Le petit sphinx de la vigne

Ce joli sphingidae ne peut être confondu qu’avec une espèce proche, le grand sphinx de la vigne Deilephila elpenor mais dont les ailes antérieures ont 3 bandes roses. Son nom vernaculaire est plutôt inapproprié dans la mesure où sa chenille ne s’intéresse que très accessoirement à la vigne.

Deilephila porcellus, Linnaeus,1758

Le petit pourceau

Le sphinx du gaillet

Deiliphila porcellus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Lépidoptère Hétérocère

Famille des Sphingidae

ETYMOLOGIE :

Deilephila veut dire « qui aime le crépuscule »

porcellus signifie « porcelet, petit cochon », cela fait référence à la sorte de groin que possède la chenille. Cette particularité anatomique moins nette que chez le grand sphinx de la vigne lui a aussi valu son nom vernaculaire de « petit pourceau ».

Son nom en anglais est « Small éléphant hawk-moth ».

« Hawk-moth » est le terme désignant les Sphingidae, littéralement « papillon faucon » en raison de leurs ailes pointues. « Elephant hawk-moth » fait référence à leur longue trompe qui leur permet de butiner en vol stationnaire. Et « Small éléphant hawk-moth » pour le distinguer du Grand sphinx de la vigne. (voir la galerie des Sphingidae ).

le petit sphinx de la vigne

DESCRIPTION :

Taille : son envergure est comprise entre 40 et 45 mm, c’est par conséquent l’une des plus petites espèces de Sphingidae.

Forme, allure : la forme du corps est typique de la famille des Sphingidae, fusiforme et massive. La coloration générale est un mélange de rose et de brun. Les ailes antérieures sont brun-jaunâtre avec des bandes roses, et les ailes postérieures rose vif avec une marge externe blanche.

Coloration : rose et brun

Comportement : c’est un papillon à activité crépusculaire (d’où son nom de genre) et nocturne. C’est une espèce qui n’apprécie pas les lieux humides.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Deilephila porcellus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : C’est une espèce qui est présente dans toute l’Eurasie. On la trouve partout en France.

HABITAT : ce papillon se rencontre principalement dans des zones à végétation herbacée comme des prairies, des clairières, des lisières de forêts claires.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à septembre.

le petit sphinx de la vigne, individu âgé

BIOLOGIE :

Alimentation : les imagos butinent en vol stationnaire les fleurs de nombreuses espèces végétales : silène, gaillet, épilobes, salicaires, vipérine, chèvrefeuille, lavande, vigne.

Deilephila porcellus

Reproduction : il y a deux générations par an, l’une en mai-juin et une autre moins importante en août. La femelle pond sur les bourgeons de la plante-hôte des œufs isolés ou en groupe. La chenille se développe principalement sur le gaillet, l’épilobe, la vigne (mais aussi le fuchsia, la salicaire). Elle peut atteindre 70 mm, et elle existe sous deux formes, l’une verte l’autre brune.. Elle se nymphose dans la litière, et c’est sous cette forme que l’espèce hiverne. La chrysalide se reconnaît à une couronne triple de spicules située vers l’extrémité de l’abdomen.

chez les individus âges, la perte des soies thoraciques laisse entrevoir la cuticule

REMARQUES : c’est une espèce attirée par la lumière et qui vient au piège lumineux. Tous les individus photographiés ici ont été attirés par une lampe UV.

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Brock, 2017. A photographic guide to insects of southern Europe & the Mediterranean. Pisces Publications.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

RÉFÉRENCES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Martiré, Merlier & Turlin, 2016. Guide des plus beaux papillons et leurs fleurs favorites. Belin.

Newland, Still & Swash, 2013. Britain’s day-flying moths. Princeton University Press.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Les pages entomologiques d’André Lequet (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES LÉPIDOPTÈRES :

Les sphingidae de France – Jean Haxaire (France – en français)

Lepiforum (Allemagne – en allemand)

Butterflies and moths of Switzerland (Suisse – en allemand)

Pyrgus. European Lepidoptera and their ecology (Suisse – en anglais et en allemand)

Moths and Butterflies of Europe and North Africa (Italie – en anglais et en français)

http://www.european-lepidopteres.fr/-Lepidopteres-.htmlEuropean Lepidopteres (France – en Français)

UK moths (UK – en anglais)

Lépi Net (France – en français)

Pathpiva (France – en français)

Papillons de France (France – en français)

Catalogue of the Lepidoptera of Belgium

The butterflies and moths of Northern Ireland (Irlande – en anglais)

Papillons de Poitou-Charentes (France – en français)

Hantsmoths (UK – en anglais)

Northumberland moths (UK – en anglais)

Eggs, Larvae, Pupae and adult butterflies and moths

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.