Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

La noctuelle du coudrier

C’est une noctuelle commune et très largement répandue, son identification est facile. Outre le noisetier, sa chenille peut choisir beaucoup d’autres feuillus pour se développer. Attiré par la lumière, c’est un visiteur habituel des pièges à lampe UV.

Colocasia coryli Linnaeus,1758.

La noctuelle du noisetier

Les ailes antérieures de la noctuelle du coudrier sont nettement séparées en deux plages sombre et claire. Gijounet (81) 08/08/2020.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Lépidoptère, Hétérocère

Famille des Noctuidae, sous-famille des Pantheinae.

ETYMOLOGIE :

Le nom de genre Colocasia est emprunté à l’auteur latin Pline et désigne une plante, probablement une sorte d’arum.

Le nom d’espèce coryli vient du nom latin du noisetier Corylus sp.

Son nom vernaculaire en anglais est « nut-tree tussock », littéralement « la touffe d’herbe du noisetier ».

La noctuelle du coudrier a des taches orbiculaires dans la partie sombre de l’aile. Poligné (35) 21/04/2018.

DESCRIPTION :

     Taille : Les ailes antérieures mesurent entre 14 et 17 mm, pour une envergure de 27 à 35 mm.

     Forme, allure : c’est une noctuelle typique, avec au repos les ailes en triangle recouvrant le corps. C’est une des plus faciles à identifier car la coloration des ailes antérieures est coupée en deux : la moitié basale est brun foncé et la moitié distale est claire, brun pâle ou gris clair. La base de l’aile antérieure est grise sur un ou deux millimètres et la partie sombre est marquée d’une tache orbiculaire cerclée de clair et pupillée de sombre. Les mâles ont les antennes pectinées. Plusieurs formes ont été décrites :

Colocasia coryli medionigra : gris clair et brun noir.

Colocasia coryli avellana : la partie basale est claire

Colocasia coryli melanotica : entièrement brunâtre foncé, grisâtre ou noirâtre.

La tonalité générale de la noctuelle du coudrier varie du gris au brun. Poligné (35) 01/07/2017.
Colocasia coryli (coll. François Mathieu)

     Coloration : brun foncé gris clair.

     Comportement : cette noctuelle est attirée par la lumière et les mâles viennent souvent aux pièges à lampe UV, les femelles beaucoup plus rarement. Les mâles volent dès le crépuscule.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Colocasia coryli. St Georges de Baroille (42) 27/07/2020.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce commune et présente dans la France entière.

HABITAT : ce papillon est courant dans les zones boisées : bocages, bois et forêts de feuillus.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de fin avril à début septembre en deux générations.

On attire facilement la noctuelle du coudrier sur une toile éclairée par une lampe UV. Poligné (35) 21/04/2018.

BIOLOGIE :

     Alimentation : les chenilles se développent sur de nombreux feuillus : noisetier, bouleaux, hêtres, chênes, érable champêtre, charme etc….

     Reproduction : il y a deux générations par an, la première de fin avril à la mi-juin, et la seconde de fin juillet à début septembre (périodes de vol des imagos). Dans la nord de son aire de répartition, il n’y a qu’une génération, de fin mai à début juillet. La femelle pond ses œufs isolément, sur les feuilles. Les chenilles de la première génération se développent de fin mars à début juillet, celles de la seconde de septembre à début octobre, elles hivernent au stade chrysalide (diapause nymphale) dans un cocon à l’abri sous la mousse, à la base des arbres ou parmi la litière de feuilles. Les chenilles atteignent 35 mm, elles sont de couleur pâle, rosâtre généralement, ou brunâtre, rougeâtre ou blanchâtre, avec une bande dorsale noire et deux faisceaux de poils roussâtres ou noirs par segment. Elles ont 5 paires de fausses pattes. Elles se nourrissent la nuit et se cachent le jour dans des feuilles cousues avec un fil de soie.

Les motifs des ailes de la noctuelle du coudrier sont vraiment constants. Poligné (35) 22/04/2018.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Henwood & Sterling, 2020. Field guide to the Caterpillars of Great Britain and Ireland. Bloomsbury Wildlife.

Lepertel & Quinette, 2016. Atlas des papillons de nuit de Basse-Normandie et des Iles Anglo-Normandes. Les noctuelles. GRETIA..

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Orhant et Wambeke, 2010. Atlas des papillons de nuit du Nord-Pas de Calais. GDEAM.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)

Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Lepiforum (Allemagne – en allemand)

Lépi Net (France – en français)

OREINA les papillons de France

Butterflies and moths of Switzerland (Suisse – en allemand)

Moths and Butterflies of Europe and North Africa (Italie – en anglais et en français)

European Lepidopteres (France – en Français)

UK moths (UK – en anglais)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.