Le fourmilion longicorne

Une allure de libellule au vol ondulant et incertain, l’adulte s’en distingue au premier coup d’œil à ces antennes bien développées. On en compte une quinzaine d’espèce en France.

Distoleon tetragrammicus

fourmilion longicorne

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Neuroptère

Famille des Myrmeleonidae

ETYMOLOGIE : tetragrammicus = avec 4 tâches

DESCRIPTION :

Taille : L’aile antérieure mesure entre 26 et 40 mm, c’est donc un insecte de taille respectable.

Forme, allure : Ce sont des insectes aux ailes membraneuses et nervurées. Ils ont le corps mou. Leur vol n’est pas très assuré, avec des battements lents des ailes qui leur donne une trajectoire un peu chaotique. Ils ne s’envolent pas spontanément lorsqu’on les approche, le décollage étant apparemment un peu  difficile. Au repos, les ailes sont disposées en toit au-dessus du corps. Ils ont des yeux assez gros, l’abdomen est long, et les 4 ailes étroites. Les antennes sont nettement visibles. Le fourmilion longicorne se reconnait aux taches nettes sur les ailes. Etirées au repos, les ailes se terminent en pointe, elles ne présentent qu’une seule nervure transversale entre les nervures radiale et médiane à la base de l’aile postérieure. Comme son nom l’indique, les antennes sont assez longues.

Coloration

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le fourmilion longicorne est une espèce plutôt méditerranéenne, (Europe méridionale, Maroc, régions bien exposées d’Europe Centrale) mais rencontrée jusqu’au sud de Paris, elle est d’ailleurs protégée comme espèce en voie de disparition en Ile de France.

DSC03823

larve de Distoleon tetragrammicus

HABITAT :

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes volent de juin à août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves sont carnivores, les adultes se contentent de pollen quand ils s’alimentent. Le fourmilion doit son nom à l’activité de sa larve qui chasse les fourmis (et d’autres proies marcheuses comme les araignées). La larve est insectivore, mais ne creuse pas d’entonnoir dans le sol sableux. Elle chasse ses proies dans la litière, généralement dans les pinèdes ou les chénaies.

Reproduction

Distoleon tetragrammicus

 

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005

Leraut, 2008

Haupt, 1993

Perrier, 1923. Faune de France Illustrée, tome III. (sous le nom Myrmeleon tetragrammicus).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

3 commentaires pour “Le fourmilion longicorne

  1. Vetcour dit :

    Je suis en Belgique et je viens de trouver cette insecte dans le lit de mon fils est-ce que c’est dangereux ?

  2. Du côté de Redon, je me suis pris de « passion » pour cet étrange insecte qui a établi son habitat dans un parterre de terreau. Ils sont bien sympa à étudier à l’état de larves. Je leur donne quelques mouches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.