Fiches liées au terme noisetier


La punaise des chatons

C’est une punaise que l’on voit en automne, sur les branches basses des noisetiers, des aulnes et des bouleaux.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Hémiptère, Hétéroptère

Famille des Miridae

ETYMOLOGIE :

Pantilius est un nom d’homme, et tunicatus signifie « qui porte une tunique ».

la punaise des chatons

la punaise des chatons

DESCRIPTION :

Taille : cette punaise mesure entre 8 et 10 mm

Forme, allure : c’est une punaise de forme ovale allongée. Comme tous les Miridae, les hémélytres sont caractéristiques avec la présence d’un cunéus, ils sont couverts de poils noirs et courts. Les antennes ont 4 articles et sont un peu plus courtes que le corps, les deux derniers articles sont plus courts que les autres. La coloration varie dans le temps, les adultes émergents sont verts, puis se colorent progressivement en brun rouge. L’imago a le pronotum brun-rouge et les pattes vertes. Les mâles sont plus rougeâtres que les femelles. Entre les yeux, un sillon longitudinal assez profond peut apparaître comme une bande noire.

Coloration : vert à brun-rouge, pattes vertes.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT : on peut trouver la punaise des chatons dans les branches basses de plusieurs arbres : noisetier, aulne, ou bouleau.

PÉRIODE D’OBSERVATION : c’est une espèce tardive, les imagos se rencontrent entre août et octobre.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est une espèce phytophage, qui pique avec son rostre les rameaux de noisetier, mais aussi de bouleau et d’aulne. Elle ne cause aucun dégât à ces végétaux.

Reproduction : les femelles pondent en octobre. Les œufs éclosent en été (août) de l’année suivante. Les adultes peuvent hiverner aussi.

REMARQUES : c’est une espèce que l’on a des chances de capturer en battant les branches basses au-dessus d’un parapluie japonais, ou avec un filet fauchoir.

Pantilius tunicatus

Pantilius tunicatus

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

British Bugs

Hétéroptères de Belgique

La tordeuse du noisetier

Ce petit papillon brun roux est commun dans les jardins boisés. Sa chenille s’enroule dans une feuille de noisetier ou d’un autre feuillu, ce qui lui a valu le nom de tordeuse.

Pandemis corylana

La tordeuse du coudrier

Pandemis corylana

Pandemis corylana

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Tortricidae

ETYMOLOGIE : corylana = du noisetier.

Le nom anglais est « chequered fruit-tree tortrix » ce qui signifie « tordeuse quadrillée des arbres fruitiers ».

Pandemis corylana (photo Olivier Quesnel)

Pandemis corylana (photo Olivier Quesnel)

DESCRIPTION :

Taille : entre 18 et 24 mm d’envergure (les femelles sont plus grandes que les mâles).

Forme, allure : Petit papillon de couleur brun-roux, caractérisé par l’aspect réticulé de ses ailes antérieures. Une bande médiane plus sombre et inclinée forme un V sur le dessus des ailes antérieures. Celles-ci sont frangées de clair à leur extrémité.

Coloration : brun roux

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce très commune, présente en Europe centrale et du nord. On la trouve partout en France.

HABITAT : zones boisées, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : juillet – août

la tordeuse du noisetier

la tordeuse du noisetier

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction : Il n’y a qu’une génération par an. Les œufs sont pondus sur l’écorce de différentes espèces d’arbres feuillus : noisetier surtout, mais aussi frêne, chêne, cornouiller, prunus. La chenille fait pour se protéger un rouleau avec les feuilles (cf. famille des Tortricidae = tordeuses). Ce sont ces chenilles qui passent l’hiver et reprennent leur développement au printemps. Elles sont vertes et mesurent jusqu’à 25 mm. La nymphose (formation de la chrysalide) a lieu en juin.

