Le clyte bélier

Encore un insecte qui cherche à se faire passer pour une guêpe, cette fois c’est un coléoptère cérambycidé. il en existe plusieurs espèces, mais le dessin des bandes jaunes permet de les différencier.

Clytus arietis

Clytus arietis

Clytus arietis

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cerambicidae

ETYMOLOGIE : Clytus = remarquable et arietis de bélier.

DESCRIPTION :

Taille : Le clyte bélier mesure entre 8 et 14 mm

Forme, allure : il est de forme allongée, la coloration noire et jaune de ses élytres évoque l’allure d’une guêpe, ce que renforce son comportement : marche rapide avec les antennes agitées, aisance au vol. Le pronotum (thorax) est noir, carré de forme. Les motifs des élytres peuvent varier, mais la forme « type » a 2 tâches horizontales courtes à l’avant des élytres, après une petite tâche plus centrale, puis 2 bandes courbes en forme de V inversé et une bande transversale. L’extrémité des élytres est jaune. Les antennes sont foncées, mais les articles 2 à 4 sont jaunes, le 3ème étant plus long que le 4ème. Les pattes sont longues, en particulier la troisième paire (P3), elles sont de couleur jaune-orangé, avec les fémurs plus sombres

Coloration : noir et jaune

Comportement : C’est un insecte craintif, assez difficile à photographier.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Clytus arietis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le clyte bélier est commun dans toute la France, et dans l’Europe entière jusqu’au Moyen Orient.

HABITAT : dans les lisières de bois, les chemins forestiers, les clairières, là où l’on peut trouver du bois mort.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Il vole de mai à juillet

le clyte bélier

le clyte bélier

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes fréquentent les fleurs, se nourrissent de nectar et de pollen. Chez certaines espèces de clytes, les adultes ne se nourrissent pas du tout.Les larves se développent dans le bois mort : soit les branches mortes d’arbres vivants, soit les tas de bois coupés, mais aussi les piquets de clôtures, jusqu’aux meubles dans les maisons. Des observations d’adultes émergents d’un tas de buches ne sont pas rares.

Reproduction : Les larves se développent d’abord sous l’écorce, puis s’enfoncent dans le bois où elles se nymphosent. La nymphe passe l’hiver, le cycle dure 2 ans.

REMARQUES : Il existe plusieurs espèces assez proches : Cyrtoclytus capra, Clytus rhamni, Plagionotus arcuatus).

Clytus arietis

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Chinery, 1973

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Dierl & Ring, 2009

Leraut, 2008

McGavin, 2012

Perrier, 1932. Faune de France Illustrée, tome VI.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Cerambycidae

The beetle fauna of Germany

2 commentaires pour “Le clyte bélier

  1. fassone jeanluc dit :

    Bponjour,
    jai innover en mon s/sol une superbe chambre, hors depuis cette année ce type d’insecte est présent
    1. est t’il dangereux pour des enfants
    2. comment se débarrasser de celui ci
    merci en vos diverses réponses ;

    • michel dit :

      Cet insecte ne présente aucun danger, il est totalement inoffensif. Par contre comme cela est signalé dans la fiche, les larves se développent dans le bois mort. Quand on trouve des adultes dans les maisons c’est le plus souvent à partir des buches que l’on stocke pour la cheminée. Mais ces larves peuvent aussi se développer dans des meubles ou boiseries non traités. Donc attention ! S’il y en a peu, on peut les éliminer « manuellement », s’il y en a vraiment beaucoup qui risquent de se reproduire, il vaut mieux utiliser un insecticide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.