La fourmi noire des bois

Cette petite fourmi noire et brillante fait son nid dans les arbres creux et leur colonie, constituée de dizaines de milliers d’individus, abrite plusieurs reines. Ces colonies font également partie des fourmis esclavagistes qui parasitent des colonies existantes.

Lasius (Dendrolasius) fuliginosus Latreille,1798

La fourmi fuligineuse

Lasius fuliginosus

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte Hyménoptère Apocrite

Famille des Formicidae

ETYMOLOGIE :

Lasius vient du grec et signifie « poilu »

fuliginosus signifie noir.

la fourmi noire des bois

DESCRIPTION :

Taille : c’est une espèce assez petite, les ouvrières mesurent entre 4 et 6 mm, les mâles entre 4,5 et 5 mm, et les reines entre 6 et 6,5 mm.

Forme, allure : cette espèce se caractérise par sa couleur générale noire et très brillante. L’occiput est concave et la tête a la forme d’un haricot. Elle est grosse et bien plus large que le mésosome.

Coloration : noir brillant

Comportement : on trouve fréquemment les « pistes » de ces fourmis qui relient leur nid à la source de nourriture, généralement une colonie de pucerons. Compte tenu de leur grand nombre, elles tracent une piste sur le sol.

Cette espèce est réputée émettre une odeur de citronnelle.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Lasius fuliginosus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce que l’on rencontre dans toute l’Europe, jusqu’en Asie. Elle est présente dans la France entière.

HABITAT : c’est une espèce que l’on rencontre en lisières de bois, en bordures de chemins, et de préférence dans des endroits plutôt secs.

PÉRIODE D’OBSERVATION : toute l’année

Lasius fuliginosus

BIOLOGIE :

Alimentation : elle se nourrit préférentiellement de miellat que produisent les pucerons, mais aussi de champignons et de larves d’insectes. Trop petites pour capturer des proies importantes, elles peuvent néanmoins en profiter lorsqu’elles sont mortes.

Reproduction : L’essaimage au cours duquel les individués sexués et ailés sortent de la colonie, a lieu entre mai et septembre, mais surtout en juin et juillet. Les reines fécondées fondent une colonie. C’est une espèce dite oligogyne, c’est à dire qu’il y a dans les colonies plusieurs reines, mais en nombre limité. Le nid est installé dans un tronc creux, dans une souche, parfois dans un piquet de clôture. Les ouvrières creusent des cavités dans le bois, qu’elles remplissent d’une sorte de carton composé de copeaux de bois, de terre et de miellat de pucerons. Dans ce matériau se développe un champignon. Les colonies sont très nombreuses, elles peuvent abriter des dizaines de milliers d’ouvrières. L’une des particularités de cette espèce est de pouvoir accueillir de nouvelles reines dans une colonie existante. L’autre particularité est d’être une espèce « esclavagiste ». En effet, certaines reines s’installent dans des colonies existantes d’autres espèces de Lasius (L.umbratus, L.mixtus, L.sabularum etc.), elles tuent la reine existante et ce sont les ouvrières de la colonie qui élèvent les larves de cette reine. Progressivement, ces ouvrières, non remplacées puisque leur reine a disparu, seront remplacées par celles de la nouvelle espèce.

la fourmi noire des bois

 

Lasius fuliginosus

REMARQUES :

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Fauna Europaea

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

RÉFÉRENCES SUR LES HYMÉNOPTÈRES :

Bellmann, 1999. Guide des Abeilles, Bourdons, Guêpes et Fourmis d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Berland, 1976. Hyménoptères de France, tome II. Atlas d’entomologie. Boubée.

Blatrix, Galkowski, Lebas & Wegnez. Fourmis de France (de Belgique et du Luxembourg), 2013. Delachaux & Niestlé.

Monnin, Espalader, Lenoir & Peeters, 2013. Guide des Fourmis de France. Belin.

Perrier, 1940. La Faune de France Illustrée, tome VII, Hyménoptères (par Berland). Delagrave. (sous le nom Dendrolasius fuliginosus)

Zahradnik, 1991. Guide des Abeilles, Guêpes et Fourmis. Les Hyménoptères d’Europe. Hatier.

Les fourmis

Clé de reconnaissance des fourmis françaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.