La tenthrède commune

Cette tenthrède est remarquable par sa couleur vert pomme, attention à ne pas la confondre avec une autre espèce, Rhogogaster viridis, qui arbore une coloration semblable.

Tenthredo mesomela

La tenthrède brune

Tenthredo mesomela

Tenthredo mesomela

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hyménoptère, Symphyte

Famille des Tenthredinidae

ETYMOLOGIE :

Mesomela = noir au milieu

En anglais, cette tenthrède est appelée « green legged sawfly » = la « mouche à scie » (terme désignant tous les tenthrèdes) aux pattes vertes.

la tenthrède commune

la tenthrède commune

DESCRIPTION :

Taille : cette tenthrède mesure entre 10 et 13 mm

Forme, allure : Les Symphytes sont des Hyménoptères qui n’ont pas de « taille de guêpe » entre le thorax et l’abdomen. Leur corps apparaît plus massif. La tenthrède commune se remarque par sa couleur vert pomme sur les cotés du corps et les pattes. Le thorax porte des raies noires verticales sur le coté. Le bord avant des ailes antérieures est noir. Le dos et le dessus de l’abdomen sont noirs. Les femelles ont l’abdomen noir avec les cotés jaune-clair, les mâles ont une bande claire sur chacun des segments abdominaux. Le scutellum est jaune. Le dernier article antennaire est deux fois plus long que large.

Une autre espèce de tenthrède est également largement de couleur verte, il s’agit de Rhodogaster viridis. Tenthredo mesomela s’en distingue par la marge noire de l’aile antérieure, le ptérostigma noir et le scutellum pâle.

Coloration : vert pomme et noir.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Tenthredo mesomela

Tenthredo mesomela

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est présente dans toute la France, toute l’Europe, en Asie mineure et jusqu’au Japon.

HABITAT : on rencontre cet insecte sur les fleurs des prairies, des lisières de bois, des allées forestières ou des bordures de chemin.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les adultes sont visibles de mai à juillet.

Tenthredo mesomela

Tenthredo mesomela

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de nectar et de pollen, principalement sur les Apiacées. Ils consomment aussi de petits insectes. Les larves sont polyphages, on les trouve sur Ranunculus, Polygonum, Heracleum, Veronica, Arctium etc…

Reproduction : chez les Symphytes, les femelles possèdent en guise d’organe de ponte une sorte de scie avec laquelle elles pratiquent une scarification dans la plante pour y pondre.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Berland, 1976. Hyménoptères de France, tome I. Atlas d’entomologie. Boubée.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les pages entomologiques d’André Lequet 

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Symphytes, galerie de D & JP Balmer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.