Fiches liées au terme élytres mous


Le téléphore trompeur

Ce téléphore (ou cette cantharide) a les élytres roux clairs, souples, mais qui recouvrent entièrement l’abdomen et les ailes. Sa tâche noire sur le pronotum permet de le reconnaître sans trop de risques d’erreur.

Cantharis decipiens

Cantharis decipiens

Cantharis decipiens

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cantharidae

ETYMOLOGIE : Cantharis = du nom latin d’un insecte nuisible et decipiens = trompeur

DESCRIPTION :

Taille : de 7,5 à 9 mm

Forme, allure : Allure classique de téléphore : corps allongé, élytres mous, antennes assez longues, pronotum presque carré. La tête est noire et finement ponctuée, les yeux sont assez grands et proéminents. Le pronotum est jaune clair, mais avec une large tâche noire qui va de la marge antérieure à la marge postérieure. Les élytres sont roux, et couvert d’une pubescence bien visible. Ils recouvrent totalement l’abdomen et les ailes postérieures. Les antennes et les pattes sont rousses. Les antennes sont plus sombres à leur extrémité et les fémurs des pattes arrière sont en partie brun sombre.

Coloration : roux et noir

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cantharis decipiens

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent en Europe du nord et centrale.

HABITAT : zones boisées, dans les herbes et sur les fleurs. On le rencontre aussi dans les jardins, même en centre ville. Il apprécie les endroits bien ensoleillés.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril-mai au mois d’août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les imagos se rencontrent d’abord sur les fleurs d’aubépine, puis sur les ombellifères.

Reproduction

le téléphore trompeur

le téléphore trompeur

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

The Coleopterist

The beetle fauna of Germany 

Watford Coleoptera Group

Le téléphore livide

Il existe une trentaine d’espèce de téléphores en Europe, celle-ci se reconnaît principalement à ses élytres roux et son thorax orange.

Cantharis livida

Cantharis livida

Cantharis livida

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cantharidae

ETYMOLOGIE : Cantharis = nom grec d’un insecte ravageur, livida = livide

Téléphore (Telephorus) signifie qui porte loin,  donc désigne une espèce courante.

DESCRIPTION :

Taille : 10 à 15 mm

Forme, allure : coléoptère au corps plat, allongé avec des élytres souples. La tête et le pronotum sont rouge-orangé, les élytres sont jaunâtres à brun-rouge. Il y a généralement des tâches noires sur le pronotum. Les antennes sont assez longues, rougeâtres à leur base et plus foncées vers l’extrémité. Les pattes sont oranges et noires. Il existe une sous-espèce aux élytres presque noirs.

Coloration : orangé et jaunâtre.

Comportement : les adultes se trouvent sur les fleurs (ombellifères) ou les arbustes.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cantharis livida

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : pratiquement toute l’Europe.

HABITAT : buissons, lisières de bois, prairies.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril à août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de petits insectes, les larves sont également prédatrices, mais surtout d’escargot ou de vers de terre.

Reproduction

REMARQUES :

téléphore livide

téléphore livide

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (sous le nom Telephorus lividus)

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

The beetle fauna of Germany 

 

La malachie à 2 tâches

Un bien joli petit coléoptère vert avec deux petites taches de couleur rouille à l’extrémité des élytres.

Malachius bipustulatus

 

Malachius bipustulatus

Malachius bipustulatus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Coléoptère

Famille des Malachiidae

ETYMOLOGIE : malachius = mou (les élytres) et bipustulatus = à 2 tâches

DESCRIPTION :

Taille : coléoptère de petite taille, 6 à 7 mm

Forme, allure : les élytres sont mous et ne recouvrent pas la totalité de l’abdomen

Coloration : tout le corps est vert métallique, avec 2 tâches rouges-orangées à l’extrémité des élytres.

