Le moro-sphinx

C’est un papillon étonnant, il vole sur place comme un colibri et sa trompe démesurée lui permet d’aspirer le nectar au plus profond des corolles.

Macroglossum stellatarum

Sphinx colibri

Sphinx du caillelait

Macroglossum stellatarum

Macroglossum stellatarum

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Sphingidae

ETYMOLOGIE : Macroglossum = grande langue et stellatarum : des asters

En anglais, il se nomme « hummingbird hawkmoth », c’est à dire « sphinx colibri ». Le terme hawkmoth, littéralement « papillon de nuit-faucon » désigne les représentants de la famille des Sphingidae.

DESCRIPTION :

Taille : Le moro-sphinx a 4 à 5 cm d’envergure

Forme, allure : Le cors est trapu, velu, avec des taches blanches sur le coté. Les ailes antérieures sont de couleur brun-gris avec des lignes plus foncées, les postérieures sont rousses, grises à leur base, et plus sombre sur leur bord externe. Les antennes sont bien visibles et en forme de massues.

Coloration : le corps est grisâtre, avec des tâches noires et blanches au niveau de l’abdomen. Les ailes sont rousses, bordées de gris.

Comportement : Il est rare de voir ce papillon posé, on le remarque en général volant de fleur en fleur pour butiner, ce qu’il fait grâce à une très longue trompe et en restant immobile en vol stationnaire, à la manière du colibri, et de quelques autres papillons d’espèces voisines. Ses ailes battent tellement vite qu’elles sont à peine visibles. Bien qu’appartenant à une famille de papillons nocturnes, le moro-sphinx a des mœurs diurnes.

 

Panneau_attention_spoiler

 

Il existe une autre espèce de Sphingidae qui ressemble beaucoup au moro-sphinx, c’est le sphinx-gazé, très lié à la présence de chèvrefeuille.

 

le moro-sphinx

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Macroglossum stellatarum

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : On le rencontre dans toute l’Europe et l’Afrique du Nord. Il est commun partout.

HABITAT : le moro-sphinx apprécie les endroits ensoleillés, secs, et les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : on les voit voler d’avril-mai (pour la première génération) à septembre-octobre (pour la seconde).

Macroglossum stellatarum

Macroglossum stellatarum

BIOLOGIE :

Alimentation : La chenille se développe sur le gaillet (ou caillelait), et les stellaires. Le moro-sphinx est un insecte butineur et un pollinisateur actif. Les plantes à fleurs odorantes les attirent, principalement le buddleia et la lavande.

Reproduction : La chenille est verte, parfois brune, avec une ligne blanche longitudinale de chaque coté du corps, et une « corne » anale caractéristique. Ce sont les adultes qui hivernent,

la très longue trompe du moro-sphinx

la très longue trompe du moro-sphinx

REMARQUES : C’est une véritable espèce migratrice. Il existe des individus sédentaires en Europe, et d’autres qui migrent à partir de l’Afrique du Nord. Avec 2 générations par an, ils peuvent atteindre la Suède. L’espèce est plus abondante les années chaudes.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Chinery, 1973

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Dierl & Ring, 2009

Waring & Townsend, 2004

Bellmann, 2003

Carter & Hardgreaves, 2008

Perrier, 1935. Faune de France Illustrée, tome IV

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths

23 commentaires pour “Le moro-sphinx

  1. LOUBERE dit :

    Très beau papillon et si original… j’en ai vu un dernièrement chez ma mère, il butinait les lavandes. Cà faisait longtemps que je n’en avait pas vu.

  2. vogel thierry dit :

    un insecte. je pensais vraiment que c etait un petit colibri tellement il etait agile. son vol stationnaire est impressionnant. Je craque quand je le vois sur la lavande. Un super inscte !!!

  3. retraite56 dit :

    J’ai découvert ce papillon aujourd’hui vers 12 h, il butinait sur des pieds de sauge arbuste, très joli on vois très bien sa trompe pendant son vol stationnaire, par contre difficile à prendre en photo car toujours en mouvement.

