Le taon des pluies

Malgré ses beaux yeux, il est très sournois, il commence par se poser sur vos vêtements ou ce que vous portez (mon appareil photo) , puis il attaque et vous mord.

Haematopota pluvialis

Haemotopota pluvialis

Haemotopota pluvialis

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Tabanidae

ETYMOLOGIE : Haematopota = qui boit du sang et pluvialis = pluvial (allusion au fait que cette espèce devient gênante pour l’homme par temps d’orage).

DESCRIPTION :

Taille : entre 6 et 12 mm

Forme, allure : ce taon de taille moyenne se caractérise par ses ailes marbrées de gris et disposées en toit lorsqu’il est posé. Les yeux sont remarquables, chez la femelle ils présentent 3 bandes sombres sur un fond jaune-vert, et chez le mâle ils ont 2 lignes en zigzag bleu-vert dans la partie inférieure. Les yeux se touchent au niveau du front chez le mâle, ils sont écartés chez la femelle. La tête est large (plus large que le thorax) avec une trompe massive avec laquelle le taon mord ses proies. L’homme en fait partie et la morsure est douloureuse. L’abdomen est rayé brun clair et gris.

Coloration : brun clair, gris.

Comportement : parfois très gênant quand il est abondant car il attaque l’homme. Il commence par se poser discrètement et silencieusement sur les vêtements (ici aussi sur l’objectif de l’appareil photo), puis sur la peau qu’il mord.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Haematopota pluvialis - copie

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Toute l’Europe, l’Afrique du Nord, jusqu’en Asie. Présent dans la France entière.

HABITAT : zones boisées, plutôt humides.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à octobre.

le taon des pluies

le taon des pluies

BIOLOGIE :

Alimentation : les femelles sont hématophages, les mâles se nourrissent de nectar.

Reproduction : après l’accouplement qui a lieu au sol, les femelles recherchent des mammifères pour leur prélever du sang, indispensable à leur maturation. Les œufs sont pondus sur des végétaux proches de l’eau. Les larves se développent dans le sol humide, où elles se nymphosent. Il y a deux générations par an.

REMARQUES :

Haematopota pluvialis

Haematopota pluvialis

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave. (sous le nom Chrysozona pluvialis)

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Nature Spot Leicestershire and Rutland 

Diptera Info   http://www.diptera.info/news.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.