Fiches liées au terme punaise brune


La punaise aptère

Punaise, oui, aptère, pas vraiment, ses ailes sont le plus souvent réduites, mais parfois de taille normale, son rostre est par contre impressionnant, et adapté à son régime carnivore.

Himacerus apterus Fabricius, 1798

Himacerus apterus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Hémiptère Hétéroptère

Famille des Nabidae

ETYMOLOGIE :

Himacerus est vraisemblablement une allusion aux longues antennes.

apterus signifie « qui n’a pas d’ailes »

En anglais elle s’appelle « tree damsel bug ».

la punaise aptère

DESCRIPTION :

Taille : cette punaise mesure entre 8 et 12 mm

Forme, allure : c’est un hémiptère au corps trapu, avec l’abdomen plutôt large. Les ailes sont le plus souvent réduites (forme microptère), elles n’atteignent que le 3ème ou 4ème segment abdominal, mais on rencontre des individus plus rares aux ailes développées jusqu’à l’extrémité de l’abdomen (forme macroptère). Les hémélytres sont brun-roux. Le connexivum est noir avec des points rouge-orangé. Les antennes sont fines et très longues. Le rostre est bien visible, recourbé. Les tibias des pattes postérieures ont des soies plus longues que leur épaisseur.

Coloration : brun roux

Comportement : cette punaise ne se rencontre quasiment que dans les arbres. Tous les exemplaires photographiés (sauf la larve) ont été capturés dans un parapluie japonais en secouant des branches.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Himacerus apterus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est commune, et présente dans presque toute l’Europe, jusqu’en Lituanie au nord.

HABITAT : c’est une espèce arboricole, on la trouve généralement dans les branches d’arbres à feuilles caduques, moins souvent dans des conifères.

Himacerus apterus

PÉRIODE D’OBSERVATION : de juillet à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : il s’agit d’une espèce carnivore. Elle se nourrit d’acariens, de pucerons et de petits insectes, qu’elle perfore de son rostre pour en consommer l’intérieur.

Reproduction : la ponte a lieu en fin d’été. Ce sont les œufs qui hivernent. Les larves naissent en mai-juin et se développent jusqu’en août. Elles sont très semblables aux adultes. Chez ces derniers cependant, la séparation entre le scutellum et les ailes est une ligne bien nette.

larve de la punaise aptère

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Paulian, 1971. Atlas des larves d’insectes de France. Boubée.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

British Bugs 

Hétéroptères de Belgique

Arma custos (le garde forestier)

Cette punaise brune est l’un des rares pentatomidés prédateurs. Explorant les arbres et arbustes en milieu humide, elle y chasse les insectes et leurs larves dont la cuticule n’est pas trop dure.

Arma custos Fabricius, 1794

dsc07469

Arma custos

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hémiptère, Hétéroptère

Famille des Pentatomidae

ETYMOLOGIE :

« custos » veut dire « gardien »

Cette espèce n’avait en fait pas de nom vernaculaire, ni en français, ni en anglais (elle est absente du Royaume-Uni). Par contre, les allemands l’appellent « wald wächter », « le garde-forestier », nom vernaculaire que je me suis permis de reprendre en français, ce nom fait d’ailleurs écho au nom d’espèce, custos qui signifie gardien en latin.

caen jp

Arma custos

DESCRIPTION :

Taille : cette punaise mesure entre 10 et 13,5 mm.

Forme, allure : c’est une punaise brune pointillée de noir qui ressemble à un Carpocoris. Les bords antérieurs du pronotum sont concaves et crénelés. Les angles latéraux du pronotum sont saillants, pointus et sombres. Les angles antérieurs du scutellum portent un point noir. Le connexivum est clair avec des marques noires. Les antennes ont 5 articles (Pentatomidae), elles sont claires avec généralement un anneau noir aux articles III et IV, le deuxième est deux fois plus long que le troisième. Les pattes sont brun rougeâtre clair et les tibias sont unicolores.

Coloration : brun variable

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

arma-custos

Arma custos

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce eurosibérienne, présente dans la France entière, et en Europe sauf les Iles Britanniques et le nord des pays scandinaves, elle est présente jusqu’en Asie. Elle est par contre absente d’Afrique du Nord.

HABITAT : cette espèce apprécie les lieux humides : forêts, lisières, bocage, végétation haute des berges de cours d’eau.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mars à novembre.

éterville

Arma custos

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est une espèce prédatrice, elle se nourrit de larves d’insectes principalement : larves d’autres Pentatomidae, de Coléoptères Chrysomelidae, chenilles (d’espèces vivant en milieu humide).

Reproduction : c’est l’adulte qui hiverne.

REMARQUES : c’est une espèce que l’on capture avec un filet fauchoir ou un parapluie japonais en battant des branches d’aulnes ou de bouleaux.

RÉFÉRENCES :

Lupoli R. & F.Dusoulier, 2015. Les punaises Pentatomoidea de France. Editions Ancyrosoma.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Hétéroptères de Belgique

Heteroptera

La punaise des chatons

C’est une punaise que l’on voit en automne, sur les branches basses des noisetiers, des aulnes et des bouleaux.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hémiptère, Hétéroptère

Famille des Miridae

ETYMOLOGIE :

Pantilius est un nom d’homme, et tunicatus signifie « qui porte une tunique ».

la punaise des chatons

la punaise des chatons

DESCRIPTION :

Taille : cette punaise mesure entre 8 et 10 mm

Forme, allure : c’est une punaise de forme ovale allongée. Comme tous les Miridae, les hémélytres sont caractéristiques avec la présence d’un cunéus, ils sont couverts de poils noirs et courts. Les antennes ont 4 articles et sont un peu plus courtes que le corps, les deux derniers articles sont plus courts que les autres. La coloration varie dans le temps, les adultes émergents sont verts, puis se colorent progressivement en brun rouge. L’imago a le pronotum brun-rouge et les pattes vertes. Les mâles sont plus rougeâtres que les femelles. Entre les yeux, un sillon longitudinal assez profond peut apparaître comme une bande noire.

Coloration : vert à brun-rouge, pattes vertes.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT : on peut trouver la punaise des chatons dans les branches basses de plusieurs arbres : noisetier, aulne, ou bouleau.

PÉRIODE D’OBSERVATION : c’est une espèce tardive, les imagos se rencontrent entre août et octobre.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est une espèce phytophage, qui pique avec son rostre les rameaux de noisetier, mais aussi de bouleau et d’aulne. Elle ne cause aucun dégât à ces végétaux.

Reproduction : les femelles pondent en octobre. Les œufs éclosent en été (août) de l’année suivante. Les adultes peuvent hiverner aussi.

REMARQUES : c’est une espèce que l’on a des chances de capturer en battant les branches basses au-dessus d’un parapluie japonais, ou avec un filet fauchoir.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

British Bugs

Hétéroptères de Belgique

Le péribalus étroit

Ce pentatome n’est pas rare, mais il n’a pas été doté de nom vernaculaire, nous le baptiserons le péribalus étroit. Il ressemble un peu au pentatome des baies. Deux sous-espèces sont visibles en France, que l’on peut facilement reconnaître à leurs antennes.

Peribalus strictus (ex- Holcostethus strictus vernalis).

Peribalus strictus

Peribalus strictus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Hémiptère, Homoptère

Famille des Pentatomidae

ETYMOLOGIE :

strictus = étroit et vernalis = du printemps.

le péribalus étroit

le péribalus étroit

DESCRIPTION :

Taille : c’est une punaise d’assez grande taille, entre 9,5 et 12 mm.

