L’épeire diadème

C’est  sans doute la plus fréquente des araignées de nos jardins. Elle tisse de grandes toiles bien régulières et porte sur l’abdomen un motif en forme de croix bien reconnaissable.

Araneus diadematus

épeire porte croix

Vous cherchez à identifier une araignée ? Peut-être la trouverez-vous dans la galerie

épeire diadème

épeire diadème

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide Aranéide

Famille des Araneidae

ETYMOLOGIE :

DESCRIPTION :

Taille : elle peut atteindre 17 mm

Forme, allure : elle se reconnait à la croix formée de petites tâches blanches sur la face dorsale de son abdomen.

Coloration : La coloration de base est brun-orangé plus ou moins sombre selon les individus. Les pattes sont rayées rouge-brun et clair.

Araneus diadematus

Comportement : L’épeire diadème est une araignée orbitèle c’est à dire qui construit une large toile très régulière. Celle-ci mesure 40 cm et jusqu’à 1 m parfois, l’épeire la construit en une heure environ, et selon J.H.Fabre, elle la reconstruit chaque matin. L’épeire diadème se tient le plus souvent au centre de sa toile, la tête vers le bas, les 2 premières paires de pattes groupées et étendues vers l’avant, la troisième à peu près horizontale, et la quatrième vers l’arrière. On la trouve aussi très souvent cachée sous une feuille à proximité de la toile, un fil la renseigne alors lorsqu’une proie s’est laissée prendre.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

DSC01695

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’épeire diadème est présente dans l’Europe entière

HABITAT : elle vit dans les endroits plantés d’arbustes ou d’arbres, et est très fréquente dans les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION :

BIOLOGIE :

Alimentation : Elle se nourrit d’insectes petite taille qu’elle tue grâce à son venin et qu’elle enveloppe aussitôt d’un cocon de soie. Elle peut piquer l’homme, mais cette morsure n’est pas dangereuse.

Reproduction : La reproduction a lieu en août-septembre, et comme souvent chez les araignées, le mâle nettement plus petit que la femelle, risque d’être dévoré. La femelle dépose ses œufs dans une sorte de cocon jaunâtre, arrondi, qu’elle place sous l’écorce d’un arbre ou dans une fente où les œufs vont hiberner. Les adultes meurent à la fin de la saison. Au printemps il n’est pas rare d’assister à l’éclosion de centaines de petites araignées jaunâtres.

Araneus diadematus

éclosion d'épeires diadèmes

éclosion d’épeires diadèmes

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

19 comments on “L’épeire diadème

  1. BARREAU Florence dit :

    C est génial ce site.Peut on trouver cette araignée au printemps?
    Merci de votre réponse

    • michel dit :

      Merci pour ce commentaire encourageant. Pour l’épeire diadème, dans mon jardin de Normandie, elle devient abondante en juin, par contre je peux l’observer jusqu’en novembre.
      Michel

  2. rita lambert dit :

    J’ai personnellement hébergé une épeire dans ma salle à manger pendant près d’un an. Elle avait tissé sa toile à l’intérieur sur une grande fenêtre. Cette cohabitation m’a appris qu’elle ne tisse une nouvelle toile que environ toutes les semaines. Elle rafistole vaguement les parties abîmées entre deux nouvelles constructions. Il est probable que dans la nature elle doive renouveler plus souvent sa toile! mais ce n’est certainement pas un réflexe lié au jour nouveau. Elle apprécie les mouche et beaucoup moins les mites. A l’approche des grands froids, elle a délaissé totalement sa toile pour se camoufler dans une plante en pot qui ornait l’appui de fenêtre. Nous en avons profité pour enfin laver la fenêtre mais elle n’est pas réapparue. Par contre notre jardin a été superbement décorée à partir de l’année suivante! Je ne suis pas sûre que les nouveaux propriétaires de la maison aient apprécié ces locataires pourtant peu bruyant!

  3. Bonjour je m’appelle Aurélie et je dois faire un exposer sur l’Epeire Diadème..J’ai la frousse des Araignées mais quand on les regarde assez souvent nous n’en avons plus la fobie…..

  4. Johanna dit :

    Bonjour,

    Depuis ce printemps une petite épeire diadème (environ 10 mm) s’est installée entre une suspension fleurie et la fenêtre du salon. Une aubaine pour ma petite fille de 4 ans qui a pu l’observer en train de chasser, tisser un cocon autour de sa proie ( mouche, jeune abeille, guêpe…) et se nourrir. Sa croissance a été impressionnante car elle a doublé sa taille en à peine deux semaines. Au printemps et en début d’été, elle passait sa journée au centre de sa toile. Son comportement a changé depuis la fin de l’été : Durant la journée elle patientait dans son « nid » aménagé sous le rebord de la suspension à l’aide de fil de soie, le tout caché par les feuilles sèches de la plante.Le soir venu, elle occupait à nouveau le centre de sa toile.
    Elle a disparu durant une semaine fin août puis est revenue.
    Elle a disparu à nouveau la semaine dernière (nous l’avions cru morte) mais elle vient de revenir. Elle a tissé sa toile un peu plus haut. A sa taille maintenant impressionnante (35 mm)nul doute qu’il sagit d’une femelle. Ce doit être le même individu car il ne s’effaie pas facilement lorsque on l’observe et ne quitte même pas sa toile lorsque j’ouvre la fenêtre pour ramener les volets qui protègent les plantes du froid (alors que les autres épeires diadème observées au jardin sont craintives et se cachent très vite si on les approche d’un peu trop près). Nous l’avons surnommée Aragoth en raison de sa taille exceptionnelle pour un individu de cette espèce, ma petite fille ayant l’espoir secret que son « amie » vive aussi longtemps que l’araignée de J.K Rowling, malgré les prévisions pessimistes de Mr Fabre.

    • Michel dit :

      belle initiation à l’observation de la nature. J’espère que vous aurez la chance de découvrir les petites épeires à l’éclosion !! spectacle garanti .

  5. Billy dit :

    Bonjour,
    j’ai onze ans et une épeire diadème c’est installée dans ma salle de bain en fin d’été.
    Je voyais qu’elle n’attrapait pas d’insecte donc je lui ai donné des insectes morts que j’ai trouvé par terre mais elle ne les acceptait pas.
    Je lui donné un nom:Tartempion 0_o
    Il parait qu’elles dorment pendant l’hiver donc elle était un petit peu dans les vapes.
    Hier,Tartempion ne bougeait plus, je ne sais pas si elle est morte ou si elle hiberne car elle est molle.
    J’était tellement triste que j’ai pleuré.

    • Michel dit :

      Bravo pour cette observation et pour le soin apporté à cette araignée. Mais avec l’hiver, la majorité d’entre elles vont disparaitre, elles ont auparavant pondu leurs œufs dans un petit cocon bien protégé, et ces œufs vont éclore l’an prochain. Les petits de l’épeire diadème sont faciles à reconnaitre, ils sont jaunes et noirs. Pour te remercier de ton message, je vais en mettre une photo sur le site web.

  6. ragragui dit :

    Salut j’ai 11 ans et je voudrait comment passe l’hiver l’épeire diadème car j’ai un exposé dessus et je n’ai rien trouve

    • Michel dit :

      La plupart des araignées sont des animaux saisonniers, elles se reproduisent l’année où elle sont nées et ce sont les œufs qui passent l’hiver (en diapause, c’est à dire en vie ralentie) et qui vont éclore au printemps pour donner naissance à la nouvelle génération. Les adultes dans ce cas meurent à la fin de l’année, ils ont eu une durée de vie de 6 à 8 mois. Certaines espèces comme les tégénaires (voir la fiche dans le site) vivent dans des endroits plus abrités et leur durée de vie peut être de 2 à 5 ans. Enfin, certaines grosses mygales pourraient vivre 20 ans.

  7. TANG Cécile dit :

    En arrachant des herbes sauvage derrière mon entrée de caves, ils y en avait partout, mais le plus étonnant, c’est qu’elles n’était pas toutes blanches, il y en avait beaucoup de rouges.( le motif sur le dos était rouge). Est-ce la même espèce ou bien?

  8. Solange dit :

    Bonjour,
    je me questionne sur l`espèce de l’araignée qui se trouve dans les plants ;a l’avant de ma maison.
    Voici quelques photos:
    http://i60.tinypic.com/m7gmis.jpg
    http://i62.tinypic.com/1693f5z.jpg
    http://i59.tinypic.com/zwjout.jpg

  9. milan dit :

    bonjour,j’ai entendu dire que certaine épeire diadème pouvais pondre des oeufs sous la peau , je ne sais pas si c’est vrai pouvez vous me donner votre opinion ? merci d’avance.

    • Michel dit :

      Pour pouvoir pondre sous la peau d’un animal, il faut un organe de ponte perforant et adapté à ce mode de reproduction. Les araignées en sont dépourvues. Toutes les araignées déposent leurs œufs dans des cocons de soie. Je ne sais pas ce qui est à l’origine de cette légende des araignées qui pondent sous la peau et des petites araignées qui en sortent, mais c’est une histoire récurrente et une idée à écarter définitivement.

  10. brunok dit :

    J’ai suivi une 10aine de grosses epères
    ds mon jardin dès l automne 2014,en mai 14 de nombreux petites araignées se sont èparpiees. Aujourd’hui à 3mois elles ont 3-4km. En même temps j en trouvé aussi des adultes qui ont passé l hiver,contrairement à ce qu’bondit. Est ce possible?

    • Michel dit :

      D’après l’ouvrage d’Alain Canard et Christine Rolland (à la découverte des araignées, chez Dunod), les individus qui n’ont pas atteint le stade adulte et les femelles non fécondées peuvent survivre à l’hiver.

  11. Léopold dit :

    Bonjour ! J’ai une magnifique épeire diadème qui a bâti une très grande toile d’un mètre devant ma fenêtre de salon. J’ai pris quelques photos mais la lumière et les couleurs ne sont pas formidables, flash trop fort et lampe à DEL. Elle doit être une femelle vu la taille impressionnante, de la tête au bout de l’abdomen, à peu près (à vue de nez) 15mm de long, et ses pattes sont repliées. 3 bons centimètres d’envergure. Elle me présente son ventre, mais je peux observer sur son abdomen deux espèces de rostres très proéminents situés de part et d’autre, on dirait un peu une tête de chat. Je n’avais jamais observé cela auparavant. Je suis disposé à vous faire parvenir mes clichés, si cela intéresse quelqu’un, si les couleurs sont peu visibles dues à la lumière un peu bleue, les détails sont très présents.

  12. Jean-Michel dit :

    Super ce site! J’ai une belle photo d’une épeire porte-croix avec le cocon de soie qu’elle vient de tisser autour d’un insecte mais je ne sais comment la transmettre.

    • Michel dit :

      Bonjour,

      Merci de visiter notre site.
      Pour envoyer une photo, c’est très simple, il suffit d’aller dans la rubrique « aide à la détermination » , c’est un onglet en haut sur le portail de notre site et de remplir les cases puis de cliquer sur envoyer.

      amicalement

      Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>