Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Le goéland marin

C’est le plus gros laridé de nos côtes, avec une envergure qui atteint 1,70 m il est vraiment impressionnant. C’est dans les ports de pêche normands et bretons que l’on peut l’observer dans les meilleures conditions, il y vient récupérer les déchets de la pêche qu’aucun concurrent n’ose venir lui disputer.

Larus marinus Linnaeus,1758

Le goéland marin trouve aussi sa nourriture dans la laisse de mer. Bernières (14) 06/01/2020.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Charadriiforme

Famille des Laridae.

Dans les ports de pêche, les goélands marins recherchent des déchets dans les caisses de poissons. Courseulles (14) 06/11/2021.

ETYMOLOGIE :

Le nom de genre, Larus, désigne en grec les mouettes et goélands. Le nom d’espèce marinus signifie marin.
Pour les anglais, il se nomme « great black-backed gull », le grand goéland à dos noir (par opposition à « lesser black-backed gull », le goéland brun).

La saison de la coquille st Jacques voit affluer les goélands marins dans les ports coquilliers. Courseulles (14) 03/12/2016.

DESCRIPTION :

Taille : c’est le plus grand de nos laridés, il mesure entre 62 et 79 cm pour une envergure comprise entre 1,50 et 1,70 m.

Forme, allure : c’est un goéland de grande taille, au dos gris noir, plus foncé que le goéland brun. Comme chez les autres laridés, son plumage varie au cours de l’année et en fonction de l’âge. En plumage nuptial, le dos est presque noir avec l’extrémité des rémiges blanche comme tout le reste du corps. Les pattes sont roses pâle. Le bec est jaune avec une tache rouge sur la mâchoire inférieure. L’iris est brun et l’anneau orbital rouge. Une mue complète entre juin et novembre-décembre conduit au plumage hivernal avec la tête striée de brun clair, les pattes sont parfois bleuâtres. Une mue partielle, entre janvier et mars permet de revenir au plumage nuptial. Les goélands marins mettent quatre années pour acquérir ce plumage nuptial, les juvéniles ressemblent à ceux du goéland argenté, en plus gros. Leur bec est noir avec la pointe jaunâtre.

Les juvéniles de goéland marin ont le plumage gris tacheté. Courseulles (14) 02/01/2014.

Coloration : blanc et gris noir.

Comportement :

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Larus marinus. Sallenelles (14) 04/01/2016.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce nicheuse, migratrice et hivernante. L’aire de nidification est étendue en Europe : Russie, Scandinavie, Grande Bretagne, France, Islande, Féroë, Groenland, elle niche aussi dans le Labrador et en Nouvelle Ecosse. C’est une espèce commune.

On rencontre des goélands marins sur toutes les côtes d’Europe du nord. Cromarty (Ecosse) 24/07/2011.

HABITAT : Comme son nom l’indique, c’est un oiseau marin qui fréquente les côtes et les ports.

PÉRIODE D’OBSERVATION : il est visible toute l’année.

BIOLOGIE :

        Alimentation : il se comporte à la fois comme un prédateur, un parasite, un détritivore. Il se nourrit de poissons, de mollusques et d’annélides marins, il n’hésite pas à voler la pitance d’autres oiseaux de mer plus petits. A la saison de nidification, il recherche les œufs et les oisillons. Il ne dédaigne pas les charognes, les déchets jetés par les bateaux de pêche et il fréquente également les décharges. Dans ses incursions terrestres il chasse les lapins et les petits mammifères.

Un juvénile de goéland marin, probablement bagué au nid. Grandcamp-Maisy (14) 07/10/2012.

        Reproduction : la construction du nid débute en mai. Le site recherché est une zone rocheuse, une falaise, le sommet d’un ilot. Le nid est un amas de branchages, d’algues, d’herbes, et de plumes en forme de cavité. La femelle pond 3 œufs couvés par les deux parents pendant 26 à 28 jours. Après leur éclosion, les poussins sont nourris pendant 50 jours, ils quittent le nid à l’âge de 8 semaines.
En France, le goéland marin niche sur les côtes de la mer du Nord, de la Manche, en Bretagne sud et ici et là localement sur la côte Atlantique.

Le bec du goéland marin est jaune avec une tache rouge sur la mandibule inférieure. Port en Bessin (14) 08/03/2019.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES SUR LES OISEAUX :

Couzens, 2006. Identifier les oiseaux par leur aspect, leur comportement et leur habitat. Artemis.
Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.
Geroudet, (1959). Les palmipèdes. Delachaux & Niestlé.
Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.
Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.
Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.
Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.
Perrier, 1924. Faune de France Illustrée, tome X Vertébrés. Delagrave.
Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.
Vansteenwegen, 1998. L’histoire des oiseaux de France, Suisse et Belgique. Delachaux & Niestlé.

SITES SUR LES OISEAUX :

Les oiseaux de France
L’oiseau libre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.