Forme, allure : Le Peribalus a une allure typique de Pentatomidae, avec un large pronotum anguleux et un long scutellum triangulaire. Sa couleur varie du brun-verdâtre au brun-rougeâtre, avec une fine ponctuation noire. Le bord antérieur du pronotum est concave en arrière des yeux, et les marges antérieures sont jaunes. La pointe du scutellum est claire.. Le connexivum apparaît rayé noir et jaune. Les antennes présentent un ou deux anneaux noirs selon la sous-espèce :

Peribalus strictus strictus : un seul anneau noir aux antennes, fémurs peu ponctués, pointe du scutellum ponctuée. (zone méditerranéenne).

Peribalus strictus vernalis : 2 anneaux noirs aux antennes, fémurs avec des points noirs, pointe du scutellum non ponctuée. (toute la France).

les deux sous-espèces

les deux sous-espèces

Coloration : brun verdâtre à brun-rougeâtre.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce est présente dans toute la France, quoique depuis quelques années seulement en Angleterre.

HABITAT : hautes herbes et arbustes en milieu plutôt humide, lisières, bords de chemins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril à octobre.

le péribalus étroit

le péribalus étroit

BIOLOGIE :

Alimentation : espèce phytophage qui se nourrit sur une vingtaine de plantes différentes.

Reproduction

REMARQUES :

Peribalus strictus

Peribalus strictus

Evans & Edmondson, 2005. A photographic guide to the Shieldbugs and Squashbugs of the British Isles. WGUK. (sous le nom Holcostethus vernalis)

Lupoli R. & F.Dusoulier, 2015. Les punaises Pentatomoidea de France. Editions Ancyrosoma.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

British Bugs

La punaise à pattes fauves

C’est une punaise très répandue, forêts, vergers, jardins, elle est partout. Avec sa coloration brun-foncé, la tache orange au milieu du corps et ses pattes rousses, elle est facile à reconnaître.

Pentatoma rufipes

La punaise à pattes rousses

Le pentatome à pattes fauves

Pentatoma rufipes

Pentatoma rufipes

POSITION SYSTÉMATIQUE :

ETYMOLOGIE : Pentatoma = 5 articles (il s’agit des antennes) et rufipes = aux pattes rousses.

En anglais : Forest Bug = la punaise forestière.

la punaise à pattes rousses

la punaise à pattes rousses

DESCRIPTION :

Taille : entre 11 et 14 mm

Forme, allure : allure classique de Pentatomidé de couleur brun foncé.  Les bords du pronotum sont saillants mais tronqués, le scutellum est large, triangulaire et  son extrémité est orange. Les pattes également sont brun-orangé.  Les antennes ont 5 articles et les tarses 3 articles. Le connexivum (bords latéraux de l’abdomen) est apparent et rayé noir et jaune.

Coloration : brun foncé.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce commune partout, présente dans toute l’Europe.

HABITAT : forêts de chênes, vergers, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à novembre.

la punaise à pattes fauves

la punaise à pattes fauves

BIOLOGIE :

Alimentation : les larves se nourrissent surtout sur les feuilles de chênes et d’aulnes, également sur d’autres espèces de feuillus dont des arbres fruitiers (pommiers, cerisiers etc.). Les adultes consomment des fruits, mais aussi de chenilles et des insectes morts.

Reproduction : ce sont les larves qui hivernent.

REMARQUES :

stade larvaire de Pentatoma rufipes

stade larvaire de Pentatoma rufipes

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Evans & Edmondson, 2005. A photographic guide to the Shieldbugs and Squashbugs of the British Isles. WGUK.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave. (sous le nom Tropicoris rufipes).

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

British Bugs 

Hétéroptères de Belgique

Le gonocère

Cette grande punaise ressemble de loin à la corée marginée, et appartient comme elle à la famille des Coreidae, mais sa forme est plus allongée.

