La fourmi noire des jardins

C’est sans doute l’espèce de fourmi la plus répandue et la plus représentée. Elle est dominante dans les parcs et les jardins et de façon plus générale dans les endroits anthropisés.

La petite fourmi noire des jardins

La fourmi brune

Lasius niger Linné, 1758

Lasius niger

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Hyménoptère Apocrite

Famille des Formicidae, sous-famille des Formicinae.

ETYMOLOGIE : Lasius (?), niger signifie noir.

Son nom anglais est « black garden ant », donc aussi « la fourmi noire des jardins ».

fourmis noires des jardins au milieu de pucerons

DESCRIPTION :

Taille : les ouvrières mesurent entre 2,5 et 5 mm. La reine est nettement plus grosse, elle mesure 8 à 9 mm, parfois jusqu’à 11 mm.

Forme, allure : il s’agit d’une fourmi au corps noir ou brun très foncé. Pour la reconnaître le meilleur critère est sans dote sa pilosité : c’est la seule espèce d’Europe qui a des nombreux poils dressés sur le scape des antennes (article long à la base de l’antenne). Le clypéus est aussi recouvert de poils. Le pétiole qui sépare le thorax de l’abdomen n’a qu’un article aplati et dressé. Cette espèce est monomorphe, il n’y a qu’un type d’ouvrières.

Coloration : noir, brun foncé.

Comportement : c’est une espèce volontiers agressive qui n’hésite pas à mordre lorsque l’on dérange le nid, par contre elle n’a pas d’aiguillon et ne peut piquer.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Lasius niger

Vous trouverez dans la galerie plusieurs clés de détermination pour identifier les fourmis à la page des Formicidae.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : il s’agit de l’espèce la plus commune en Europe. Elle est présente dans la France entière, moins fréquente en zone méditerranéenne.

HABITAT : cette espèce a prospéré car elle apprécie les milieux anthropisés : elle est largement dominante en zone urbaines, dans les parcs et les jardins, également dans les zones cultivées. Il y en a plusieurs nids dans notre petit jardin et aucune autre espèce ne cohabite.

PÉRIODE D’OBSERVATION : on peut la voir toute l’année, elle est moins active en hiver.

individus ailés de Lasius niger

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est une espèce omnivore, elle peut se nourrir d’insectes mais elle apprécie particulièrement le miellat produit par les pucerons et pour en obtenir elle élève des populations de pucerons qu’elle protège de leurs prédateurs.

Reproduction : il s’agit d’une espèce monogyne, il y a donc une seule reine par colonie qui compte des milliers d’ouvrières. La reine a fondé la colonie et s’établit dans une loge où elle séjourne toute sa vie et où elle pond. Les ouvrières se chargent d’élever les larves ou couvain. Celles-ci sont dans des cocons. A mi-printemps apparaissent des individus sexués, mâles et femelles, dont les cocons sont plus gros et que les ouvrières séparent des autres. Les individus sexués sont ailés et sortent massivement du nid lors de l’essaimage qui a lieu en juillet-août pour cette espèce. La reine est fécondée lors du vol nuptial, elle se pose ensuite et détache ses ailes pour aller fonder une colonie dans un site favorable. Le nid est souterrain, il est établi sous les pierres, sous un pot de fleur, sous des dalles de trottoir, dans une vieille souche. Il comporte des petits dômes de terre où les ouvrières installent parfois le couvain au soleil pour accélérer son développement. Le nid s’ouvre à la surface du sol par un simple orifice. La reine peut vivre 15 ans, les ouvrières généralement 3 ans.

la fourmi noire des jardins

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Bellmann, 1999. Guide des Abeilles, Bourdons, Guêpes et Fourmis d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Berland, 1976. Hyménoptères de France, tome II. Atlas d’entomologie. Boubée.

Blatrix, Galkowski, Lebas & Wegnez. Fourmis de France (de Belgique et du Luxembourg), 2013. Delachaux & Niestlé.

Monnin, Espalader, Lenoir & Peeters, 2013. Guide des Fourmis de France. Belin.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave. (sous le nom Formicina nigra)

Zahradnik, 1991. Guide des Abeilles, Guêpes et Fourmis. Les Hyménoptères d’Europe. Hatier.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

Clé de reconnaissance des fourmis françaises

Les fourmis

Myrmecofourmis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *