La nébrie à cou bref

Ce carabidé est parfois considéré comme l’espèce la plus courante de cette famille. Il faut soulever des pierres ou des souches pour la dénicher, et elle cherchera immédiatement un nouvel abri. C’est la nuit qu’elle chasse divers invertébrés.

Nebria brevicollis Fabricius,1792

La nébrie à cou court

Nebria brevicollis

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte – Coléoptère

Famille des Carabidae    

ETYMOLOGIE :

Nebria signifie « jeune biche », c’est en référence à la sveltesse et à l’agilité de ce carabidé, et brevicollis veut dire « qui a le cou court », le cou étant ici le pronotum.

la nébrie à cou bref

DESCRIPTION :

Taille : de 9 à 14 mm

Forme, allure : c’est un Carabidae reconnaissable comme tel au premier coup d’œil : corps noir brillant, longues pattes et élytres striés.

Le corps est plutôt large et aplati, brun-noir brillant. Le pronotum a plus ou moins la forme d’un cœur, il est plus large que long avec les angles postérieurs aigus. Les élytres ont les bords parallèles et les épaules marquées. Les stries sont bien nettes et très ponctuées. C’est une espèce ailée. Les antennes et les pattes sont brun-rougeâtre. Les fémurs sont plus foncés que les autres articles des pattes. Les tarses 2 et 3 sont couverts de pilosité sur le dessus. La pubescence des antennes commence à l’article 5.

Nebria brevicollis

Coloration : noire

Comportement : c’est une espèce qui chasse la nuit, et se réfugie le jour sous les pierres ou la litière de feuilles.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Nebria brevicollis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est présente dans l’Europe entière, à l’exception du sud de la péninsule ibérique et de la Scandinavie. Elle a été introduite aux Etats Unis (en Oregon en 2007). C’est une espèce commune.

HABITAT : bocage, endroits boisés, zones cultivées. C’est une espèce plutôt hygrophile.

la nébrie à cou court

PÉRIODE D’OBSERVATION : mars à octobre

BIOLOGIE :

Alimentation : comme les carabidés en général, cette espèce est carnassière, elle se nourrit de lombrics, de limaces, de pucerons, de collemboles, de larves d’insectes. Les proies sont recherchées généralement sous la litière de feuilles. Adultes et larves ont le même régime.

Reproduction : les adultes émergent au printemps, ils subissent une diapause estivale à la suite de laquelle ont lieu les accouplements.

Nebria brevicollis, vue ventrale

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

RÉFÉRENCES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Albouy et Richard, 2017. Coléoptères d’Europe. Delachaux et Niestlé.

Du Chatenet, 1986. Guide des Coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Martiré D. & F.Merlier, 2017. Guide des plus beaux Coléoptères. Belin.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave.

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais) 

SITES SUR LES COLÉOPTÈRES :

The Coleopterist (UK – en anglais)

UK Beetle Recording (UK – en anglais)

Kerbtier – Beetle fauna of Germany (Allemagne – en anglais)

WCG website of the Watford Coleoptera group (IK – en anglais)

Koleopterologie (Allemagne – en allemand)

Eurocarabidae (Allemagne – en allemand et en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.