Le criquet italien

C’est un criquet de grande taille, et clairement méditerranéen. Son homochromie est très efficace, et il est en vol plus discret que les œdipodes.

Calliptamus italicus,  Linnaeus 1758

Caloptène italien

Il existe une espèce très proche et très difficile à distinguer sur le terrain : le caloptène ochracé Calliptamus barbarus, OG.Costa,1836. (voir le commentaire en bas de page).

Calliptamus italicus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Orthoptère

Famille des Acrididae

ETYMOLOGIE : Calliptamus = beau lorsqu’il s’envole et italicus = italien.

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 14 et 25 mm pour le mâle, 22 à 33 mm pour la femelle.

Forme, allure : Il est plus discret que les œdipodes qui s’envolent devant nos pas en déployant des ailes postérieures rouges ou bleues. Les ailes postérieures du criquet italien sont discrètement teintées de rose et uniquement à leur base. Une ligne jaune clair bordant les carènes latérales du thorax permet de le reconnaître. Ses élytres sont plus étroits vers l’arrière et ils dépassent l’articulation de la troisième paire de pattes (pattes adaptées au saut).

Coloration : Sa coloration varie entre le gris jaunâtre et le brun-roux, ce qui facilite ses capacités d’homochromie.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Calliptamus italicus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : répandu aujourd’hui dans le midi de la France, mais que l’on peut rencontrer dans une grande partie de l’Europe centrale et méridionale. Il est aussi présent en Afrique du Nord et au Proche-Orient.

HABITAT : Le criquet italien apprécie les endroits chauds et secs, les friches, les landes, les jachères, c’est un habitant de la garrigue.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Il est visible de juillet à octobre.

criquet italien

 

BIOLOGIE :

Alimentation : herbivore.

Reproduction : on n’observe qu’une ponte par an en août-septembre. Ce sont les œufs passent l’hiver en diapause (diapause embryonnaire).

REMARQUES : Si le criquet italien est assez commun, il est rare aujourd’hui qu’il devienne grégaire. Cependant, il fait partie de ces espèces capables de proliférer et de constituer des bandes consommant tout sur leur passage. C’est arrivé en Europe à plusieurs reprises par le passé (champs de céréales en Allemagne en 1930).

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Bellmann & Luquet, 2009. Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets d’Europe occidentale. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave. (sous le nom Caloptenus italicus)

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Orthoptères des Deux-Sèvres

Un commentaire pour “Le criquet italien

  1. Naudin Jean-Luc dit :

    bonjour, Il n’est pas possible de distinguer sur le terrain les femelles de Caloptène italiens et de Caloptène ochracé. Les mâles ne peuvent être reconnus que grâce à la forme de leur pénis. Il serait peut_être bon de le préciser. Content d’avoir découvert votre site, gros travail !
    Cordialement
    jean-luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.