REMARQUES :

Pandemis corylana

Pandemis corylana

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Sterling & Parsons, 2012. Field guide to the micro-moths of Great Britain and Ireland. British Wildlife Publishing.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds 

Papillons de Poitou-Charentes

Lépidoptères de France 

Lépidoptères de France méridionale et de Corse

Butterflies and moths of Switzerland 

UK Moths

The moths of Hampshire and Isle of Wight

Le charançon du noisetier

Ce petit charançon ne peut être confondu à aucun autre. Sa couleur rouge vif et son cou allongé sont uniques. Secouer les branches de noisetier est le meilleur moyen de faire sa connaissance.

Apoderus coryli

L’apodère du noisetier

Apoderus coryli

Apoderus coryli

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Attelabidae

ETYMOLOGIE : Apoderus = cou séparé, et coryli = du noisetier

le charançon du noisetier

le charançon du noisetier

DESCRIPTION :

Taille : 6 à 8 mm

Forme, allure : Les élytres sont rouge vif et brillant. Ils sont striés longitudinalement de petits points. Le pronotum est également rouge,  avec une tache centrale noire. La tête est particulièrement allongée avec une sorte de cou, et elle est noire brillant, comme les pattes.

Coloration : rouge vif, et noir

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : toute l’Europe, Asie. Espèce commune.

HABITAT : zones boisées, associé aux noisetiers.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

Apoderus coryli

Apoderus coryli

BIOLOGIE :

Alimentation : se trouve sur divers végétaux, mais le noisetier particulièrement.

Reproduction : Les adultes hibernent dans le sol. La femelle découpe la moitié d’une feuille et l’enroule pour former une sorte de cornet où elle pond environ 5 œufs. Ces rouleaux jaunissent plus vite que les feuilles saines et se remarquent aisément.

REMARQUES :

l'apodère du noisetier

l’apodère du noisetier

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland 

The Coleopterist

Watford Coleoptera Group

La pyramide

C’est une grosse noctuelle, attirée par la lumière, elle entre dans la maison un soir d’été.

Amphipyra pyramidea

La noctuelle du noyer

Amphipyra pyramidea

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Noctuidae

ETYMOLOGIE : Amphipyra = porteuse de torche (surnom de Diane Artémis) à cause des reflets cuivreux des ailes postérieures et pyramidea = pyramide.

DSC00141

la pyramide

DESCRIPTION :

Taille : l’envergure mesure entre 40 et 52 mm

Forme, allure : les ailes antérieures sont brun foncé, à l’aspect brillant, et avec des rangées plus claires et des lignes de points blanchâtres. Sur chaque aile, une tâche en forme d’ocelle, claire avec le centre brun foncé.  Les ailes postérieures sont de couleur orange.

Coloration : papillon brun foncé avec des motifs plus clairs

Comportement : papillon nocturne, attiré par la lumière.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

amphipyra pyramidea01

Amphipyra pyrmaidea

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : espèce assez commune, répandue dans toute la France et toute l’Europe.

HABITAT : forêts, parcs, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : émergences de juillet à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction : il n’y a qu’une génération par an. Les œufs sont pondus sur l’écorce de différents arbres : saule marsault, noisetier, framboisier, sycomore, frêne. Les œufs hivernent. La chenille atteint 42 mm. Elle est vert-bleu avec des petits points blancs et une ligne latérale claire qui s’interrompt au niveau des segments 3 à 5. Les segments 8, 9 et 10 portent une protubérance conique.

REMARQUES :

la pyramide ou noctuelle du noyer

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths  

Hantsmoths – The moths of Hampshire and Isle of Wight

Le gonocère

Cette grande punaise ressemble de loin à la corée marginée, et appartient comme elle à la famille des Coreidae, mais sa forme est plus allongée.

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

La punaise des noisettes

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Hémiptère Héteroptère

Famille des Coreidae

ETYMOLOGIE : Gonocerus = aux antennes anguleuses, acuteangulatus = aux angles aigus

Les anglais l’ont baptisée « box bug », la punaise du buis.

le gonocère

le gonocère

DESCRIPTION :

Taille : il mesure entre 11 et 14 mm

Forme, allure : punaise brune qui ressemble à Coreus marginatus, mais l’abdomen est plus étroit et le pronotum a des angles plus saillants. Le pronotum est moins large que l’abdomen. Les antennes ont 4 articles.

