Le renard roux

On le rencontre parfois, quand il chasse des mulots ou des campagnols. Mais il est beaucoup plus fréquent que ne le laissent supposer ces rares rencontres.

Vulpes vulpes

Vulpes vulpes

POSITION SYSTÉMATIQUE : Vertébré Mammifère Carnivore

Famille des Canidae

ETYMOLOGIE : Vulpes = renard (latin)

DESCRIPTION :

Taille : Le renard d’Europe mesure de 58 à 77 cm, la queue est longue, de 32 à 48 cm. Il pèse entre 6 et 10 kg.

Forme, allure : Les oreilles sont longues et pointues, la queue longue et fournie.

Coloration : Sa coloration est assez variable, tirant sur le roux, parfois grisâtre.

Comportement : Le renard roux occupe un large territoire dont la superficie dépend de la concentration en proies disponibles, entre 30 et 500 hectares. Il marque les limites de ce territoire de chasse par son urine et ses laissées sur des monticules. Celles-ci permettent de localiser sa présence.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : toute l’Europe. L’espèce est qualifiée de commune.

HABITAT : Le renard roux est l’un des mammifères sauvages que l’on peut rencontrer assez souvent. Bien qu’excessivement discret, il fréquente toute sortes d’habitats, et même les villes où il trouve sa nourriture entre autres dans les poubelles.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

BIOLOGIE :

Alimentation : Le renard se nourrit principalement de rongeurs comme les rats, les mulots et les campagnols, de taupes, de lapins, mais aussi, ce qui lui vaut une bien mauvaise réputation, de volailles. Il mange aussi des cadavres, des oiseaux, des œufs, des grenouilles, et même en cas de disette, des invertébrés ou des fruits.

Reproduction : Le renard roux n’a qu’une portée par an, de 3 à 8 jeunes, 4 à 5 étant le cas le plus fréquent. La gestation dure de 50 à 60 jours, les naissances ont lieu en mars-avril.

REMARQUES : C’est une espèce très ubiquiste, mais qui aime chasser en zones dégagées comme les prairies ou les cultures, c’est ainsi qu’on peut le voir. Il creuse un terrier avec plusieurs entrées. Essentiellement nocturne, il n’est toutefois pas rare de le rencontrer en plein jour. Particulièrement chassé, piégé également en raison de sa mise en cause dans la propagation de la rage, cette espèce a vu ses effectifs diminuer. Les voitures sont aussi responsables de nombreuses mortalités, comme on peut le constater avec les cadavres sur le bord des routes, dont la couleur rousse permet l’identification.

Si aujourd’hui, le renard n’est plus considéré comme responsable de la propagation de la rage, il est parfois vecteur de la trichinose et de l’échinococcus alvéolaire, maladies parasitaires transmissibles à l’homme et mortelles. La contamination se fait par consommation de fruits sauvages (myrtilles, mures) sur lesquels le renard a uriné.

renard roux

RÉFÉRENCES :

Burton, 1976. Tous les Mammifères d’Europe en couleurs. Elsevier.

Dobroruka & Berger, 1987. Guide des Mammifères d’Europe. Hatier.

Groupe Mammalogique Normand, 2004. Les Mammifères sauvages de Normandie. GMN.

Mac Donald & Barrett, 1995. Guide complet des Mammifères de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Van den Brink, 1977. A field guide to the Mammals of Britain and Europe. Collins.

http://www.gmb.bzh

3 commentaires pour “Le renard roux

  1. louanne dit :

    J’ai du faire un exposé sur le renard et se n’es pas se que je chercher mais j’ai bien aimer ça ma aider un peu

  2. Cédric dit :

    pour mon exposer je cherchais des infos notamment ce qu’il aime faire mais je ne trouve pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *