La mineuse du lilas

Un tout petit papillon qui a trouvé sa place dans les jardins. Sa chenille s’attaque en effet aux lilas et aux troènes où elle peut causer des dommages bien visibles.

Gracillaria syringella Fabricius,1794 (ex- Caloptilia syringella)

La teigne du lilas

Gracillaria syringella

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Lépidoptère, Hétérocère

Famille des Gracillariidae

ETYMOLOGIE :

Gracillaria signifie « frêle » et syringella « du lilas.

Son nom anglais est « lilac leaf miner » ou « privet leaf miner » : la mineuse des feuilles de lilas ou la mineuse des feuilles de troène. On l’appelle aussi « common slender » : le svelte commun.

la mineuse du lilas

DESCRIPTION :

Taille : ce petit papillon ne mesure que 6 à 7,5 mm de long pour une envergure comprise entre 10 et 13 mm.

Forme, allure : Les Gracillariidae se reconnaissent entre autre à leur drôle de position au repos, ils ont les ailes qui recouvrent le corps, et sont disposés en oblique par rapport au support, comme dressés en avant. Les ailes antérieures sont brun orangé à brun foncé, avec des taches blanches qui donnent un aspect bigarré. Les ailes antérieures sont élargies à l’apex et présente à ce niveau un anneau blanc. Les ailes postérieures sont brun sombre.

Coloration : plusieurs nuances de brun et blanc.

Comportement : c’est une espèce nocturne, attirée par la lumière, mais qui s’envole le jour des plantes-hotes où elle s’était posée.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Gracillaria syringella

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce eurasiatique, répandue en Europe. Elle est aussi présente en Amérique du nord.

HABITAT : zones boisées, jardins, arbustes en zone littorale.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mars à novembre.

Gracillaria syringella

BIOLOGIE :

Alimentation : les chenilles se nourrissent sur les lilas, les troènes et les frênes.

Reproduction : il y a au moins deux générations par an. Une en mars avec des individus qui volent en avril-mai, et l’autre en juillet, avec des imagos jusqu’à début novembre. Les œufs sont pondus isolèment ou alignés sur la nervure centrale des feuilles. Les chenilles minent les feuilles du lilas commun (Syringa sp.), des troènes (Ligustrum sp.) mais aussi du frêne (Fraxinus sp.). Elles sont vert clair, plus ou moins translucides et mesurent jusqu’à 7 mm. La galerie est étroite au départ et s’élargit avec la croissance de la chenille. Au début, elles sont grégaires, avec plusieurs chenilles par mine, puis se séparent sur des feuilles différentes où elles se construisent un abri individuel (« tente » ou « cône »), avec des feuilles tissées entre elles. On peut voir ces abris surtout en juin, puis en août-septembre. La nymphose a lieu dans un cocon, sur le sol ou sous une feuille. L’effet visible de leur présence est l’apparition de feuilles brunes et enroulées.

feuilles de lilas attaquées par Gracillaria syringella

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Sterling & Parsons, 2012. Field guide to the micro-moths of Great Britain and Ireland. British Wildlife Publishing.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

UK Moths 

The moths of Hampshire and the Isle of Wight

Catalogue of the Lepidoptera of Belgium

Moths and Butterflies of Europe and North Africa

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *