L’azuré bleu céleste

Cet azuré ressemble beaucoup à l’argus bleu (azuré commun) et à l’argus bleu nacré, il faut une certaine attention et l’observation des deux faces des ailes pour les distinguer. C’est une espèce myrmécophile, avec une coopération entre ses chenilles et les fourmis.

Polyommatus (Lysandra) bellargus, Rottenburg,1775

Après s’être appelée Lycaena bellargus, cette espèce s’est longtemps appelée Lysandra bellargus, aujourd’hui, le terme Lysandra est replacé au niveau du sous-genre.

L’argus bleu-céleste

Polyommatus bellargus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Lépidoptère, Rhopalocère

Famille des Lycaenidae

ETYMOLOGIE :

Polyommatus signifie « beaucoup d’yeux », en référence aux ocelles du dessous des ailes.

bellargus veut dire « bel argus », argus étant le nom générique donné aux Lycaenidae bleus, appelés aussi les azurés.

En anglais il s’appelle « Adonis blue »

femelle de l’azuré bleu céleste

DESCRIPTION :

Taille : l’envergure est comprise entre 27 et 32 mm

Forme, allure : cette espèce présente un fort dimorphisme sexuel. Le mâle a le dessus des ailes bleu ciel, avec une frange blanche entrecoupée de noir et un fin liseré blanc. Les femelles ont le dessus des ailes brun chocolat, avec toutefois des reflets bleus à la base. Le dessous des ailes a le fond gris chez le mâle et brunâtre chez la femelle mais porte les mêmes motifs : des points noirs cerclés de blanc et une rangée de lunules orangées près de la marge.

Coloration : dessus des ailes bleu chez le mâle et brun chez la femelle.

Comportement : il existe une coopération entre les chenilles de cette espèce et les fourmis (voir « reproduction »).

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Polyommatus bellargus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce occupe une grande partie de l’Europe centrale et méridionale. On la trouve dans toute la France, sauf en Corse, dans le Nord et en Bretagne. Là où elle est présente, cette espèce constitue souvent des populations denses.

HABITAT : l’espèce apprécie les pelouses sèches et principalement en terrain calcaire, les landes, les carrières, en général les endroits bien exposés au soleil.

mâle de Polyommatus bellargus

PÉRIODE D’OBSERVATION : de début mi à début octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent de nombreuses papilionacées.

Reproduction : il y a 2 générations par an. Les femelles pondent des œufs isolément sur les plantes-hôtes des chenilles. Il s’agit presqu’exclusivement d’une Fabacée, l’hippocrépide à toupet, ou fer à cheval (Hippocrepis comosa). Curieusement, les chenilles sont prises en charge par des fourmis qui les protègent et les soignent en échange de miellat. Les chenilles de la seconde génération hivernent sur les plantes-hôtes à un stade précoce et elles seront emmenées dans les fourmilières au printemps suivant. Les chenilles sont aplaties, vert foncé avec 4 lignes longitudinales jaunes et couvertes d’une fine pubescence, elles atteignent 15 mm. Pour la nymphose, la chenille sort de la fourmilière et s’abrite sous une pierre.

mâle de l’azuré bleu céleste

REMARQUES :

Il existe une espèce très proche, Polyommatus coridon, les femelles de ces deux espèces ne sont pas différenciables .

On peut trouver une forme dont les femelles sont bleues comme les mâles (forme « ceronus »).

Polyommatus bellargus

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Buord & al., 2017. Atlas des papillons diurnes de Bretagne. Bretagne Vivante. Locus Solus.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Martiré, Merlier & Turlin, 2016. Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites. Belin.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave. (sous le nom Lycaena bellargus).

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Tolman & Lewington, 2009. Collins butterfly guide. Collins.

6 pattes. Les papillons de la Vienne 

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français 

European Lepidoptera and their ecology 

Butterfies of France

Butterflies and moths of Switzerland

Bristish Lepidoptera

Eurobutterflies 

Catalogue of the Lepidoptera of Belgium

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.