Megachile sculpturalis

Comme le frelon asiatique, ce bel hyménoptère est une espèce d’origine asiatique introduite accidentellement sur notre continent. Il n’est pour l’instant présent que dans le sud est de la France et dans les pays voisins.

Megachile sculpturalis Smith

Megachile sculpturalis

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Hyménoptère Apocrite

Famille des Megachilidae

ETYMOLOGIE :

Cette espèce n’est pas une espèce indigène, et n’a pas de nom vernaculaire en français. Introduite également aux Etats-Unis en 1994, elle y a cependant trouvé une appellation : « giant resin bee », en raison de sa grande taille et du fait que la femelle bâtit ses cellules avec de la résine.

Megachile sculpturalis

Taille : C’est un très gros hyménoptère, et un géant pour sa famille (cf. le nom vernaculaire américain). Sa taille varie effectivement entre 13 et 25 mm.

Forme, allure : cette espèce a l’allure d’une grosse abeille, à l’abdomen noir et au thorax couvert d’une pilosité dense et rousse. Chez les Megachilidae, les femelles se reconnaissent à la brosse ventrale qui leur sert à transporter le pollen, contrairement aux Apidae qui utilisent une brosse située sur les pattes postérieures. La brosse ventrale des Megachilidae est appelée scopa est constituée de poils raides orientés vers l’arrière. Les sexes sont reconnaissables à la face de leur abdomen, tronqué chez les mâles et allongé chez les femelles.

Coloration : noir et roux

Comportement :

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Megachile sculpturalis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il s’agit donc d’une espèce originaire d’Asie. Son aire de répartition se situe en Chine, Corée, Japon et Taïwan. Les modalités de son introduction en Europe via la France ne sont pas aussi clairement établies que celles du frelon asiatique, mais l’hypothèse la plus probable est une arrivée à Marseille dans un chargement de bois. La première observation a été faite à Allauch, près de port de commerce de Marseille. Sa répartition en 2016 s’étend en France dans le sud est, avec Lyon comme limite nord et Les Pyrénées Orientales comme limite ouest. Notre rencontre avec cette espèce a eu lieu dans le département du Gard, près du Vigan.

HABITAT :

PÉRIODE D’OBSERVATION :

Megachile sculpturalis

BIOLOGIE :

Alimentation : comme toute espèce exotique, ce mégachile a du s’adapter à la flore locale. Les adultes butinent sur de nombreuses espèces végétales, autochtones ou introduite, les sophoras semblent particulièrement appréciés.

Reproduction : les femelles de ce mégachile font leur nid dans des cavités, des galeries dans des tiges de bois ou dans du bois mort. Rappelons que les Megachilidae (Osmies et Megachiles) sont les abeilles solitaires qui s’installent dans ce que l’on a appelé les « hôtels à insectes). Les observations faites en France indiquent que 10 à 12 mm de diamètre constituent une bonne dimension. Dans ces galeries, la femelle construit des cellules avec de la résine récoltée sur des conifères. Les cellules sont séparées les unes des autres par un mortier fait en terre. Chaque cellule est remplie de pollen et un œuf y est déposé. Le « nid », constitué d’autant de cellules que la cavité peut en contenir est finalement bouché par un mortier à base d’argile complémenté de résine. La reproduction a lieu durant les mois d’été, de juin à août. Les larves éclosent avant l’hiver, mais elles passent la mauvaise saison dans leur cellule, elles se nymphosent au printemps et émergent en été.

Megachile sculpturalis

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Vereecken NJ & E.Barbier, Osmia n°3-2009. Premières sonnées sur la présence de l’abeille asiatique Megachile (Callomegachile) sculpturalis Smith (Hymenoptera, Megachilidae)

Fiche de reconnaissance de Megachile sculpturalis en Europe.

Ballades entomologiques

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

3 commentaires pour “Megachile sculpturalis

  1. Touchet dit :

    Bonjour, j’ai eu une première megachile sculpturalis en 2016 dans mon hôtel à insectes. En 2017, il y a eu beaucoup de naissance… mais je voudrais savoir, s’il vous plaît s’il y a danger pour les insectes locaux ? (Mon voisin a des ruches, avec des reines) merci pour vos renseignements. Cordialement

    • Michel dit :

      Ce Megachile introduit a le même mode de vie que nos mégachiles. Il nourrit ses larves avec du pollen et du nectar, à l’intérieur d’un nid construit dans des trous (voir le texte de la fiche). Il ne présente pas de danger pour les abeilles, autre que d’être un potentiel compétiteur alimentaire, mais les effectifs sont plutôt en faveur des abeilles.

  2. Pierre-Jean Vandoorne dit :

    J’ai observé pour la première fois une ou deux mégachiles sculpturalis dans mon hôtel à insectes pendant l’été 2018 à Anglet dans le pays basque et donc dans les Pyrénées atlantiques, installé depuis 3 ans dans un vaste jardin planté de résineux (un grand sapin et plusieurs pins qui semblent avoir fait le bonheur de l’intéressée en en juger par les opercules qui ferment les quelques nids installés dans une buche perforée par mes soins mais qui ne lui était pas destinée au départ).
    J’ai noté que cette mégachile n’a pas hésité à extraire un à un les cocons abritant les larves d’une abeille cotonnière ‘dont la résistance aura été courte) après avoir achevé de détruire ce qu’il restait de l’opercule d’un nid de maçonne abandonné et donc « colonisé » par cette même abeille cotonnière (maçonnes et cotonnières occupent en majorité l’hôtel dont il s’agit, outre quelques petites guêpes du genre pompiles et pour la première fois cet été 2018 un petite guêpe odynère). Instruit par le comportement « invasif » de mégachile sculpturalis (qui avait tendance à faire le tour du propriétaire dans notre hôtel) j’envisage de « déporter  » la bûche ainsi colonisée dans un nouvel hôtel à insectes qui serait à priori réservé à la génération censé naitre l’été prochain. L’Inra a bien voulu s’intéresser à mes premières observations empiriques sur la présence nouvelle de Mégachile côté atlantique. Les naissances attendues pour cette été me permettront peut-être d’en savoir un peu plus sur son comportement et notamment ses habitudes alimentaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.