Le clytre des saules

Cette jolie chrysomèle se nourrit des feuilles d’arbres variés, mais ses larves s’installent dans les fourmilières où elles se développent en parasites.            

Clytra laeviuscula

Le clytre lustré

DSC03161

Clytra laeviuscula

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Chrysomelidae

ETYMOLOGIE :

Clytra vient d’un mot qui signifie « cloture » et « laeviuscula » est un diminutif de laevis qui veut dire « lisse »

En anglais il se nomme « willow clytra », le clytre des saules.

DESCRIPTION :

Taille : 7 à 11 mm

Forme, allure : le clytre des saules ressemble à une coccinelle très allongée. Les élytres sont orangés avec des taches noires : 2 gros points dans l’angle antérieur des élytres et deux grosses taches qui se touchent presque au milieu des élytres. La tête est noire, le thorax noir brillant (lustré), l’écusson est également noir.

Coloration : orange et noir.

Comportement : cette espèce se rencontre à proximité des fourmilières de fourmis rousses (Formica rufa). Ses larves sont en effet des parasites des fourmis.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Clytra laeviuscula

Clytra laeviuscula

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Clytra laeviuscula est présent en Europe centrale et méridionale.

HABITAT : lisières de bois, prairies sèches, prairies humides.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

DSC03166

le clytre des saules

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes sont phytophages, ils se nourrissent de feuilles de saules, de sureau.

Reproduction : les femelles pondent des œufs enveloppés dans une sorte d’étui qui ressemble à une petite pomme de pin. Ces œufs sont déposés à proximité d’une fourmilière et les fourmis les emportent sans doute comme matériau de construction. Les larves éclosent dans la fourmilière et se nourrissent de débris, mais aussi des œufs et des larves de fourmis. La vie larvaire dure deux ans, et pour se protéger la larve se construit un fourreau de terre et de ses déjections, dans lequel elle reste logée. Elle peut en obstruer l’ouverture avec le dessus de sa tête pour se protéger.

REMARQUES :

DSC03169

Clytra laeviuscula

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave.

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes   

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

The beetle fauna of Germany   

 

7 commentaires pour “Le clytre des saules

  1. Marion dit :

    Bonjour
    J’ai ces insectes dans mon jardin et elles attaques mes glaeil et mes lys que puis-je faire pour les irradiquer?

    • Pelletier dit :

      Bonjour, je suis votre demande car sa fait 2ans que j’en ai aussi sur mes lys et glaïeuls autour de mon lilas et à part tout couper(mes fleurs) je n’ai rien trouvé comme solution.

  2. Peggy dit :

    Bonjour,
    Ces charmantes bestioles que je prenais pour des coccinelles ont envahi mon jardin et tout particulièrement mes fruitiers. En effet, elles ont colonisé mon prunier Mirabelle de Nancy et, j’en retrouve également dans mon pommier et de temps à autre dans mon poirier.
    Comment limiter leur prolifération ?

    • Michel dit :

      L’éradication des insectes n’est vraiment pas notre spécialité, toutefois, en ce qui concerne les espèces comme le clytre des saules ou la chrysomèle du romarin, qui sont des espèces bien visibles, et d’une taille égale ou supérieure à celle des coccinelles, et dont les effectifs restent raisonnables (ou plus des dizaines), le mieux est de les prélever. Sachant que vous en aurez oublié 3 ou 4, vous aurez sauvegardé vos plantations sans avoir menacé la survie d’une espèce.
      Michel

      • Letram dit :

        La survie de cette espèce est-elle nécessaire ? En quoi cette éradication serait-elle préjudiciable ? A-t-elle des prédateurs ? Elle ravage les « saules » et autres « fruitiers » en toute impunité ; si aucune compensation, il faut l’éradiquer point barre !

  3. Letram dit :

    Reste-t-il des gens sur le site ? Marion, Pelletier, Peggy et Michel auriez-vous trouvé la solution pour se débarrasser de ces sa…eries de clytres ? Quand Michel dit qu’il faut préserver sa survie, je suis obligé de rire ; tous les jours j’en trucide une vingtaine et ça, depuis maintenant une semaine voire plus ! J’ai soumis le problème à tous les responsables de jardineries aux alentours et PERSONNE ne connaissait cet insecte et pire, ils n’en avaient jamais vu. Faut-il en récupérer et « infester » leurs espaces verts pour qu’ils réagissent ? Merci pour vos réponses…

  4. Jehl dit :

    Suis en creuse et je découvre ce petit hanneton. Ils sont des milliers peut-être des centaines de milliers d’abord sur les poiriers et désormais plus de fruits maintenant ils ont attaqué aussi le cerisier. Je ne traite rien chez moi . L’année dernière nous avions les frelons asiatiques qui ont mangé tous nos fruits et une bonne part de nos abeilles et là ces petits hannetons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.