  4. Arwen dit :

    J’en ai un aussi qui vient régulièrement sur mon balcon pour butiner les pélargoniums c’est un pur bonheur de le voir il est très joli et sa façon de voler et de se stabiliser fait penser effectivement au colibri, j’ai réussi à le filmer si vous désirez voir la vidéo, ce n’est pas du haut de gamme mais on le voit bien.
    https://youtu.be/8PS2DPa3CVo

  5. Michiels dit :

    J’en ai observé un hier à 19h il butinait les geranium.Je réside dans le nord de la France.

  6. dales dit :

    super papillon . J’ai trouvé une chenille que j’ai mise dans la terre. Elle s’est transformée en chrysalide et j’aimerais savoir la durée de vie de cette chrysalide ou a quelle période le papillon va sortir

    • Michel dit :

      Chez cette espèce, la phase nymphale dure environ un mois.
      Michel

      • dales dit :

        merci de ta réponse . alors, il y a un truc ! Ça fait presque 2 mois que je l’ai sortie de mon bocal ! et elle se porte bien car elle bouge au moindre petit choc bizard bizard !

        • Michel dit :

          Patience, la durée de la phase nymphale peut varier selon la température et l’état nutritif de la chenille, le moro-sphinx émerge en juin-juillet-août selon les stations.
          Michel

  7. dales dit :

    ça y est ! le papillon est là et a rejoint la nature ! en fait, c’est un sphinx du liseron (agrius convolvuli) C’est un beau papillon mais je préfère le moro qui est plus coloré : fin de l’épisode

  8. Aymeric dit :

    J’ai vus ce papillons il ya à longtemps et j’ai vraiment cru que c était un colibri ou un truc dans le genre .

  9. Lauren Piel dit :

    Il y en a des tas au Mont Dore en Auvergne très mignon papillon colibri j’adore

  10. nathalie dit :

    Vu ce matin pluvieux dans ma cour, butinant les géraniums. Etonnante rencontre à Amiens!

  11. Regine dit :

    Je viens de voir ce papillon dans mes géraniums ce midi !
    Je suis très étonnée et très rassurée car j’habite à Saulchery, le sud de l’Aisne, au milieu des vignes.
    Ce papillon, je le connais de ma ville natale en Saône et Loire.
    Le voir ici est un cadeau et prouve que les insecticides sont moins utilisés. Tant mieux !

  12. Sabathé dit :

    C’est la première fois que je vois ce papillon dans notre terrain au sud du Luberon. Trop beau , il butinait un surfinia tout contre la maison vers 20 h . J’ai été surprise , je ne connaissais pas cette espèce de papillons.

    • ozane dit :

      bonjour, j’en ai un qui vient régulièrement butiner mon arbre à papillon, j’ai fait de magnifiques photo macro.
      picardie Maritime, Ouste marest 80460, à côté du Tréport

  13. Beaudinet dit :

    Bonjour à tous
    Nous avons la visite de ce papillon depuis 3 jours entre 19h30 et 21h
    Il butine les pétunias sur notre balcon
    Sud Meusien altitude 270m
    Les enfants intrigués ont fait qlq photos et une recherche sur le web
    Alain Bar le Duc

  14. GMZ dit :

    Observé tous les soirs à la tombée du jour.
    Plusieurs de ces insectes butinent les belles de jours, j’ai fais des photos mais ne sait pas comment vous les faire partager.

  15. Bonsoir,

    09 septembre 2016 à 20h15

    En arrosant mes fleurs ce soir, j’ai pu observé ce beau papillon venir butiner les pétunias, cela faisait longtemps que je n’en n’avais pas vu (il y a quelques années c’était dans les vosges) ce soir c’était en Haute-Savoie à Chamonix.

  16. lemlaurie dit :

    D’habitude j’en vois un (à la fois) en aout en fin de journée. Cette année au moins 4 (en simultané) sur « l’arbre à papillon » en août toujours, mais en pleine après-midi, Aurillac, cantal.

  17. Patrice dit :

    Nous avons observé cet insecte deux fois en une semaine, fin février, á Biscarrosse Plage (Landes). Vers midi il butinait les fleurs sauvages de la pelouse. La précision de son vol est stupéfiante !

  18. Hubert dit :

    Je viens d’en voir un pour la première fois aujourd’hui vers 11h30 : il butinait les narcisses. J’habite en Belgique, à 10 km de la frontière française (Aisne, Ardennes, Nord).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *