L’éphippigère des vignes

Une belle sauterelle qui ne peut pas voler, ses ailes sont vestigiales, elle compense en restant bien immobile et sa coloration la rend presque invisible. La femelle est dotée d’un organe de ponte spectaculaire.

Ephippiger ephippiger

Ephippiger ephippiger

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Orthoptère

Famille des Bradyporidae

ETYMOLOGIE : Ephippiger = qui porte une selle

DESCRIPTION :

Taille : Le corps mesure 2 à 3 cm, et l’oviscapte 2 cm à 2,5 cm.

Forme, allure : L’éphippigère des vignes est une grosse sauterelle verte,  l’une de ses particularités est d’avoir des ailes vestigiales qui ne lui permettent pas de voler. L’éphippigère des vignes est aussi remarquable par la taille de ses antennes, aussi longues que le corps, ses longues pattes, et chez la femelle, un long organe de ponte, l’oviscapte ou tarière, en forme de sabre légèrement recourbé vers le haut. Le thorax est recouvert par une sorte de selle, le pronotum, dont les bords sont arrondis chez les représentants du genre Ephippiger.

Coloration : La couleur dominante est le vert, avec des variantes vers le jaune ou le roux, le plus souvent assorti aux plantes sur lesquelles elle se trouve. L’abdomen est rayé vert clair et vert foncé, et l’arrière de la tête est noir.

Comportement : Elle est ainsi très discrète car elle reste immobile ou se déplace lentement. Les orthoptères sont des insectes sonores, l’éphippigère des vignes émet un cri avec deux notes : tsii – zi, et on l’appelle parfois « jeudi », ou tizi. Les mâles et les femelles stridulent.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’éphippigère des vignes est courante en Europe, on peut en principe la rencontrer partout en France, elle est toutefois beaucoup plus fréquente dans le sud.

HABITAT : Son habitat de prédilection est la garrigue, les landes, les maquis, et bien sur, les vignes où elle peut commettre des dégats.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

BIOLOGIE :

Alimentation : L’éphippigère des vignes est herbivore, elle se nourrit de feuilles de plantes diverses, de fruits, mais aussi de petits insectes.

Reproduction : La femelle pond ses œufs dans le sol à l’aide de l’oviscapte.

éphippigère des vignes

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann & Luquet, 2009. Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets d’Europe occidentale. Delachaux & Niestlé.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Orthoptères des Deux-Sèvres

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “L’éphippigère des vignes”