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

La punaise des noisettes

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Hémiptère Héteroptère

Famille des Coreidae

ETYMOLOGIE : Gonocerus = aux antennes anguleuses, acuteangulatus = aux angles aigus

Les anglais l’ont baptisée « box bug », la punaise du buis.

le gonocère

le gonocère

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 11 et 14 mm

Forme, allure : punaise brune qui ressemble à Coreus marginatus, mais l’abdomen est plus étroit et le pronotum a des angles plus saillants. Le pronotum est moins large que l’abdomen. Les antennes ont 4 articles.

Coloration : brun-beige

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il est présent dans toute la France

HABITAT : buissons, haies, arbustes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les gonocères retrouvent leur activité vers le mois de mai

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

BIOLOGIE :

Alimentation : il se nourrit sur plusieurs types de végétaux dont le buis, l’aubépine, l’if, le prunier, la bourdaine, le rosier, le chêne, le noisetier. Il peut causer des dégâts sur les noisetiers.

la punaise des noisettes

la punaise des noisettes

Reproduction : il y a une reproduction par an. L’adulte hiverne au sol, sous la litière de feuilles. Les nymphes ont l’abdomen vert.

larve de gonocère

larve de gonocère

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave. (sous le nom Gonocerus venator).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

British Bugs

Hétéroptères de Belgique

La corée marginée

C’est une des punaises les plus communes, reconnaissable, même si plusieurs espèces lui ressemblent.

Coreus marginatus

Punaise brune, syromaste marginé

Coreus marginatus

Coreus marginatus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Hémiptère Hétéroptère

Famille des Coreidae

ETYMOLOGIE : Coreus = punaise, et marginatus = bordée

En anglais, elle s’appelle « dock leaf bug », « la punaise des feuilles de patience ».

DESCRIPTION :

Taille : La corée marginée est une punaise de taille respectable, de 11 à 16 mm

la corée marginée

la corée marginée

Forme, allure : La forme du corps est un peu allongée, ovale. L’abdomen est aplati, et ses bords dépassent sur le coté des hémi-élytres. Les antennes ont 4 articles, de couleur orangée avec l’extrémité noire

Coloration : elle est de couleur générale brune, plus ou moins foncée selon les individus.

Comportement : Chez la punaise brune, ce sont les adultes qui passent l’hiver, il s’agit donc d’une diapause imaginale. Le réveil a lieu au printemps, en avril.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce peut être qualifiée de très commune

HABITAT : La punaise brune préfère les prairies humides, les lisières de forêt, les friches. On la trouve fréquemment sur l’oseille (Rumex), et dans les jardins sur les groseilliers et framboisiers, parfois en groupes de nombreux individus.

PÉRIODE D’OBSERVATION : On la rencontre quasiment toute l’année.

adultes et larves de Coreus marginatus

adultes et larves de Coreus marginatus

BIOLOGIE :

Alimentation : La corée marginée se nourrit de végétaux, fruits et graines principalement, mais également de sève. Les plantes hôtes sont variées : oseille, épilobes, séneçons, etc.

Reproduction : Les mâles et les femelles sont semblables, et après l’accouplement la femelle pond quelques dizaines d’œufs sur les plantes ou sur le sol. Les éclosions ont lieu en juin, mois à partir duquel on pourra observer des juvéniles. Ceux-ci ressemblent beaucoup aux adultes, mais leurs ailes ne sont pas totalement développées, et apparaissent sous la forme de fourreaux alaires, qui grandissent lors de chacun des 5 stades larvaires.

accouplement de Coreus marginatus

accouplement de Coreus marginatus

REMARQUES : Les Coréidés ressemblent un peu aux pentatomes (voir le graphosome italien et la punaise verte), mais leur écusson (scutellum) est plus petit, et leur abdomen plus dilaté latéralement.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Chinery, 1973

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Dierl & Ring, 2009

McGavin, 2012

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée (sous le nom de Syromastes marginatus)

Reichhoff-Riehm, 1983

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

British Bugs

Hétéroptères de Belgique