Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Une guêpe maçonne : Ancistrocerus nigricornis

Les Eumènes sont qualifiées de guêpes maçonnes car elles construisent des nids d’argile en forme d’urnes pour certaines ou utilisent pour pondre des galeries cloisonnées également avec de l’argile pour d’autres. Ancistrocerus fait partie de la deuxième catégorie, et l’on peut observer les femelles explorer des cavités comme celles de hôtels à insectes.

Ancistrocerus nigricornis Curtis,1826.

Ancistrocerus nigricornis est une espèce précoce. Caen (14) 07/04/2015.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hyménoptère, Apocrite

Famille des Vespidae, sous-famille des Eumeninae.

Un imago d’Ancistrus butine une fleur de pissenlit. St Georges de Rouelley (50) 12/04/2016

ETYMOLOGIE :

Ancistrocerus veut dire « aux cornes recourbées, il s’agit des antennes qui chez les mâles se terminent en crochet. Le nom d’espèce « nigricornis » signifie « aux cornes noires », et concerne aussi les antennes.

En anglais on le nomme « early mason-wasp », la guêpe maçonne précoce.

Une vue de face d’Ancistrocerus nigricornis montre les marques jaunes caractéristiques. Caen (14) 07/04/2015

DESCRIPTION :

Taille : cette espèce mesure entre 11 et 13 mm.

Forme, allure : Les Eumènes sont des guêpes élancées, jaunes et noires, dont la détermination au niveau de l’espèce nécessite un examen à la loupe. Les Vespidae ont les ailes repliées longitudinalement au repos, le genre Ancistrocerus présente une carène sur le premier tergite qui n’a pas de sillon longitudinal. Ancistrocerus nigricornis a le corps noir avec des marques jaunes en différents endroits. Au niveau de la tête, la face inférieure du scape est jaune, et des taches jaunes sont visibles entre les antennes et dans l’échancrure des yeux. Sur le thorax, le bord antérieur est jaune, et le scutellum comme le post-scutellum portent une paire de taches jaunes. Au niveau de l’abdomen, le premier tergite est jaune avec une tache noire de forme variable, les tergites 2 à 5 (6 chez le mâle) portent une bande transversale jaune. A la base des ailes, les tegulae sont jaunes. Les pattes sont jaunes, sauf les fémurs qui sont noirs et les tarses roux.

Comme chez la plupart des espèces d’Hyménoptères, les mâles ont treize articles antennaires, les femelles douze. Elles ont six segments abdominaux visibles, les mâles en ont sept. Chez Ancistrocerus nigricornis, les mâles ont les extrémités des antennes recourbées en crochet.

Un mâle d’Ancistrocerus nigricornis avec ses antennes recourbées en crochet. Amfreville (14) 18/10/2015.

Coloration : noir et jaune

Comportement : on peut souvent voir les femelles d’Ancistrocerus explorer des cavités comme dans les hôtels à insectes.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Ancistrocerus nigricornis. Caen (14) 01/04/2020.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il est présent dans toute l’Europe, le nord ouest de l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie.

HABITAT : on le trouve dans des biotopes assez variés : cultures, parcs, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : mars à octobre.

Comme tous les Vespidae, les Ancistrocerus ont les ailes repliées longitudinalement au repos. Caen (14) 07/04/2019.

BIOLOGIE :

Alimentation : les imagos butinent de nombreuses fleurs : ronce, verge d’or, berce, morelle, chardons.

Reproduction : Les mâles meurent en automne après la fécondation, ce sont les adultes femelles qui hivernent dans des tiges de plantes. La ponte a lieu au printemps jusqu’au début de l’été (mars à juin). Les femelles construisent leur nid dans différents sites, mais généralement dans des cavités : tige de plantes, trous dans le bois mort ou dans des murs, parfois dans des ruches abandonnées. Le nid est constitué d’une série de cellules alignées, séparées par des cloisons d’argile. Dans chaque cellule, la femelle amène des proies vivantes paralysées par une piqure, ce sont des chenilles de microlépidoptères (Tortricidae en général). Il y a plusieurs chenilles par cellule où la femelle pond un œuf. L’éclosion a lieu en quelques jours et la larve se développe en consommant les chenilles, ce qui nécessite une à deux semaines. Elle entre ensuite en nymphose jusqu’à l’émergence de l’imago. Pour sortir, il est obligé d’humidifier les parois d’argile. Cette nouvelle génération apparaît à partir du mois de juin.

Une femelle d’Ancistrocerus explore une cavité. Caen (14) 14/08/2016.

REMARQUES : Les nids des Ancistrocerus sont parfois parasités par des guêpes de la famille des Chrysidae (voir Chrysis ignita).

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)  

SITES SUR LES HYMÉNOPTÈRES :

BWARS (Bees, Wasps & Ants Recording Society) (UK – en anglais)

Iconographie des Vespidae du Monde   

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.