La miride rouge

Cette petite punaise très commune sur les orties ou la ronce existe sous deux formes, l’une orangée et l’autre noire. Elle se nourrit principalement de pucerons et de larves d’insectes.

Deraeocoris ruber Linnaeus,1758

Deraeocoris ruber

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Hémiptère Hétéroptère

Famille des Miridae

ETYMOLOGIE :

Deraeocoris signifie « punaise à collier »

Et ruber veut dire « rouge

En anglais, on la nomme « red spotted plant bug », la punaise des plantes à points rouges, en raison de la couleur rouge des cuneus, quelque soit la tonalité globale des élytres.

la miride rouge

DESCRIPTION :

Taille : sa taille est comprise entre 6 et 8 mm.

Forme, allure : c’est un Miridae « classique », au corps aplati, assez large pour cette famille, et dont la couleur est variable entre le rouge-orangé et le noir en passant par le brun-rouge. Par contre les cuneus, critère de reconnaissance des Miridae, sont toujours rouges. Les hémélytres sont brillants et le pronotum granuleux. Un anneau brillant en avant du pronotum a justifié le nom de genre. Le premier article antennaire est noir, les pattes noirs ou brunes et les tibias n’ont pas de bandes.

Coloration : deux formes « typiques » l’une rouge orangée, l’autre noire.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Deraeocoris ruber

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce se rencontre partout en Europe de l’Ouest à l’exceptions de certaines iles. Elle a été observée aux Etats-Unis pour la première fois en 1878, où elle semble cantonnée à quelques Etats de l’est : New Jersey, Massachusetts, Pennsylvanie.

HABITAT : c’est une espèce de prairie, que l’on trouve aussi dans les lisières de bois ou le bocage. On l’observe sur de nombreuses plantes, mais très souvent sur les orties ou les ronces.

PÉRIODE D’OBSERVATION : elle est visible de juillet à septembre.

Deraeocoris ruber

BIOLOGIE :

Alimentation : cette punaise est essentiellement prédatrice d’autres insectes, comme des larves ou des pucerons, ce qui est assez rare chez les Miridae. Elle est aussi un peu végétarienne, mais peut être globalement considérée comme bénéfique aux cultures.

Reproduction : il y a une seule génération par an. Les œufs constituent le stade hivernant. Ils sont pondus assez profondément dans le bois. Les larves éclosent en avril-mai, et deviennent adultes après 5 stades larvaires.

forme noire de Deraeocoris ruber

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes   

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie  

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Bug guide

RÉFÉRENCES SUR LES HÉMIPTÈRES :

British Bugs 

Encyclop’Aphid INRA

Hétéroptères de Belgique 

Miridae du Danemark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *