La cétoine dorée

Ce magnifique coléoptère aux reflets métalliques vient en été se nourrir sur les fleurs, celles des jardins, roses, pivoines, lui conviennent bien.

Cetonia aurata

Cetonia aurata
Cetonia aurata

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cetoniidae

ETYMOLOGIE : Cetonia = du mot grec désignant cet insecte et aurata = dorée

 

Cetonia aurata

DESCRIPTION :

Taille : La cétoine dorée mesure entre 14 et 20 mm.

Forme, allure : gros coléoptère à l’aspect métallique

Coloration : La coloration la plus fréquente est le vert, mais il existe toutes sortes de variantes, bronze, noir bleutée, dorée, aubergine, mais toujours avec un aspect métallique, et surtout, toujours avec les taches blanches, sortes de lignes dans la partie arrière des élytres. La tête, le thorax et les élytres sont toujours de la même couleur. Le pronotum est fortement ponctué sur les cotés.

Comportement : Consommatrices de fleurs, les cétoines dorées volent avec facilité, avec les élytres fermés, ce qui est rare, mais un décrochement latéral permet le passage des ailes membraneuses.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cetonia aurata

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’espèce est présente dans toute l’Europe, plus fréquente dans le sud.

HABITAT : dans des endroits bien exposés au soleil, haies, jardins, lisières de bois. On les voit se poser sur les fleurs dont ils se nourrissent. Les roses ont leur préférence apparemment, d’où leur appellation « hanneton des roses », mais ils sont à ce titre suspectés de dégâts sur les roseraies. Sinon, le sureau et les ombellifères sont aussi visités.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes se trouvent d’avril à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : la cétoine dorée se nourrit de fleurs.

Reproduction : La ponte a lieu en mai-juin, avec l’éclosion de la larve au printemps suivant, parfois en début d’été. La larve est très proche de celle du hanneton, elle vit 3 ans dans le sol ou le bois pourri, mais contrairement à cette dernière qui consomme des racines et provoque des dégâts, la larve de cétoine contribue à la formation du terreau. On la trouve aussi sous les bacs à compost.

C’est une larve communément appelée « ver blanc » au corps blanchâtre et courbé en arc, avec trois paires de pattes et la tête pigmentée.

cetonia aurata

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Du Chatenet, 1986. Guide des Coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

The beetle fauna of Germany

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

24 commentaires sur “La cétoine dorée”