La mouche-scorpion

Ce n’est pas une mouche, encore moins un scorpion, c’est un drôle d’insecte avec un long museau et chez le mâle une pince à l’extrémité de l’abdomen.

Panorpa vulgaris, Panorpa communis, Panorpa germanica


Panorpa vulgaris mâle

Panorpa vulgaris femelle

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Mécoptère

Famille des Panorpidae

ETYMOLOGIE :

le nom anglais est « scorpion fly » donc comme en français « mouche scorpion ».

DESCRIPTION :

Taille : ils mesurent entre 18 et 20 mm,

Forme, allure : Son nom de « mouche-scorpion » lui vient de la présence chez le mâle d’une sorte de pince à l’extrémité de l’abdomen, qui est souvent recourbée vers l’avant. Les panorpes ont la tête étirée vers le bas, formant une sorte de rostre.

Panorpa communis mâle

Panorpa communis femelle

Coloration            : Les ailes membraneuses sont tachetées de marques sombres, plus ou moins selon les espèces.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER : chez le mâle : l’extrémité dilatée de l’abdomen

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’espèce est présente dans toute l’Europe, et localement très abondante.

Panorpa germanica mâle

Panorpa germanica femelle

HABITAT : La mouche-scorpion est fréquente et abondante dans les lieux ombragés, les forêts mixtes ou  de feuillus, les endroits plutôt humides comme les bords de ruisseaux, les marécages ou les prés

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les panorpes sont surtout visibles au printemps et en été,

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de nectar et du miellat des pucerons, ils consomment aussi des insectes morts et des débris végétaux.

mouche scorpion (P.germanica) avec sa proie

(il existe 7 espèces en France).

Reproduction : Les mâles et les femelles sont aisés à différencier, le mâle portant cette sorte de pince abdominale, alors que l’abdomen de la femelle se termine en pointe qui constitue l’ovipositeur.

Les œufs sont déposés dans la couche supérieure du sol. La larve possède une sorte d’appendice terminal qui lui sert d’organe de fixation, elle vit dans la terre où elle se nymphose.

REMARQUES : La reconnaissance des espèces est fondée sur l’aspect des ailes (fortement tachetées chez P.vulgaris, peu tachetées chez P.germanica et P.communis), la forme du 6ème segment abdominal et le détail du bulbe génital chez le mâle.

RÉFÉRENCES :

Chinery, 1973 – Chinery, 2004 – Chinery, 2005 – Bellmann, 2006 – Reichholf-Riehm, 1983

excellente clé de détermination sur le Forum « Le monde des Insectes » :

4 commentaires pour “La mouche-scorpion

  1. collier ambre dit :

    heureusement qu’elles n’ont pas une piqûre mortelle comme le scorpion 🙂

  2. MARIE LE MAREC dit :

    moi je croyais que c’était un moustique car j’en trouve ds ma maison

  3. Schoolcraft dit :

    Qui sont ses redateurqui les manges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.