La rainette méridionale

Très proche de la rainette verte, elle s’en distingue par la bande sombre latérale qui est beaucoup plus courte, et par le chant. Inféodée au sud ouest de la France, à l’Espagne et au Portugal, elle supporte des températures bien plus élevées que sa cousine plus septentrionale.

Hyla meridionalis, Boettger,1874

La rainette méditerranéenne

Hyla meridionalis

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Amphibien, Anoure, Ranoideae

Famille des Hylidae

ETYMOLOGIE :

Hyla vient d’un mot grec qui signifie aboyer en référence à son chant, et meridionalis évidemment veut dire méridional.

On l’appelle en anglais « mediterranean tree frog », la rainette méditerranéenne.

ses pelotes adhésives permettent à la rainette mériodionale de se tenir sur des parois verticales

DESCRIPTION :

Taille : elle est légèrement plus grande que la rainette verte, et atteint 7 cm. Les femelles sont plus grandes que les mâles.

Forme, allure : c’est une petite grenouille de couleur variable, vert vif le plus souvent, mais aussi brune et même bleue, et souvent tachetée de sombre. Le ventre est blanc. La bande sombre latérale qui part de la narine s’arrête à l épaule, elle est donc nettement plus courte que chez la rainette verte. Les membres sont longs et les extrémités des doigts possèdent des disques adhésifs ce qui lui permet d’escalader des parois verticales. La pupille est horizontale et le diamètre du tympan est égal à la moitié de celui de l’œil. Les mâles ont un sac vocal qui fait des plis lorsqu’il est dégonflé.

la rainette méridionale

Coloration : varie avec l’environnement et l’éclairement, du vert vif au brun, plus rarement bleue.

Comportement : comme la rainette verte, c’est une espèce arboricole. On l’observe souvent dans la journée, exposée au soleil au milieu de la végétation avec les pattes repliées sous le corps.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Hyla meridionalis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il existe en Europe deux populations séparées. L’une se trouve au sud de l’Espagne et du Portugal, et l’autre au nord est de l’Espagne, au sud de la France en Aquitaine et jusqu’en Vendée. Il est probable que ces deux sous-populations soient issues de deux évènements de colonisation à partir des populations d’Afrique (Afrique du Nord Ouest). Elle est aussi présente aux Baléares, aux Canaries, et Madère.

la rainette méridionale est variable en coloration

HABITAT : c’est une espèce de plaine, et qui, à la différence de la rainette verte, supporte bien des températures élevées. Elle se reproduit dans des plans d’eau de nature diverse : mares, fossés, dépressions humides et prés inondés, marais, lacs à végétation abondante. Elle est peu exigeante quant à la qualité de l’eau et se reproduit aussi dans des surfaces d’eau temporaires. On la rencontre fréquemment dans les jardins.

Hyla meridionalis

BIOLOGIE :

Alimentation : la rainette méridionale se nourrit la nuit d’insectes (coléoptères, diptères, hémiptères, dermaptères, hyménoptères), de myriapodes, d’araignées.

Reproduction : la reproduction commence en décembre dans le sud de son aire de répartition, en avril plus au nord. Les mâles chantent jour et nuit, faisant entendre une seule note basse mais puissante répété un fois par seconde. L’amplexus est céphalique, cela signifie que le mâle s’accroche à la femelle au niveau de la tête (c’est parfois au niveau de la taille chez d’autres espèces). La femelle pond des amas de 30 œufs environs qui sont fixés sur les plantes aquatiques, elle peut en produire jusqu’à 60. Les têtards sont petits (35 mm), de couleur dorée, et leur nageoire débute au dessus de la tête, les yeux sont latéraux.

Hyla meridionalis

REMARQUES : la rainette méridionale est une espèce protégée.

RÉFÉRENCES SUR LES AMPHIBIENS :

Arnold & Burton, 1978. Tous les Reptiles et Amphibiens d’Europe en couleurs. Elsevier.

Diesener & Reichholf, 1986. Batraciens et Reptiles. Solar/France Loisirs.

Fretey, 1975. Guide des reptiles et batraciens de France. Hatier.

Perrier, 1924. La Faune de France Illustrée, tome X. Vertébrés. Delagrave.

Rivera, Escoriza, Maluquer-Margalef, Arribas & Carranza, 2011. Amfibis i reptils de Catalunya, Pais Valencia i Balears. Lynx.

Speybroeck, Beukema, Bok & Van der Voort, 2018. Guide Delachaux des Amphibiens et des Reptiles de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

SITES SUR LES AMPHIBIENS :

Coronella – Herpétofaune de France et d’Ailleurs. (France – en français)  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.