Le gymnosome arrondi

Cette jolie petite mouche jaune avec l’abdomen tout rond est une tachinaire, dont la larve se développe en endoparasite de plusieurs espèces de punaises pentatomidés.

Gymnosoma cf. rotundatum Linné, 1758

Gymnosoma rotundatum

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère Brachycère

Famille des Tachinidae

ETYMOLOGIE :

Gymnosoma signifie : « au corps nu » et fait référence au fait que contrairement à la majorité des tachinaires, cette espèce n’a pas de fortes soies abdominales.

rotundatum veut dire « arrondi », allusion à son abdomen sphérique.

En anglais, on la nomme « ladybird fly », la mouche coccinelle, à cause bien sur de son abdomen jaune orangé avec des points noirs.

le gymnosome arrondi

DESCRIPTION :

Taille : cette mouche mesure entre 6 et 8 mm

Forme, allure : c’est une mouche à l’abdomen sphérique, jaune avec 3 points noirs alignés medio-dorsalement, et deux taches rondes et noires latérales. Contrairement aux autres espèces de tachinaires, l’extrémité de l’abdomen n’est pas hérissée de fortes soies. Les antennes noires sont assez longues, au moins les ¾ de la distance entre la base de l’antenne et la bouche. Le thorax est doré vers l’avant et noir vers l’arrière. Les ailes sont jaunes à la base.

Coloration : jaune et noire

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Gymnosoma rotundatum

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce paléarctique, que l’on rencontre dans toute l’Europe, et dans la France entière.

HABITAT : on la trouve plus généralement dans des endroits secs et sablonneux, mais aussi des landes, jardins, parcs, prairies.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les adultes se rencontrent de juin à septembre.

Gymnosoma rotundatum

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent, particulièrement les Apiacées (Ombellifères).

Reproduction : les tachinaires sont des parasites d’autres insectes. Gymnosoma rotundatum a pour hôte des Hémiptères de la famille des Pentatomidae, et en particulier Palomena prasina mais aussi Aelia ou Rhaphigaster. La femelle pond ses œufs sur le coté de l’abdomen de la punaise, en les collant sous les ailes. La larve qui éclot (stade 1) perfore la cuticule de la punaise à l’endroit où l’œuf est fixé, et va s’installer dans le thorax, sur une trachée respiratoire. Elle se développe aux dépends des tissus de l’hôte et hiverne à l’intérieur de celui-ci. Elle en sort au printemps pour se transformer en pupe dans le sol.

REMARQUES : les différentes espèces de Gymnosoma de la faune de France se ressemblent beaucoup, leur détermination d’après photo est jugée très délicate. Gymnosoma nudifrons n’a pas le front recouvert de pruine, Gymnosoma nitens est plus petit.

le gymnosome arrondi

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Diptera Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *