La couleuvre verte et jaune

Une couleuvre qui peut s’approcher des maisons et qui est réputée pour son agressivité lorsqu’on la dérange. Elle reste inoffensive et c’est certainement la plus belle couleuvre de France.

Hierophis viridiflavus

La Couleuvre verte et jaune

La Couleuvre verte et jaune

POSITION SYSTÉMATIQUE : Vertébré, Reptile

Famille des Colubridae

ETYMOLOGIE

Hierophis : le serpent (Ophis) sacré (Hiero)

“Verte et jaune” est la traduction littérale de viridiflavus.

Les Anglais l’appellent “green whip snake” ou “western whip snake” c’est à dire le « serpent-fouet vert » ou « serpent-fouet occidental ». Une idée qu’on retrouve dans un des noms donnés en France à ce serpent :  le Cinglard (du latin cingula : sangle de cuir pour ceinturer les selles des chevaux).

Couleuvre verte et jaune dissimulée dans la végétation

Couleuvre verte et jaune dissimulée dans la végétation

DESCRIPTION :

Taille : La couleuvre verte et jaune peut atteindre 170cm parfois plus. La majorité des individus mesurent entre 120 et 130 cm.

Forme, allure : Malgré sa taille imposante, la couleuvre verte et jaune semble assez menue. Elle est particulièrement mimétique sur les coteaux ensoleillés où les herbes sont hautes. L’oeil orange semble prendre une propension importante de la tête.

Détail de la tête de la couleuvre verte et jaune

Détail de la tête de la couleuvre verte et jaune

Coloration : Un serpent qui peut présenter plusieurs livrées. La forme typique est jaune parsemée de motifs verts foncés ou même noirs. L’avant du corps présente des espèces de barres sombres dans la largeur du corps. La queue au contraire présente des lignes sombres dans la longueur du corps. Il existe des individus mélaniques.  La livrée de l’adulte apparaît pour sa 4ème année.

Les juvéniles sont d‘un marron clair avec un motif net sur la tête.

Comportement : Elle a la réputation de s’approcher assez près des maisons pour trouver les rongeurs qui constituent le gros de son alimentation. Aussi inoffensive qu’elle soit, de nombreux récits rapportent son agressivité lorsqu’elle est en danger n’hésitant pas à attaquer et mordre avec ardeur et répétition son assaillant.  Dérangée, elle peut aussi se dresser, se gonfler et siffler.

En vérité, et comme tous les serpents, elle aura souvent fuit bien avant que vous ne l’aperceviez. Et même si vous avez la chance de l’apercevoir, elle profitera de la moindre occasion pour filer avec une vitesse particulièrement impressionnante ! Lorsqu’on la voit fuir d’ailleurs, elle semble glisser de toute sa longueur et on ne perçoit pas bien les mouvements de son corps lui permettant d’atteindre une telle vitesse.

Particulièrement polyvalente, cette couleuvre est grimpeuse. On peut l’apercevoir dans les arbustes mais également sur les toits des vieilles bâtisses et vieux hangars qu’elle examine.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Détermination Couleuvre verte et jaune

Détermination Couleuvre verte et jaune

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

Grosso modo, c’est la Loire qui constitue la limite Nord de sa répartition même si elle est observée dans le Morbihan, la Sarthe mais aussi jusqu’à la Marne et la Meuse. Elle est présente uniquement dans le nord de l’Espagne mais occupe quasiment l’intégralité de l’Italie, la Corse, la Sicile et la Sardaigne. C’est dans le Nord Est de son aire de répartition qu’on observe la plus grande concentration d’individus mélaniques.

Comme pour l’ensemble des reptiles de France, c’est une espèce protégée dont la capture, la détention et le commerce sont prohibés. Plusieurs sources la signalent en expansion dans le Nord de son aire de répartition.

Hierophis viridiflavus

Hierophis viridiflavus

HABITAT :

Les coteaux secs, ensoleillés et végétalisés constituent son biotope de prédilection. Mais on peut aussi la voir dans les ruines et les jardins. Dans certains départements tels que ceux de la Région Midi Pyrénées c’est l’espèce de serpent la plus commune. Elle est, par exemple, bien présente dans les jardins et friches de la périphérie de Toulouse.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

On peut la voir de Mars à Octobre. Le reste du temps elle hiberne, parfois en groupe, dans des fissures ou des terriers abandonnés.

 

BIOLOGIE :

Alimentation : La couleuvre verte et jaune a une préférence pour les lézards et les petits mammifères. Mais, l’espèce peut également consommer d’autres serpents, des oeufs et des oisillons ou des batraciens.

Reproduction :

Les mâles s’adonnent à des joutes qui trahissent la présence de l’espèce dans un biotope. Ils avancent dans les herbes en se fouettant mutuellement. Après l’accouplement au mois de mai,  une douzaine d’oeufs (possiblement entre 4 et 15) de 30 à 40 mm sur 15 à 22 mm sont déposés à partir de la fin juin sous des pierres. L’incubation dure 6 à 8 semaines et les couleuvraux mesurent entre 20 et 25 cm à la sortie de l’oeuf.

 

REFERENCES :

N. Arnold, D. Ovenden, 2004. Le guide herpéto. Delaschaux et Niestlé.

http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CISTUDE_NATURE_2010_cle0e12f6.pdf

http://www.naturemp.org/Couleuvre-verte-et-jaune.html

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/77949

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *