Le scatophage du fumier

C’est la mouche des bouses de vache, mais posée sur une feuille, c’est tout de suite autre chose, avec une belle toison jaune d’or.

Scathophaga stercoraria

Scathophaga stercoraria

Scathophaga stercoraria

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Diptère

Famille des Scathophagidae

ETYMOLOGIE : Le nom de genre comme le nom d’espèce signifient « qui mange des excréments »

Le scatophage du fumier

Le scatophage du fumier

DESCRIPTION :

Taille : C’est une mouche de taille moyenne, de 9 à 12 mm

Forme, allure : les deux sexes sont particulièrement velus. Les yeux sont rouges. Les pattes apparaissent assez longues. Les ailes sont repliées au repos le long du corps, légèrement inclinées. On peut apercevoir une tâche noire au milieu de l’aile, vers le bord antérieur.

Coloration : assez variable, plutôt jaune-doré chez le mâle, plutôt jaune-verdâtre pour la femelle, mais parfois plus sombre, grisatre.

Comportement : Elle fréquente les bouses de vaches, les tas de fumiers et les excréments de toutes espèces. Néanmoins, on peut la photographier posée sur des plantes à feuilles larges comme les orties.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le scatophage du fumier est très commun, et se rencontre partout.

HABITAT : Cette espèce est très associée aux élevages de gros mammifères, les bovins en particulier. Son nom anglais « dung-fly » signifie « mouche des bouses ».

PÉRIODE D’OBSERVATION : avril à octobre.

Le scatophage du fumier

Le scatophage du fumier

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes se posent aussi sur les fleurs où ils peuvent à l’occasion capturer de petits insectes.

Reproduction : C’est sur les végétaux que l’accouplement a lieu. La femelle pond ses œufs sur les bouses de vaches principalement. Les œufs ont une forme bizarre avec des sortes d’ailerons qui leur permet sans doute de rester ancrés en surface. La larve est un asticot, comme c’est la règle chez ces diptères, d’une longueur de 10 mm environ, il se développe dans la bouse de vache jusqu’à sa nymphose (ou elle se transforme en pupe, stade immobile), l’hiver se passe sous terre.

REMARQUES : Peu sympathique au premier abord, cet insecte est malgré tout assez photogénique et joue surtout un rôle important dans l’écosystème en participant très activement à l’élimination des déjections animales.

Scathophaga stracoraria

Scathophaga stercoraria

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 2000. Guide des Mouches et des Moustiques. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Diptera Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.