Le camponote ensanglanté

Cette fourmi méditerranéenne est l’une des plus grande d’Europe. Son nid qui abrite plusieurs milliers d’ouvrières est installé sous une pierre. Elle ne pique pas, mais attention, elle est capable de mordre avec ses mandibules puissantes.

Camponotus cruentatus Latreille,1802

Camponotus cruentatus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Hyménoptère Apocrite

Famille des Formicidae

ETYMOLOGIE :

Camponotus vient du grec et signifie « au dos courbé »

Et cruentatus vient du latin et veut dire « ensanglanté ».

le camponote ensanglanté

DESCRIPTION :

Taille : c’est l’une des plus grandes espèces de fourmis d’Europe, les ouvrières mesurent entre 6 et 14 mm, elles présentent donc un grand polymorphisme mais de type continu, on y distingue néanmoins des « majors » et des « minors ». Les mâles mesurent entre 9 et 10 mm, et la reine entre 16 et 18 mm.

Forme, allure : c’est une fourmi de grande taille, avec un pétiole assez haut et constitué d’un seul segment. Les antennes sont insérées à distance des bords du clypeus, ce qui est une caractéristique des Camponotus. Les ouvrières sont noires, avec l’arrière du mesosome (thorax) et l’avant du gastre de couleur rougeâtre. Le gastre présente une forte pilosité. Les pattes sont également en grande partie rougeâtres. Tout le corps est mat. Cette espèce ne possède pas d’aiguillon.

Camponotus cruentatus

Coloration : noir et rouge foncé

Comportement : cette fourmi chasse au sol ou à proximité du sol, dans la végétation basse, mais elle s’aventure aussi dans les arbres. Les ouvrières chassent isolément des petits insectes et autres arthropodes, mais capturent aussi des cadavres d’espèces de plus grande taille. C’est une espèce très territoriale, même si l’on trouve souvent des nids proches les uns des autres. Les ouvrières sont assez agressives et si elles ne piquent pas, elles mordent énergiquement.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Camponotus cruentatus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce est cantonnée au pourtour de la Méditerranée.

HABITAT : on trouve Camponotus cruentatus en milieu ouvert avec des sols calcaires. C’est une espèce thermophile habitant typiquement la garrigue, mais aussi des bois de chênes verts ou de pins.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

le camponote ensanglanté

BIOLOGIE :

Alimentation : elle se nourrit surtout de substances liquides et sucrées comme le nectar des fleurs, les fruits murs et le miellat des pucerons.

Reproduction : L’essaimage a lieu en juillet-août avec l’envol d’individus mâles et femelles ailés. Après ce vol nuptial au cours duquel elle est fécondée, la reine fonde une colonie avec au départ une dizaine d’ouvrière. Mais cette colonie atteindra plus de 3000 individus, mais avec toujours une seule reine, on parle de colonie « monogyne ». Le nid est souterrain et généralement situé sous une pierre.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Le Guellec, 2008. Insectes de Méditerranée. Arachnides et Myriapodes. Edisud.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes   

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

RÉFÉRENCES SUR LES HYMÉNOPTÈRES :

Blatrix, Galkowski, Lebas & Wegnez. Fourmis de France (de Belgique et du Luxembourg), 2013. Delachaux & Niestlé.

Monnin, Espalader, Lenoir & Peeters, 2013. Guide des Fourmis de France. Belin.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave.

Les fourmis

Clé de reconnaissance des fourmis françaises http://cle.fourmis.free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *