L’écureuil roux

Probablement l’un des animaux les plus connus et les plus appréciés dans les imaginaires. L’écureuil roux est l’un des mammifères les plus facilement visibles en France notamment parce qu’il est diurne, assez peu farouche et même plutôt curieux.

Sciurus vulgaris

jeunes écureuils roux

jeunes écureuils roux

ETYMOLOGIE

Sciurus c’est l’écureuil en latin mais le terme grec skiouros qui siginifie également écureuil est très proche. En grec, skia est la queue et oura l’ombre.

Vulgaris pour commun

Les Anglais le nomment red squirel.

 

DESCRIPTION :

Taille : La tête et le corps mesurent de 20 à 25 centimètres. La queue atteint 20 centimètres. Il pèse généralement entre 200 et 450 grammes.

Forme, allure : Son allure est bien caractéristique avec sa longue queue en panache. Il possède deux plumeaux au sommet des oreilles qui sont plus longs en hiver. Muni de griffes, l’écureuil est une espèce arboricole. Ses pattes postérieures sont plus longues que ses pattes antérieures lui permettant de « s’asseoir » sur ses pattes arrières.

Coloration : La coloration est très variable. Du roux terne au brun sombre. Certains possèdent plus ou moins de gris, d’autres sont orange flamboyant. Mais systématiquement, ils ont le ventre blanc. Les formes les plus sombres sont majoritairement observées dans les Alpes et les Pyrénées.

Comportement : En mouvement, la queue est souvent étirée dans la longueur du corps notamment lorsqu’il court ou grimpe aux arbres. On peut également le voir dans sa position la plus populaire : “accroupi” sur ses deux pattes en arrière. Plus de la moitié de sa queue semble alors partiellement collée à son dos pour partir ensuite en panache (voir photos).

Il grimpe aux arbres en spirale ce qui semblerait être une méthode pour semer les martres, principales prédatrices de l’écureuil et excellentes grimpeuses. L’écureuil n’hésite pas à déambuler d’arbres en arbres se jetant d’une branche à l’autre. Sa queue servant de balancier.

Il n’est pas rare non plus de le voir au sol notamment pour se nourrir.

 

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Difficile de confondre l’écureuil roux. Son ventre blanc reste le critère de détermination clé pour le différencier d’une espèce invasive ressemblante : l’écureuil à ventre rouge.

Sciurus vulgaris

Sciurus vulgaris

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’espèce recouvre complètement le continent européen. Elle occupe également une large partie de la Russie et tout le nord de l’Asie. L’espèce est également présente au Japon. Plusieurs dizaines de sous-espèces ont été décrites sur la base du pelage et de la physionomie mais les études les plus récentes apportent une réalité génétique bien différente : quelques sous-espèces seulement existeraient.

Aussi commun qu’il puisse être l’écureuil roux est menacé par des espèces invasives et très généralement introduites par l’homme. L’écureuil à ventre rouge ou le tamia de Sibérie sont les deux espèces les plus menaçantes.

L’écureuil roux est protégé en France.

 

HABITAT : Tant que c’est boisé, il y a des chances de voir l’écureuil. Il semble encore plus courant dans les forêts possédant des pinèdes (les pommes de pins restant son mets de prédilection) mais il est bien présent dans les forêts de feuillus où il mange les noisettes, les glands et autres graines.

Si ce n’est pas systématique, il peut souvent être observé dans les grands parcs municipaux mais aussi dans les jardins, si ces derniers sont au coeur de “coulées vertes” et arborées. On peut le voir dans les bocages si ceux-ci sont liés entre eux par des bois et des forêts.

Ecureuil roux partiellement gris

Ecureuil roux partiellement gris

PÉRIODE D’OBSERVATION :

Comme pour la plupart des mammifères pour ne pas dire des animaux, le matin et le soir restent les moments privilégiés pour voir l’écureuil. Et pour répondre à la fameuse question “Est-ce que l’écureuil hiberne ?”, c’est non. L’écureuil est actif toute l’année bien qu’il puisse rester quelques jours dans sa cache si le temps est vraiment difficile.

 

BIOLOGIE :

Alimentation : L’écureuil est un rongeur et si la culture populaire l’associe à la consommation de noisettes, c’est principalement les pommes de pins et autres graines de conifères qui ont sa préférence. Les fruits des arbres feuillus dont les faînes des hêtres ou les noisettes sont aussi à son menu. Il reste opportuniste et peut dévorer les oeufs ou les oisillons.

Enfin, il écorce les jeunes arbres à la recherche des premiers anneaux de croissance (il ne consomme pas l’écorce donc) et de sève. Il peut alors causer des dommages irréversibles aux arbres notamment aux vieux conifères.

Il est connu pour sa “manie” de cacher des réserves de graines diverses qu’il ne retrouvera pas forcément durant l’hiver.

De même, les écureuils roux peuvent avoir des perchoirs de prédilection. On trouvera à l’occasion sous ces arbres de gros tas de pommes de pins consommées.

Reproduction : La reproduction a lieu de février à avril et entre 3 et 5 jeunes seront élevés. Mais le GMB note que seuls 15 à 25% des jeunes dépasseront la première année. Une seconde portée peut être observée de juillet à septembre.

Cri : aussi discret qu’il soit, l’écureuil possède pourtant une gamme de son assez large. Quelques cris aigus, secs et répétés “tsèk… tsèk… tsèk” mais aussi des sons plus gutturaux assez surprenant et qui peuvent porter.

Prédation : Si la martre reste le prédateur principal de l’écureuil roux, l’autour des palombes et les renards sont aussi des prédateurs. La voiture et les chats complètent le tableau des dangers pour l’espèce. 

 

REMARQUES :

Les spécialistes des traces d’animaux sont capables de déterminer si un écureuil est droitier ou gaucher en examinant les pommes de pins égrainées par un écureuil roux.

écureuil roux

écureuil roux

REFERENCES :

Groupe Mammologique Breton, 2015. Atlas des mammifères de Bretagne. Locus Solus.

Haffner, Savouré-Soubelet, 2015. Sur la piste des mammifères sauvages. Dunod.

Bang, Dahlström, 1999. Guide des traces d’animaux. Delaschaux et Niestlé.

http://ecureuils.mnhn.fr/ecureuil-roux/dossiers-scientifiques/systematique-et-repartition

http://www.sfepm.org/pdf/FICHEDESCRIPTIVEEcureuils_MNHN.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *