La cétoine dorée

Ce magnifique coléoptère aux reflets métalliques vient en été se nourrir sur les fleurs, celles des jardins, roses, pivoines, lui conviennent bien.

Cetonia aurata

Cetonia aurata

Cetonia aurata

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cetoniidae

ETYMOLOGIE : Cetonia = du mot grec désignant cet insecte et aurata = dorée

 

Cetonia aurata

DESCRIPTION :

Taille : La cétoine dorée mesure entre 14 et 20 mm.

Forme, allure : gros coléoptère à l’aspect métallique

Coloration : La coloration la plus fréquente est le vert, mais il existe toutes sortes de variantes, bronze, noir bleutée, dorée, aubergine, mais toujours avec un aspect métallique, et surtout, toujours avec les taches blanches, sortes de lignes dans la partie arrière des élytres. La tête, le thorax et les élytres sont toujours de la même couleur. Le pronotum est fortement ponctué sur les cotés.

Comportement : Consommatrices de fleurs, les cétoines dorées volent avec facilité, avec les élytres fermés, ce qui est rare, mais un décrochement latéral permet le passage des ailes membraneuses.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cetonia aurata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’espèce est présente dans toute l’Europe, plus fréquente dans le sud.

HABITAT : dans des endroits bien exposés au soleil, haies, jardins, lisières de bois. On les voit se poser sur les fleurs dont ils se nourrissent. Les roses ont leur préférence apparemment, d’où leur appellation « hanneton des roses », mais ils sont à ce titre suspectés de dégâts sur les roseraies. Sinon, le sureau et les ombellifères sont aussi visités.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes se trouvent d’avril à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : la cétoine dorée se nourrit de fleurs.

Reproduction : La ponte a lieu en mai-juin, avec l’éclosion de la larve au printemps suivant, parfois en début d’été. La larve est très proche de celle du hanneton, elle vit 3 ans dans le sol ou le bois pourri, mais contrairement à cette dernière qui consomme des racines et provoque des dégâts, la larve de cétoine contribue à la formation du terreau. On la trouve aussi sous les bacs à compost.

C’est une larve communément appelée « ver blanc » au corps blanchâtre et courbé en arc, avec trois paires de pattes et la tête pigmentée.

cetonia aurata

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Du Chatenet, 1986. Guide des Coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

The beetle fauna of Germany

21 commentaires pour “La cétoine dorée

  1. didou dit :

    la photo de la larve n’est pas celle d’une cetoine dorée mais celle d’un hanneton. la larve de la cetoine a des pates courtes et une petite tete et sa couleur est tres blanche. la larve du hanneton a des pates plus longues comme sur la photo !

  2. ROBERT dit :

    Les cétoines, sont des insectes d’une grande beauté, un peu patauds et lents sur leurs pattes mais ultras rapides au décollage, vrombissant en vol. Enfants nous les capturions sur les cigües dans les champs et nous jouions en les attachant par une patte arrière avec un fil très fin, nous les regardions voler après les avoir tenus captifs quelques instants dans nos mains. Cet insecte est très costaud, nous les sentions forcer leur sortie entre nos doigts vers la lumière, puis nous les libérions de leur liens, délicatement, en leur souhaitant bonne chance ! Aujourd’hui, plus âgé j’observe toujours d’un œil protecteur ces scarabées dans mon jardin.
    Chez les anciens Égyptiens le scarabée est le symbole du Dieu créateur qui sort de la terre et qui pousse le soleil devant lui … Chez moi c’est le symbole de l’été qui approche, le soleil et les fleurs, la jeunesse et la joie ! Rien n’a changé …

    • Mantion F dit :

      Mai 2017
      Votre prose est superbe et j’ai admiré
      la relation de vos souvenirs d’enfant.
      J’ai 2 ou 3 scarabées au cœur de mes
      pivoines.Faut il les enlever ou les laisser
      en place ? Je ne suis  » jardinière  » que depuis 3 ans et j’ai tout à apprendre….
      Donc en quête d’infos.
      Merci par avance.
      Françoise

  3. Béatrice dit :

    J’ai trouvé sous une souche ce qui me semble être une larve de cétoine, mais d’une longueur de 6 cm, c’est assez impressionnant.
    Comment sera l’insecte?

