Le bombyle hottentot

La plupart des bombyles ont une longue langue dressée en avant que l’on voit bien lorsqu’ils sont en vol stationnaire. Ce n’est pas le cas du bombyle hottentot dont la langue est courte. Ses larves se développent aux dépends des chenilles de noctuelles.

Villa hottentota Linnaeus,1758

Villa hottentota

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Diptère

Famille des Bombyliidae

le bombyle hottentot

ETYMOLOGIE :

Villa vient du latin villus qui signifie velu et hottentota veut dire « hottentot » ce terme semble avoir été inventé par les Boers néerlandais pour qualifier les Khoï d’Afrique du sud, ce terme qui signifie « bègue » fait référence aux nombreux « clics » de langage des langues Khoï et Boshiman.

Villa hottentota

DESCRIPTION :

Taille : la taille est comprise entre 11 et 19 mm

Forme, allure : les bombyles sont des diptères très velus avec un mimétisme prononcé avec les bourdons. Le bombyle hottentot possède une langue courte que l’on ne voit pas en vue dorsale, contrairement au grand bombyle ou au bombyle à ailes tachetées. Ses ailes sont hyalines sans aucune tache. La tête est presque sphérique avec des poils écailleux jaunes, et noirs sur le front. Le thorax porte vers l’avant de longues soies. L’abdomen est plus ou moins rectangulaire, brun foncé avec des bandes jaunes. Les tergites 5 et 6 ont des touffes de soies noires sur les cotés. C’est une espèce qui présente une grande variabilité de taille et de coloration.

Coloration : brun et jaune

Comportement : on les voit souvent posés au soleil.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Villa hottentota

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’aire de répartition de cette espèce concerne l’Europe, l’Afrique du nord et l’Asie.

HABITAT : pelouses sèches

PÉRIODE D’OBSERVATION : il est visible de juin à octobre.

le bombyle hottentot

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent les fleurs et se nourrissent surtout de nectar.

Reproduction : les femelles creusent des sortes de loges dans le sol sablonneux qu’elles remplissent de sable très fin dans lequel elles pondent leurs œufs. Les larves devront trouver par elles-mêmes les hôtes sur lesquelles elles se fixent et qu’elles parasitent, ce sont des chenilles de lépidoptères de la famille des Noctuidae.

Villa hottentota

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Le Guellec, 2008. Insectes de Méditerranée. Arachnides et Myriapodes. Edisud.

RÉFÉRENCES SUR LES DIPTÈRES :

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES DIPTÈRES :

Bee-flies of Northwest Europe (Pays-Bas – en néerlandais et en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.