abdomen allongé, de couleur rouge chez les mâles et jaunâtre à brunâtre chez les femelles. Les immatures sont également jaunâtres. Quatre espèces correspondent à ce signalement et sont assez proches : S. striolatum, S.sanguineum, S.fonscolombii et S.meridionale. Chez ce dernier, les marques noires de l’extrémité de l’abdomen (sternites 8 et 9) sont très discrètes voire absentes. De même les lignes noires des sutures thoraciques sont très fines et se voient à peine. Les pattes sont claires, avec une ligne noire. Les ptérostigmas sont pâles et bordés de sombre. C’est le point noir au dessus du métastigma (voir ci-dessous « détail à vérifier ») qui est sans doute le meilleur critère de reconnaissance de cette espèce.

Sympetrum meridionale

Coloration : rouge (mâles) ou jaunâtres (femelles et immatures).

Comportement : les mâles sont généralement perchés sur un poste de guet à l’extrémité d’une tige. De là ils guettent les proies éventuelles, mais également les femelles.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Sympetrum meridionale

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce se rencontre dans une partie de l’Europe tempérée et méditerranéenne. Elle occupe le pourtour méditerranéen occidental et l’Afrique du nord. Son aire de répartition s’étend en Asie jusqu’en Chine. En France, elle est surtout présente dans une grande moitié sud, mais elle est signalée en Bretagne, en Normandie. C’est une espèce erratique et migratrice qui a été enregistrée en Grande Bretagne et jusqu’aux Pays Bas.

mâle du sympétrum méridional

HABITAT : c’est une espèce qui vit à proximité d’eaux stagnantes, peu profondes, ensoleillées et riches en végétation : mares ensoleillées permanentes ou temporaires, bras mort de rivières. Elle supporte des eaux légèrement saumâtres.

PÉRIODE D’OBSERVATION : au nord de son aire de répartition on peut la rencontrer de fin juin à mi-septembre, et au sud de fin avril jusqu’à mi-novembre.

mâle du sympétrum méridional sur son poste d’observation

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes chassent des proies en vol, les larves sont aquatiques, elles se développent au milieu de la végétation et se nourrissent de petits invertébrés.

Reproduction : les mâles repèrent les femelles de leur poste d’observation et s’accouplent en tandem. La femelle pond rapidement, soit en tandem, soit seule mais le mâle reste à proximité. N’ayant pas d’organe ovipositeur, elle dépose ses œufs à la surface de l’eau ou du sol humide. L’éclosion a lieu après 25 à 30 jours.

femelle du sympétrum méridional

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

RÉFÉRENCES SUR LES ODONATES :

D’Aguilar, Dommanget & Préchac, 1985. Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. Delachaux & Niestlé.

Dijkstra, 2010. Guide des Libellules de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 2007).

Grand, Boudot & Doucet, 2014. Cahier d’identification des Libellules de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope Editions.

Livory, Sagot, Scolan & Lacolley, 2012. Atlas des Libellules de la Manche. Manche-Nature.

Papazian, 2017. Les Libellules de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Biotope éditions.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Réseau des Naturalistes Costarmoricains, 2014. Les libellules des Côtes d’Armor. Ginkgo Editeur.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais) 

SITES SUR LES ODONATES :

Libellules de France et d’ailleurs (France – en français)

Libellules des Mauges et du Monde (France – en français)

Dragonfly Pix

Odonates costamoricains (France – en français)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.