La cistude d’Europe

Bien que son habitat soit fréquemment menacé, la cistude d’Europe n’est pas si rare qu’on pourrait le penser. Mais, particulièrement craintive, elle plonge avant d’être repérée. On peut avoir la chance de l’apercevoir, seule ou en groupe, prenant le soleil sur une pierre ou un tronc émergeant de l’eau.

Emys orbicularis Linnaeus,1758

La tortue des marais

La tortue de Brenne

La tortue boueuse

deux cistudes prennent le soleil sur un plan incliné

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Reptile, Testudinae

Famille des Emydidae

ETYMOLOGIE :

Le mot « Emys » désignait en grec une tortue d’eau douce. Le terme « orbicularis » qui signifie rond, circulaire, fait référence à la forme de la carapace.

En anglais, on la nomme « European pond turtle ». On peut préciser que l’anglais a deux mots pour désigner les tortues : « turtle » pour les tortues aquatiques (marines ou d’eau douce) et « tortoise » pour les tortues terrestres.

Un poste émergeant parmi la végétation est un poste idéal pour la cistude

DESCRIPTION :

Taille : elle peut mesurer plus de 20 cm de longueur pour un poids de 400 à 800 g.

Forme, allure : c’est une tortue à la carapace ovale, lisse, bombée mais plutôt aplatie, et de teinte variable : vert olive foncé, brun foncé, rougeâtre, noire. La tête, le cou et les pattes sont pointillés de jaune. Le plastron est jaune orangé à rougeâtre, une charnière transversale le rend un peu mobile. L’iris de l’œil est jaune orangé avec une grande pupille noire. Les pattes sont palmées et armées de fortes griffes, il y a 5 doigts à la patte avant et 4 à l’arrière. La queue est longue et effilée.

Coloration : variable (voir ci-dessus).

Comportement : on l’observe généralement au soleil sur des pierres ou des bois morts.

C’est une espèce très craintive qui plonge dès qu’elle est dérangée.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Emys orbicularis

Emys orbicularis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce d’Europe centrale et méditerranéenne. En France, elle ne dépasse pas la Loire au nord (mais elle a été introduite à plusieurs endroits). On la trouve en Autriche, en Suisse, en Tchéquie et en Slovaquie, en Allemagne, au Danemark, jusqu’en Russie et en Turquie à l’est, ainsi que dans les Iles méditerranéennes sauf la Crête.

la carapace de la cistude est souvent couverte de boue.

HABITAT : la cistude vit dans les eaux douces ou saumâtres dont le sol est sableux ou vaseux et la végétation abondante : étangs, lagunes côtières, marais, lacs, petits cours d’eau, fossés.

PÉRIODE D’OBSERVATION : elle est active de mars à octobre et hiberne dans la vase. La période d’hibernation est plus courte dans le sud de son aire de répartition.

la peau noire de la cistude est couverte de points jaunes

BIOLOGIE :

Alimentation : la cistude se nourrit surtout dans l’eau d’invertébrés, de têtards, de poissons, de charognes, de grenouilles et de crustacés (écrevisses en particulier), voire d’oisillons. Elle peut aussi aller se nourrir à terre d’escargots ou de lombrics.

Les bois flottants sont souvent utilisés par les cistudes

Reproduction : l’accouplement a lieu de mars à mai, et la femelle pond en mai 4 à 20 œufs blancs en terrain meuble parfois assez loin de l’eau. Elle creuse un nid d’environ 10 cm avec ses pattes arrière. L’incubation dure environ 3 mois jusqu’à la fin de l’été au début d’automne. Les jeunes à l’éclosion mesurent 2 à 3 cm, et ils passent l’hiver dans le nid. Le déterminisme du sexe est chez les tortues (comme chez les crocodiles) dépendant de facteurs génétiques et de la température d’incubation. Si celle-ci dépasse 29°c, le sex-ratio sera favorable aux femelles, il sera favorable aux mâles au-dessous de 28°c. La croissance est lente, de l’ordre d’un centimètre par an. La maturité sexuelle est atteinte à la taille de 15 centimètres chez les femelles.

REMARQUES :

La cistude adulte n’a pas de prédateurs, mais les juvéniles peuvent être la proie des hérons et des putois.

Les données de terrain indiquent que la cistude d’Europe pourrait vivre entre 60 et 100 ans.

RÉFÉRENCES SUR LES REPTILES :

Arnold & Burton, 1978. Tous les Reptiles et Amphibiens d’Europe en couleurs. Elsevier.

Barrioz, Cochard et Voeltzel, 2015. Amphibiens et Reptiles de Normandie. CPIE du Cotentin.

Diesener & Reichholf, 1986. Batraciens et Reptiles. Solar/France Loisirs.

Fretey, 1975. Guide des reptiles et batraciens de France. Hatier.

Perrier, 1924. La Faune de France Illustrée, tome X. Vertébrés. Delagrave.

Rivera, Escoriza, Maluquer-Margalef, Arribas & Carranza, 2011. Amfibis i reptils de Catalunya, Pais Valencia i Balears. Lynx.

Speybroeck, Beukema, Bok & Van der Voort, 2018. Guide Delachaux des Amphibiens et des Reptiles de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

SITE CONCERNANT LA CISTUDE :

DORIS (Données d’Observation pour la Reconnaissance et l’Identification de la faune et la flore Subaquatiques)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.