La zygène du trèfle

Noire avec des taches rouges, c’est une zygène. Leur coloration est un signal aux prédateurs : attention toxique !

Zygaena trifolii

Zygène des près, zygène des cornettes

DSC03235

Zygaena trifolii

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Zygaenidae

ETYMOLOGIE : Zygaena = terrible joug (allusion aux antennes massives) et trifolii = du trèfle.

En anglais, il s’appelle « five spots burnet », la zygène à 5 points.

DESCRIPTION :

Taille : de 14 à 19 mm pour une envergure de 30 à 40mm.

Forme, allure : contrairement à la zygène de la filipendule, la zygène du trèfle n’a que 5 points rouges sur les ailes antérieures. De plus, les points de la ligne centrale sont souvent accolés. Les ailes postérieures sont rouges, comme chez la zygène de la filipendule, mais la bordure externe noire est ici plus large. Les antennes ont une forme en massue. Plusieurs sous-espèces ont été proposées par les spécialistes.

la zygène du trèfle

Coloration : les ailes antérieures sont noires avec des taches rouges.

Comportement : se pose sur le lotier cornicule (cornette). C’est une espèce diurne, ce qui n’est pas la règle chez les Hétérocères que l’on considère comme les « papillons de nuit ». Son vol est lent, assez malhabile et elle est par conséquent assez facile à capturer.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

zygaena trifolii

Zygaena trifolii

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : France entière, en régression.

HABITAT : La zygène du trèfle se rencontre surtout dans des zones humides (sur le lotier des marais), dans les dunes, au pied des falaises pour les côtes rocheuses.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les adultes volent de mai à août.

DSC03238

la zygène du trèfle

BIOLOGIE :

Alimentation : on trouve la chenille sur le lotier dont elle se nourrit.

Reproduction : La chenille est verdâtre avec des tâches jaunes et noires, il semble que la phase larvaire dure plusieurs années. Il n’y a qu’une génération annuelle.

REMARQUES : Presque toutes les espèces de zygènes, et quelques espèces appartenant à d’autres genres arborent cette coloration très voyante noire et rouge, qui est un « signal d’alarme » à l’attention des prédateurs, leur rappelant, après une première expérience que ces espèces sont toxiques et au goût désagréable. Ce mimétisme dit « mullerien » permet de répartir sur plusieurs espèces les prélèvements nécessaires à l’apprentissage du consommateur potentiel (les oiseaux en général).

Zygaena trifolii

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths

Hantsmoths – The moths of Hampshire and Isle of Wight

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.