Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Le hanneton commun

Commun, c’était avant ! Quand j’étais enfant il était courant d’en voir des centaines sur les arbustes des chemins de campagne. J’ai été quarante ans sans en voir mais ils reviennent petit à petit.

Melolontha melolontha Linnaeus,1758

Le hanneton commun a les élytres brun rouge. Colombières sur Orb (34) 28/05/2019.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Insecte, Coléoptère,

Famille des Scarabaeidae, sous-famille des Melolonthinae, tribu des Melolonthini.

Cette famille des Scarabaeidae a subi des remaniements récents qui ne sont pas pris en compte dans tous les ouvrages. Les Scarabaeidae, comme les Cetoniidae, les Rutelidae, les Aphodidae, les Dynastidae étaient autrefois des familles, elles ont été déclassées en sous-familles des Scarabaeidae.

Chez le hanneton commun, l’extrémité de l’abdomen se prolonge en un long pygidium. Colombières sur Orb (34) 28/05/2019.

ETYMOLOGIE :

D’après Rémy Perrier, le nom de genre Melolontha (μηλολογθη) est un mot grec qui désignait un insecte vivant dans les vergers et avec les enfants jouaient, un hanneton peut-être ou une cétoine.

Le nom vernaculaire vient du vieux francique « hano » qui signifie « coq », le hanneton est synonyme de « petit coq ». Il en est de même en anglais où il est nommé « cockchafer ».

Le hanneton commun a les antennes coudées et terminées en massue. Accous (64) 02/05/2021. (photo André Capderou).

DESCRIPTION :

            Taille : il mesure entre 20 et 30 mm.

            Forme, allure : C’est un scarabée de grande taille, aux élytres roux ou brun rouge, comme ses pattes et ses antennes coudées. Chez les femelles, celles-ci ont une massue de petite taille constituée de 6 feuillets, alors que chez les mâles, les massues des antennes sont grandes et constituées de 7 feuillets. Les élytres sont couverts d’une fine pubescence. Le pronotum est noir. Le pygidium est long et rectangulaire. Le ventre est noir avec de grandes taches triangulaires blanches sur les côtés.

            Coloration : roux, brun rouge.

            Comportement : c’est une espèce dont l’activité est surtout crépusculaire. Il est attiré par la lumière.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Melolontha melolontha. Poligné (35) 09/05/2021.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce est présente dans l’Europe entière, on la trouve partout en France.

HABITAT : on trouve des hannetons dans les zones boisées (bois, forêts), mais aussi en milieu ouvert, prairies, cultures, vergers, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les adultes sont visibles de fin avril à la mi-juin.

Le hanneton commun est attiré par la lumière et vient sur la toile éclairée par une lampe UV. Poligné (35) 22/04/2018.

BIOLOGIE :

            Alimentation : les adultes se nourrissent des feuilles d’arbres feuillus de nombreuses espèces : chênes, hêtres, châtaigniers, marronniers, ainsi que des arbres fruitiers. Les larves dévorent les racines de plantes herbacées mais aussi de céréales, pommes de terre, betteraves. On leur a fait une guerre impitoyable à grand renfort de DDT, ce qui avait causé la quasi disparition de l’espèce.

Un hanneton commun qui vient de sortir de terre. Poligné (35) 09/05/2021.

            Reproduction : les œufs sont pondus dans le sol. Le cycle biologique du hanneton commun dure 36 mois (et même 4 à 5 ans dans le nord de l’aire de répartition), c’est la durée de vie de la larves souterraine. Il y a ainsi des « années à hannetons » tous les 3 ans. La larve est appelée « ver blanc », elle est blanche, dodue et sert de référence pour les larves du même type appelé « melolonthoïde », chez le hanneton commun elle atteint 45 mm. Les imagos hivernent dans le sol avant d’émerger au printemps.

Sous les élytres écartés on peut voir les ailes membraneuses qui permettent au hanneton de voler. Poligné (35) 09/05/2021.

REMARQUES :

Les « années à hannetons » s’expliquent par le fait que les larves, lorsqu’elles sont nombreuses, se livrent au cannibalisme. Les plus âgées dévorent celles des années suivantes, et une année de forte émergence est suivie par deux années d’effectifs moindres.

RÉFÉRENCES GÉNÉRALISTES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

RÉFÉRENCES SUR LES COLÉOPTÈRES :

Albouy et Richard, 2017. Coléoptères d’Europe. Delachaux et Niestlé.

Du Chatenet, 1986. Guide des Coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Martiré D. & F.Merlier, 2017. Guide des plus beaux Coléoptères. Belin.

Mériguet & Zagatti, 2016. Coléoptères du Bassin Parisien – Guide d’identification de terrain. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1927. La Faune de France Illustrée, tome V, Coléoptères 1ère partie. Delagrave.

Richard & Maquart, 2019. La vie des coléoptères d’Europe. Delachaux & Niestlé .

SITES GÉNÉRALISTES :

Le Monde des Insectes (France – en français)  

Les Insectes – site de Alain Ramel (France – en français)

Les pages entomologiques d’André Lequet (France – en français)

Nature Spot. Recording the wild life of Leicester & Rutland (UK – en anglais)

Eakringbirds. The website dedicated to Nottinghamshire’s invertebrate fauna (UK – en anglais)

Fauna Europaea (Allemagne – en anglais)

SITES SUR LES COLÉOPTÈRES :

UK Beetle Recording (UK – en anglais)

UK Beetles

Kerbtier – Beetle fauna of Germany (Allemagne – en anglais)

Koleopterologie (Allemagne – en allemand)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.