    • Glorieux Jean dit :

      Bonjour !
      -Moi aussi,en détruiaant une vieille souche d’un hêtre (il y a quelques années),j’ai trouvé,parmi de nombreuses larves de cétoine de taille normale,un « monstre » de 8 cm -Je ne suis pas du tout « entomo »,et je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’un « mutant »-L’ayant posé sr une pierre pour montrer « ma bête »,un corbeau qui passait me l’a volé !

  4. Richard dit :

    J’ai constaté la présence de cétoines dorés sur les fruits (même encore verts) de mes arbres fruitiers (pommiers, poirier, pêchers….). L’ennui, c’est qu’ils creusent de petits trous dans les fruits qui pourrissent ensuite; cela fait 5 à 6 ans que cela se produit dans mon verger (sis dans un petit village du Bas-Rhin) et chaque année ils prolifèrent .

    • Michel dit :

      Les cétoines dorées se nourrissent effectivement de suintements sur des fruits abimés et consomment des fruits à l’occasion.
      Michel

  5. NARCY JP dit :

    J’ai des larves de cétoines dorées dans mon composteur. Craignent elles le gèle ?

    • Michel dit :

      A moins d’une période de gel vraiment sévère, les larves de cétoines, que ce soit dans le terreau ou dans les composteurs sont dans un milieu assez protégé sur le plan thermique et devraient survivre.
      Michel

      • Michel dit :

        En relisant les Souvenirs Entomologiques de J.H.Fabre, je trouve ceci, à propos des larves de cétoines :
        « je les trouve d’une remarquable résistance aux rudesses de l’hiver. Elles ont gardé le tempérament robuste des larves, qu’autrefois j’admirais durcies dans un bloc de neige congelée et revenant après à la vie par un dégel ménagé ».
        J.H.Fabre. Souvenirs Entomologiques , huitième série. Delagrave, 1923.
        Michel

  6. NARCY JP dit :

    Dans un composteur installé dans « le fond du jardin » les larves de cétoines ont elles à redouter des attaques de prédateurs tels que souris, mulots, taupes. Je pose cette question car plusieurs fois des voisins m’ont donné une centaine de larves et quelques semaines plus tard elles avaient toutes disparues ?

    • Michel dit :

      Evidemment, pour tous ces animaux, les larves de cétoines sont des proies appréciées. Mais si votre compost est visité par ces petits mammifères, vous devriez voir des traces de leur passage. Par contre, si les composts de vos voisins hébergent des centaines de larves de cétoines (ce qui n’est pas rare) et que le votre n’en contient pas ou peu et ne permet même pas leur développement, il faut sans doute regarder du coté de la composition du milieu. Il y a vraisemblablement un constituant responsable.
      Michel

      • NARCY JP dit :

        Sincères remerciements pour ces renseignements.
        J’ai effectivement trouvé deux petits monticules de compost en bordure extérieure du composteur (allure taupinière et j’ai vu des souris en ouvrant le couvercle) . J’ai donc fait une mini tranchée périphérique que j’ai garnie avec des tessons de verre et maintenant je surveille régulièrement.
        Mon composteur est alimenté surtout par des épluchures de fruits et légumes + bananes, des fanes de jardin, du carton sans colorant, des feuilles mortes et vertes broyées et un peu de gazon.

  7. NARCY JP dit :

    Bonjours aux pros du compostage.
    Peut on mettre des cendres de cheminée dans un composteur habité par des larves de cétoine dorée ?
    Merci d’avance

    • Michel dit :

      De façon générale, les cendres n’apportent rien dans un compost, toute la matière organique y est minéralisée. Pour les larves de cétoines en particulier je crains que ce ne soit une gène à leurs déplacements.
      Michel

  8. NARCY JP dit :

    OK, et merci pour ce cours de compostage
    Cordialement

  9. NARCY JP dit :

    On approche de la période de ponte des cétoines dorées mais qu’est qui va leur donner envie de venir pondre dans mon composteur ?

  10. Romain dit :

    Bonjour à celui qui va lire mon commentaire moi sur mon scarabée doré car il est dors et je n’ai pas les petits traits blanc mais il y a tous les toutes les choses qui ont été dit dans le document.

  11. Casier marie dit :

    J’ai trouvé aujourd’hui sur ma terrasse, une cétoine il me semble, recouverte à ce qui ressemblerait à des œufs pas plus gros q’une tête d’epingle. Ces œufs étaient agglutinés les uns aux autres. La cétoine arrivait à avancer malgré le volume de cet amas d’oeufs. C’etait un peu écœurant, je dois l’admettre. Peut-on me dire ce que cela pourrait être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.