L’aeschne bleue

C’est parmi les aeschnes que l’on trouve les plus grandes de nos libellules. Celle-ci est la plus courante, et on peut l’observer bien loin de l’eau, elle chasse les insectes le soir sous les arbres. Son nom vernaculaire (comme son nom scientifique d’ailleurs) peut prêter à confusion car elle montre plus de vert que de bleu.

Aeschna cyanea Müller,1764

L’aeschne tachetée

L’aeschne bleu et vert

Aeshna cyanea (mâle)

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Odonate Anisoptère

Famille des Aeshnidae

ETYMOLOGIE :

L’origine du nom de genre Aeshna est inconnue

cyanea veut dire bleue.

En anglais, les Aeshnidae sont appelés « hawker » du verbe to hawk, fondre sur sa proie. L’aeschne bleue est nommée « southern hawker » l’aeschne du sud.

l’aeschne bleue, femelle

DESCRIPTION :

Taille : la longueur totale est comprise entre 67 et 76 mm, celle de l’abdomen entre 51 et 61 mm. L’aile postérieure mesure entre 43 et 53 mm. L’aeschne bleue est l’une des plus grandes aeschnes puisque son envergure est comprise entre 90 et 110 mm.

Forme, allure : grande libellule très colorée de vert et de bleu. Chez le mâle mature les segments 1 à 7 portent une paire de taches vertes dorsalement, le segment 8 une paire de taches bleue, et les segments 9 et 10 une bande bleue. Les femelles ont l’abdomen qui porte des taches vertes et noires. Les ailes sont hyalines, avec un ptérostigma. Les mâles ont les yeux bleus et les femelles les yeux brunâtres.

Coloration : taches vertes et bleues sur un fond noir.

Comportement : les mâles sont territoriaux et se montrent agressifs. Ils chassent au ras de arbres le soir, en longeant les allées ou les lisières.

Aeshna cyanea (mâle)

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présente dans la France entière, et en Europe sauf le nord de la Grande Bretagne et de la Scandinavie, l’Espagne et les Balkans. On la trouve aussi en Afrique du Nord et au moyen Orient. C’est une espèce assez commune.

HABITAT : c’est une espèce qui est associée aux eaux stagnantes où elle pond et où se développent ses larves. Elle aime les mares forestières mais aussi d’agrément, avec ou sans végétaux, les rivières lentes, les bras morts de rivières, les marais, les tourbières, les étangs, les anciennes carrières. Même des mares de petites tailles peuvent être utilisées sous réserve de présenter des accès à la ponte.

PÉRIODE D’OBSERVATION : bien que les émergences commencent au printemps, c’est une espèce que l’on rencontre en fin d’été, juillet et août, parfois jusqu’en novembre.

gros plan de l’aeschne bleue, femelle

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes s’éloignent des milieux aquatiques. Ils chassent à proximité des arbres et assez bas.

accouplement de Aeshna cyanea (mâle en haut)

Reproduction : La ponte a lieu dans la terre ou la mousse des berges, parfois dans les végétaux morts ou vivants. Les œufs pondus éclosent au printemps qui suit. La larve mène une vie aquatique pendant 1 ou 2 ans.

femelle d’aeschne bleue en train de pondre

REMARQUES :

aeschne bleue

Aeshna cyanea

 

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

D’Aguilar, Dommanget & Préchac, 1985. Guide des Libellules d’Europe et d’Afrique du Nord. Delachaux & Niestlé.

Dijkstra, 2010. Guide des Libellules de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 2007).

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Libellules de France et d’ailleurs

Gomphus

Mes libellules des Mauges et d’ailleurs

9 commentaires pour “L’aeschne bleue

  1. poseodon dit :

    ou trouve ton les libellules rouges

  2. Crotte_de_Biche dit :

    Qu’elles sont ses organes respiratoires ??

  3. Michel dit :

    Les libellules respirent comme tous les insectes aériens (non aquatiques) par un système de trachées. Ce sont des tubes ouverts sur l’extérieur par des orifices sur le coté du corps que l’on appelle les stigmates. Ces tubes se ramifient en devenant de plus en plus fins et amènent l’air à tous les organes.
    Michel

  4. ilyass dit :

    merci de toute ces information

  5. Amandine dit :

    C quoi sont milieu de respiration ?

  6. lilly bellule dit :

    Un gros bourdonnement est arrivé ds le salon cet aprèm, j’ai eus peur au frelon, seulement la libellule verte et bleue ns a laissé bouche bée. Juste magnifique !!

  7. PERDRIAU dit :

    76mm de taille, est-ce le plus grand spécimen observé? Je rentre d’une ballade avec mon chien. À l’abri des rayons du soleil, une libellule bleue et verte s’est posée sur le tronc d’un arbre à quelques centimètres de moi. Je peux vous assurer qu’il dépassait les 8cm. Je vis en ville et il n’y a aucun point d’eau à moins de 2km du jardin où il volait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.