Coloration : brun-beige

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il est présent dans toute la France

HABITAT : buissons, haies, arbustes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les gonocères retrouvent leur activité vers le mois de mai

Gonocerus acuteangulatus

Gonocerus acuteangulatus

BIOLOGIE :

Alimentation : il se nourrit sur plusieurs types de végétaux dont le buis, l’aubépine, l’if, le prunier, la bourdaine, le rosier, le chêne, le noisetier. Il peut causer des dégâts sur les noisetiers.

la punaise des noisettes

la punaise des noisettes

Reproduction : il y a une reproduction par an. L’adulte hiverne au sol, sous la litière de feuilles. Les nymphes ont l’abdomen vert.

larve de gonocère

larve de gonocère

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave. (sous le nom Gonocerus venator).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

British Bugs

Hétéroptères de Belgique

Le balanin des noisettes

C’est un petit charançon avec un rostre impressionnant ! Présent dans tous les noisetiers !

Curculio nucum

DSC01276

Curculio nucum

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Coléoptère

Famille des Curculionidae

ETYMOLOGIE : nucum = des noix

Balanin vient d’un mot grec qui signifie gland

Son nom anglais est « nut weevil », le charançon des noisettes.

SONY DSC

le balanin des noisettes

DESCRIPTION :

Taille : Le balanin des noisettes ne dépasse pas 6 à 9 mm

Forme, allure : Les Curculionidae ont un rostre, qui est plus ou moins long selon les espèces. Chez le balanin des noisettes, il est  particulièrement long, proportionnellement à la taille de l’insecte. Les pièces buccales, adaptées à un régime végétarien se trouvent à l’extrémité de ce rostre. Les antennes, coudées, sont fixées sur le rostre, souvent au milieu comme chez le balanin. Il possède de gros yeux noirs. Le balanin possède des ailes membraneuses sous ses élytres.

Les mâles ont le rostre plus court que les femelles, et leurs antennes sont insérées plus près de l’extrémité du rostre. Le rostre des femelles est presque aussi long que le corps

Coloration : Le corps et les élytres en particulier sont recouverts de petites écailles (les squamules) de couleur brun-jaune, que l’on peut remarquer à la loupe

Comportement :

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le balanin des noisettes est répandu dans toute l’Europe et le Moyen Orient, ainsi qu’en Afrique du Nord.

HABITAT : On le trouve partout où il y a des noisetiers dont les adultes consomment les feuilles. Ils consomment aussi les feuilles d’autres espèces d’arbres feuillus.

PÉRIODE D’OBSERVATION : On les croise d’avril à juillet.

caen jp

Curculio nucum

BIOLOGIE :

Alimentation : feuilles de noisetier et d’autres arbres (fruitiers entre autres).

Reproduction : La femelle perfore des noisettes encore tendres avec son rostre pour y déposer un œuf. La larve dès son éclosion se nourrit de la noisette dans laquelle elle va rester jusqu’à l’automne. Elle fore un trou une fois la noisette tombée au sol et s’enterre pour se nymphoser. Les noisettes qui hébergent la larve de balanin tombent en général avant les autres.

noisette avec trou d’envol du balanin des noisettes

REMARQUES : Le balanin des noisettes est un coléoptère de la famille des Curculionidés, que l’on appelle communément les charançons. Cette famille regroupe de nombreuses espèces dont une bonne partie est considérée comme des ravageurs de cultures. Les Curculionidés comptent environ 60000 espèces dans le monde.

Cuculio nucum (femelle)

 

Curculio nucum (mâle)

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1932, Faune de France, tome VI (sous le nom de Balaninus nucum )

Chinery 1973 – Chinery, 2004 – Chinery, 2005

Reichholf-Riehm, 1983

Bellmann, 2007

Dierl & Ring, 2009

McGavin, 2012

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

The beetle fauna of Germany

Entomologie en Alsace