Comportement : les malachies possèdent des glandes excertiles qui se retournent en doigt de gant, rougeâtres, et qui dégagent une odeur éthérée.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent dans l’Europe entière. Espèce commune.

HABITAT : prairies fleuries, bords de chemins, lisières de forêt.

malachie à 2 points

malachie à 2 points

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mai à août.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes se nourrissent de pollen (ombellifères et graminées). Les larves sont prédatrices, elles vivent dans les fentes de l’écorce ou dans les galeries d’insectes.

Reproduction : les mâles émettent une phéromone. L’accouplement est précédé d’une parade. La femelle pond une trentaine d’œufs dans l’écorce de bois mort.

REMARQUES : il existe plusieurs espèces très proches.

malachie à deux points

malachie à deux points

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Leraut, 2008

Perrier, 1932. Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie.

Reichhoff-Riehm, 1983

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie





Le téléphore fauve

Ils sont parfois très nombreux sur les ombellifères, entièrement roux sauf l’extrémité des élytres qui est noire.

Rhagonycha fulva

Le téléphore roux

Rhagonycha fulva

Rhagonycha fulva

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cantharidae

ETYMOLOGIE : Rhagonycha = qui a l’ongle fendu et fulva = fauve

DESCRIPTION :

Taille : au plus 1 cm.

Forme, allure : il a le thorax rouge orangé brillant et les élytres brun-roux, mais avec l’extrémité noirâtre. Ces élytres sont recouverts d’une fine pubescence. Les antennes et les yeux sont noirs.  Comme les autres membres de la famille, le téléphore fauve a des élytres mous.

Coloration : rouge orangé avec l’extrémité des élytres noire.

Comportement : Ils sont souvent en groupes denses et peuvent même paraître envahissants.

téléphores fauves sur ombellifère

téléphores fauves sur ombellifère

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Cette espèce est présente dans toute l’Europe, la limite nord est au niveau du sud de la Scandinavie, et coté est, on la trouve jusqu’au Caucase. Il s’agit d’un insecte très commun.

HABITAT : Ses milieux de prédilection sont les lisières de bois, les prairies, parfois les jardins ou les potagers, ils apprécient tout particulièrement les ombellifères.

téléphore fauve

téléphore fauve

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes se rencontrent dès le mois de mai, mais sont vraiment nombreux en juillet et août.

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes se nourrissent de pollen, mais aussi d’insectes divers. Les larves se nourrissent d’insectes et d’escargots.

Reproduction : Les accouplements sont très fréquents. La femelle pond ses œufs sur le sol. Les larves sont poilues. Elles hivernent sous les pierres ou les feuilles. La nymphose a lieu au printemps.

REMARQUES :

 

Rhagonycha fulva

Rhagonycha fulva

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

The beetle fauna of Germany

 

L’œdemère noble

Ce coléoptère vert métallique est très fréquent sur les fleurs où il se nourrit. Ses élytres sont souples et se rétrécissent vers l’arrière. On reconnait les mâles à leurs fémurs des pattes postérieures particulièrement développés.

Oedemera nobilis (ex- Oncomera nobilis).

Oedemera nobilis (mâle)

Oedemera nobilis (mâle)

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Oedemeridae

ETYMOLOGIE : Oncomera = cuisse renflée et nobilis = noble

En anglais il se nomme « swollen-thighed beetle », le coléoptère aux cuisses renflées.

Oedemera nobilis (mâle)

Oedemera nobilis (mâle)

DESCRIPTION :

Taille : Il ne mesure que 8 à 12 mm

Forme, allure : Deux particularités permettent d’identifier assez aisément cet insecte. D’abord ses élytres plutôt mous vont en se rétrécissant vers l’arrière, ce qui découvre l’extrémité de l’abdomen et les ailes membraneuses qui lui permettent de voler. Ensuite, mais cela ne concerne que les mâles, les fémurs des pattes arrières sont très renflés. C’est un caractère sexuel secondaire assez peu fréquent, bien visible sur ces photos.

