Le C noir

C’est l’une des noctuelles les plus communes. Deux générations par an, des chenilles particulièrement polyphages et peu d’exigence pour ce qui concerne l’habitat sont les raisons de cette omniprésence. Elle vient régulièrement sur les pièges lumineux.

Xestia c-nigrum Linnaeus,1758

Xestia C-nigrum

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Lépidoptère, Hétérocère

Famille des Noctuidae, sous-famille des Noctuinae, tribu des Noctuini

ETYMOLOGIE :

Xestia vient du grec xestos, qui veut dire « raclé, lisse », et c-nigrum signifie « c noir ».

En anglais cette noctuelle est baptisée « setaceous hebrew character » car la marque noire qui orne les ailes évoque un caractère hébraïque correspondant à la lettre « nun ».

le C noir

DESCRIPTION :

Taille : l’aile antérieure mesure entre 14 et 19 mm, pour une envergure comprise entre 38 et 42 mm.

Forme, allure : c’est une noctuelle à l’allure très classique avec les ailes en delta au repos. La couleur de fond des ailes antérieures varie du brun plus ou moins clair au brun rougeâtre. L’élément caractéristique de cette espèce est la tache noire en forme de C sur le bord externe au milieu de l’aile gauche ( en C inversé sur l’aile droite), accolée à une tache jaune paille ou rosée. L’aile postérieure, masquée au repos est blanchâtre avec la marge grise.

Coloration : différentes nuances de brun, et tache noire en forme de C.

Comportement : c’est une espèce nocturne, attirée par la lumière et qui vient bien aux pièges utilisant une lampe UV.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Xestia C-nigrum

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce répandue, et sans doute l’une des noctuelles les plus communes. Son aire de répartition est vaste, toute l’Europe, l’Asie, l’Amérique du Nord. Elle est présente dans la France entière.

HABITAT : cette espèce n’a pas vraiment d’habitat de prédilection, ce qui explique qu’elle soit commune. On la trouve dans les zones boisées, les cultures, les zones humides, les parcs et jardins y compris en zones urbaines.

Xestia C nigrum

PÉRIODE D’OBSERVATION : cette noctuelle vole de mai à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : les chenilles sont polyphages, et c’est une deuxième raison qui explique que l’espèce soit répandue. Elles se développent sur de nombreuses plantes herbacées, dont les orties, la renouée, le mouron blanc, le séneçon, les molènes, le chénopode, l’hippocrépide, les Asteraceae et bien d’autres.

Les adultes butinent le nectar des fleurs.

le C noir

Reproduction : il y a deux générations par an (une seule dans le nord de l’aire de répartition), la première d’avril à juin et la seconde d’août à octobre. Cette deuxième génération est plus nombreuse car aux populations locales viennent s’ajouter des individus migrateurs venant du sud. Les chenilles se nourrissent la nuit et se cachent le jour au pied des plantes hôtes. Ce sont des chenilles brunes à verdâtres plus claires vers la zone ventrale et avec deux rangées de taches sombres et obliques, leur tête est brun clair. Elles hivernent à la moitié de leur développement, au 3ème ou 4ème stade de développement larvaire. Elles se nymphosent dans un cocon dans le sol.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Lepertel & Quinette, 2016. Atlas des papillons de nuit de Basse-Normandie et des Iles Anglo-Normandes. Les noctuelles. GRETIA.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Orhant et Wambeke, 2010. Atlas des papillons de nuit du Nord-Pas de Calais. GDEAM.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)      

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)            

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Lepiforum (Allemagne – en allemand)

Butterflies and moths of Switzerland (Suisse – en allemand)

Pyrgus. European Lepidoptera and their ecology (Suisse – en anglais et en allemand)

Moths and Butterflies of Europe and North Africa (Italie – en anglais et en français)

European Lepidopteres (France – en Français)                             

UK moths (UK – en anglais) 

Lépi Net (France – en français)

Papillons de France (France – en français)                               

Catalogue of the Lepidoptera of Belgium  

Papillons de Poitou-Charentes (France – en français)   

Hantsmoths (UK – en anglais)

Northumberland moths (UK – en anglais)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.