La chrysope verte

C’est l’espèce de chrysope la plus répandue. Entièrement verte, elle se caractérise aussi par le régime alimentaire des adultes qui préfèrent le miellat et le pollen aux pucerons.

Chrysoperla carnea Stephens,1836

Chrysoperla carnea

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Neuroptère

Famille des Chrysopidae

ETYMOLOGIE :

Chrysoperla vient de Chrysopa qui veut dire « aux yeux dorés ».

En anglais, elle se nomme « common goldeneye lacewing » : la chrysope commune aux yeux d’or.

la chrysope verte

DESCRIPTION :

Taille : la longueur du corps est comprise entre 10 et 15 mm, pour une envergure entre 23 et 30 mm.

Forme, allure : les chrysopes ont deux paires d’ailes membraneuses, hyalines et sans taches, pratiquement égales entre elles. Les nervures alaires sont vertes, comme le corps chez cette espèce. Mais cette couleur vire au rose ou doré en automne. Les nervures transverses du champ costal ne sont pas ramifiées. Les yeux sont dorés et les antennes filiformes et longues, elles dépassent le thorax.

Coloration : vert

Comportement : les chrysopes ont une activité nocturne, et elles sont attirées par la lumière. Elles subissent une forte prédation par les chauves-souris, malgré un comportement bien adapté pour leur échapper. Elles ont un tympan situé à la base de l’aile antérieure qui détecte les ultrasons émis par les chauve-souris, ce qui déclenche un reflexe d’immobilisation des ailes et la chute de la chrysope. L’efficacité de cette adaptation est de 46% de survie en comparant à des chrysopes rendus sourds.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Chrysoperla carnea

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Chrysoperla carnea est présente dans une grande partie de la France, absente au nord, au nord-est et en Bourgogne. Elle est présente dans une grande partie de l’Europe.

HABITAT : pratiquement partout, dans la végétation proche du sol.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

Chrysoperla carnea

BIOLOGIE :

Alimentation : contrairement aux autres genres de chrysopes, les adultes de Chrysoperla se nourrissent de miellat et de pollen. Les larves par contre se nourrissent des œufs, des larves et des adultes de pucerons et de cochenilles, ainsi que d’acariens. Les proies sont saisies par des crochets placés à l’avant de la tête, elles sont soulevées, et de la salive est injectée par les crochets qui fonctionnent comme des seringues. Cette salive riche en enzymes provoque la lyse de la proie dont le contenu est aspiré par les orifices des crochets. Curieusement, le tube digestif des larves est fermé et sa partie postérieure est modifiée pour produire de la soie qui sert à élaborer un cocon.

la chrysope verte

Reproduction : les femelles pondent à la face inférieure des feuilles des œufs elliptiques et portés par une petite tige que l’on nomme le pédicelle. Chez Chrysoperla carnea, ils sont pondus isolément, au rythme de 20 à 40 par jour, et jusqu’à 700 au total. L’éclosion se produit après 4 à 10 jours selon la température. Le développement larvaire comprend 4 stades et dure 10 à 15 jours. La larve, jaune, grise et verte, avec deux lignes rouges longitudinales, atteindra entre 7 et 8 mm et elle aura consommé 200 à 500 pucerons. Elle pourra se nymphoser dans un cocon de soie de 3 à 4 mm de diamètre. Une métamorphose permet le passage au stade adulte, le cycle complet dure entre 22 et 60 jours. Il y a 2 à 3 générations par an, les adultes de la dernière génération hivernent en se protégeant du gel dans un abri, parfois dans les habitations. Cette dernière génération peut vivre 9 mois.

larve de chrysope

REMARQUES : Les chrysopes émettent des « chants de cour » qui permettent le rapprochement des sexes avant l’accouplement. Il s’agit de vibrations de l’abdomen qui se transmettent au substrat. Ces chants produits par les deux sexes sont spécifiques de l’espèce et ont été utilisés pour séparer deux « espèces-sœurs » impossibles à distinguer par la simple observation.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins. (sous le nom Chrysopa carnea).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse. (sous le nom Chrysopa carnea).

San Martin G., 2004. Clé de détermination des Chrysopidae de Belgique.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Nature Spot Leicestershire and Rutland

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *