Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

La fourmi rousse des bois

C’est une espèce très commune que chacun a déjà rencontrée lors d’une promenade en forêt. Elle construit des nids imposants en accumulant des aiguilles de pin et des brindilles. Deux « espèces jumelles » sont ici associées, particulièrement délicates à distinguer l’une de l’autre.

Formica polyctena Foerster,1850

Formica rufa Linnaeus,1758

ouvrière de Formica rufa/polyctena

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hyménoptère, Apocrite

Famille des Formicidae, sous-famille des Formicinae

ETYMOLOGIE :

Formica est le nom latin de la fourmi, et polyctena veut dire « à plusieurs peignes », rufa signifie « rousse ».

En anglais, elle s’appelle « wood ant », la fourmi des bois.

entrée du nid de la fourmi rousse des bois

DESCRIPTION :

Taille : la taille des ouvrières varie entre 4 et 10 mm , celle des mâles entre 9 et 11 mm, des reines entre 9 et 12 mm.

Forme, allure : c’est une fourmi de taille moyenne, qui est bicolore. La tête et l’abdomen (gastre) sont noirs ou brun roux très foncé, le thorax (mesosoma) est roux avec une tache brun foncé. L’occiput n’est pas couvert de pilosité, au contraire du thorax. F.polyctena a une pilosité plus faible que F.rufa. Chez les Formicidae, le gastre est relié au thorax par un pétiole constitué d’un seul article. Les antennes sont coudées.

Coloration : bicolore, noir et roux

Comportement : cette espèce de fourmi n’a pas de dard et donc ne pique pas. Par contre, en recourbant son abdomen sous le thorax, elle peut projeter un jet d’acide formique à 50 cm de distance. C’est un acide très irritant, insupportable quand l’œil est atteint, et qui dégage autour de la fourmilière une odeur de vinaigre.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Formica rufa/polyctena

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Cette fourmi habite une grande partie de l’Europe à l’exception des pays du sud. On la trouve jusqu’en Sibérie. L’espèce est présente dans la majeure partie de la France, elle manque au sud-ouest et au sud-est. Elle est très commune, et localement la densité des nids peut être importante.

HABITAT : c’est une espèce des forêts de plaine, à l’exception de la forêt méditerranéenne. Et elle est absente au-dessus de 1500 m.

Formica rufa/polyctena

PÉRIODE D’OBSERVATION : toute l’année.

BIOLOGIE :

Alimentation : cette fourmi est omnivore, mais 50 % de son régime alimentaire est constitué du miellat des pucerons qui se développent sur les conifères. Elle consomme également des invertébrés, dont les chenilles de papillons ravageurs des conifères comme les processionnaires. Elle chasse au sol et dans les arbres.

ouvrière de Formica rufa/polyctena

Reproduction : le nid est abrité par un grand dôme constitué d’aiguilles de pins et de brindilles, et qui peut mesurer jusqu’à 1,5 m de hauteur, souvent adossé à un tronc ou une souche. La partie souterraine est plus grande encore et le nid peut abriter plus de 100000 individus. Le nid est généralement installé dans un endroit exposé au soleil et abrité du vent. La colonie est soit monogyne (une seule reine) sous polygyne (plusieurs reines). Elle peut habiter plusieurs nids reliés par des pistes. Formica rufa est généralement monogyne, Formica polyctena est polygyne. L’essaimage (envol des individus sexués reproducteurs) se déroule de juin à septembre pour Formica rufa, au printemps pour Formica polyctena. La reine nouvellement fécondée peut tenter de se faire accepter par une colonie existante qui devient polygyne, soit fonder sa propre colonie, dans ce cas elle commence par parasiter une colonie d’une autre espèce du genre Serviformica en tuant la reine et en prenant sa place. Les Formica finissent par remplacer les Serviformica dont la population n’est plus renouvelée. On parle alors de parasitisme social.

nid de la fourmi rousse des bois

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

RÉFÉRENCES SUR LES HYMÉNOPTÈRES :

Bellmann, 1999. Guide des Abeilles, Bourdons, Guêpes et Fourmis d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Berland, 1976. Hyménoptères de France, tome II. Atlas d’entomologie. Boubée.

Blatrix, Galkowski, Lebas & Wegnez,2013. Fourmis de France (de Belgique et du Luxembourg). Delachaux & Niestlé.

Monnin, Espalader, Lenoir & Peeters, 2013. Guide des Fourmis de France. Belin.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave.

Zahradnik, 1991. Guide des Abeilles, Guêpes et Fourmis. Les Hyménoptères d’Europe. Hatier.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)      

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES HYMÉNOPTÈRES :

BWARS (Bees, Wasps & Ants Recording Society) (UK – en anglais)  

Clé de reconnaissance des fourmis françaises (France – en français)

Les fourmis (France – en français)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.