L’œdemère noble possède de longues antennes filiformes, comme celles des Cerambycidae dont il est assez proche. Sa larve en effet ressemble beaucoup à celle des longicornes.

Coloration : vert brillant, métallique (parfois cuivré).

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

Oedemera nobilis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :  Présents en Europe occidentale et méridionale, ils sont particulièrement répandus dans le midi de la France, mais bien présents jusqu’au sud de l’Angleterre.

HABITAT : Les lisières de bois, les prairies fleuries sont leurs habitats habituels.

PÉRIODE D’OBSERVATION : On peut observer les adultes d’avril à août.

l'œdemère noble (femelle)

l’œdemère noble (femelle)

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes vont de fleur en fleur, car ils se nourrissent de pollen.

Reproduction : Les larves vivent au sol, dans le bois en décomposition, dans des tiges ou racines mortes.

couple d' Œdemera nobilis, femelle à gauche

couple d’ Œdemera nobilis, femelle à gauche

REMARQUES : Il existe plusieurs espèces proches comme Œdemera femorata ou Œdemera lurida, qui ne présentent pas cette très jolie couleur vert brillant.

l'œdemère noble (mâle)

l’œdemère noble (mâle)

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins. (Oedemera nobilis)

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion. (Oedemera nobilis)

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé. (Oedemera nobilis)

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse. (Oedemera nobilis)

Perrier, 1932. La Faune de France Illustrée, tome VI, Coléoptères 2ème partie. Delagrave. (Oedemera nobilis)

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie   (Oedemera nobilis)

 

Le téléphore brun

Les cantharidés ont les élytres mous, et qui souvent ne recouvrent pas tout l’abdomen. Il en existe une bonne dizaine d’espèces voisines et qui sont faciles à rencontrer.

Cantharis fusca

Le téléphore noir

Cantharis fusca

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Coléoptère

Famille des Cantharidae

ETYMOLOGIE : Cantharis = nom d’un insecte qui s’attaque aux grains (grec) et fusca = brun

En anglais il se nomme « common soldier-beetle », le terme de « soldier-beetle » désignant les Cantharidae.

le téléphore noir

le téléphore noir

DESCRIPTION :

Taille : Le téléphore brun mesure environ 1,5 cm

Forme, allure : Coléoptère allongé, élytres aux bords parallèles et de consistance molle.

Coloration : Il a le pronotum (corselet) de couleur rouge avec une tâche noire vers l’avant, les élytres noirs et les pattes noires.

Comportement : vole très bien

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Cantharis fusca

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Très commun en France, il occupe en Europe une large aire de répartition du nord de l’Espagne et de l’Italie jusqu’au sud de la Scandinavie.

HABITAT : On le rencontre dès le printemps dans des prairies fleuries généralement proches de bois ou de forêts. Posé sur les fleurs, en particulier les ombellifères, il attend ses proies, de petits insectes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : mai à juillet

BIOLOGIE :

Alimentation : C’est en effet une espèce carnassière.

Reproduction : Après l’accouplement, les femelles déposent leurs œufs dans le sol. Les larves, comme les adultes sont carnassières. Elles ressemblent aux larves des vers luisants et chassent au sol principalement des escargots. Elles hibernent au niveau du sol, mais peuvent entrer en activité en plein hiver si la température s’adoucit, y compris après des chutes de neiges d’où leur appellation de « vers de neige ».

accouplement de Cantharis fusca

REMARQUES : Il y a plusieurs espèces proches, Cantharis rustica avec la tache noir du thorax en forme de cœur et la base des fémurs rouge ou orangée, Cantharis obscura, complètement noir, Cantharis livida, qui est entièrement roux, Cantharis pellucida.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

McGavin, 2012

Perrier, 1932. Faune de France Illustrée tome VI (sous le nom de Telephorus fuscus).

Reichhoff-Riehm, 1983

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

The beetle fauna of Germany