Fiches liées au terme chenille verte


La piéride de la rave

Après la piéride du chou et la piéride du navet, voici la troisième espèce de Pieridae blanche avec des taches noires. C’est aussi sans doute la plus fréquente. Sa chenille aussi se développe sur les crucifères.

Le petit blanc du chou

Pieris rapae Linné, 1758

Pieris rapae

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère Rhopalocère

Famille des Pieridae

ETYMOLOGIE :

Pieris est une référence aux Piérides, muses nées sur le Mont Pieros en Thessalie et « rapae » signifie « de la rave ».

En anglais on l’appelle « small white », le petit blanc (« large white » étant la piéride du chou).

la piéride de la rave

DESCRIPTION :

Taille : l’envergure est comprise entre 40 et 50 mm.

Forme, allure : c’est un papillon de taille moyenne, aux ailes blanches avec des taches noires. L’apex de l’aile antérieure est noir comme chez la piéride du chou, mais cette tache est ici plus petite. Le dessus de l’aile antérieure porte au moins une tache discale noire, 2 chez la femelle. Le dessous des ailes postérieures est jaunâtre avec les nervures légèrement saupoudrées de gris, beaucoup moins que chez la piéride du navet, avec un aspect un peu frotté (rapé).

Coloration : blanc et noir.

Comportement : c’est une espèce migratrice.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Pieris rapae

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce très commune, et présente dans la France entière. C’est même une espèce « mondiale » depuis qu’elle a été introduite en Amérique et en Australie.

HABITAT : milieux ouverts, jardins, cultures, lisières et clairières de bois.

PÉRIODE D’OBSERVATION : avril à octobre.

Pieris rapae

BIOLOGIE :

Alimentation : la chenille se développe sur des crucifères sauvages ou cultivées : chou sauvage et cultivé, colza, moutarde des champs, capucine. Les adultes butinent de nombreuses fleurs, le buddleia étant très apprécié.

Reproduction : il peut y avoir jusqu’à 4 générations par an. La femelle pond ses œufs individuellement ou en groupes. La chenille s’enfonce dans la plante-hôte. Elle atteint 25 mm et elle est verte avec une fine ligne jaune médio-dorsale. C’est la chrysalide qui hiverne.

REMARQUES :

la piéride de la rave

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Tolman & Lewington, 2009. Collins butterfly guide. Collins.

Le Monde des Insectes  

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de l’Indre

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français 

Lépidoptères de France méridionale et de Corse

Butterflies and moths of Switzerland

European butterflies and moths 

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

La méticuleuse

Meticulosa en latin voulait dire craintive, c’est le deuxième nom vernaculaire de cette espèce qui est bien mérité. Découvert, il s’envole rapidement et se cache très vite dans une anfractuosité.

Phlogophora meticulosa (Linné, 1758)

La craintive

Phlogophora meticulosa

Phlogophora meticulosa

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère Hétérocère

Famille des Noctuidae

ETYMOLOGIE :

Phlogophora en grec signifie qui porte des flammes, et meticulosa en latin veut dire craintive. L’usage qui veut que l’on utilise des racines de même origine, grecque ou latine, pour le nom de genre et le nom d’espèce n’est ici pas respecté.

En anglais, ce papillon s’appelle « angle shades » que l’on pourrait traduire par « nuances angulaires »

la méticuleuse

la méticuleuse

DESCRIPTION :

Taille : c’est une assez grande noctuelle, dont l’envergure est comprise entre 45 et 50 mm, pour une aile antérieure comprise entre 21 et 25 mm.

Forme, allure : la méticuleuse au repos ressemble a une feuille séchée et racornie. Les ailes antérieures sont brun-clair, tirant parfois sur le rose ou le verdâtre, avec au centre une tache triangulaire dont la base est le long de la marge antérieure et la pointe vers le corps. Cette tache, brun-foncé, contient un triangle plus clair. Si les couleurs peuvent varier, le motif reste stable. Le bord externe des ailes antérieur est festonné ce qui renforce la ressemblance avec une feuille morte.

Coloration : nuances de brun.

Comportement : ce papillon peut rester longtemps parfaitement immobile, mais il est très facilement effarouché. Il vole la nuit et il est attiré par la lumière.

C’est une espèce migratrice.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

phlogophora-meticulosa

Phlogophora meticulosa

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : cette espèce est qualifiée de méditerranéo-asiatique », elle est néanmoins présente dans la France entière et dans une large partie de l’Europe.

HABITAT : on rencontre cette espèce dans des milieux variés, boisés aussi bien qu’ouverts, jardins (même en ville) bocage, marais.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les imagos volent de mars à novembre.

Phlogophora meticulosa

Phlogophora meticulosa

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent de nombreuses fleurs. La chenille est polyphage, on la trouve entre autres sur l’ortie dioïque, la bruyère, le saule marsault, la fougère mâle, le troène, le pissenlit, le mouron blanc, la patience, la ronce, le chêne, le bouleau.

chenilles de la méticuleuse

chenilles de la méticuleuse

Reproduction : il y a deux générations par an, avec deux pics dans les effectifs, le premier en mai-juin, et le second, plus important, entre août et octobre, avec la deuxième génération renforcée par l’arrivée d’émigrants. Les œufs sont pondus sur les feuilles, soit isolément soit en petits groupes. L’éclosion a lieu une dizaine de jours après la ponte. La chenille s’alimente la nuit et reste cachée dans la journée. Cette chenille est vert vif, parfois jaunâtre ou brunâtre avec une ligne dorsale sombre ponctuée de blanc et des stries obliques sur les cotés du corps. Certains exemplaires sont unis. Elle atteint 40 à 45 mm. La nymphose se déroule à faible profondeur dans le sol, dans un cocon. C’est la chenille qui hiverne.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Lepertel & Quinette, 2016. Atlas des papillons de nuit de Basse-Normandie et des Iles Anglo-Normandes. Les noctuelles. GRETIA.

Novak & Severa, 1983. Le multiguide nature des papillons d’Europe. Bordas.

Orhant et Wambeke, 2010. Atlas des papillons de nuit du Nord-Pas de Calais. GDEAM.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Nature Spot Leicestershire and Rutland

Eakringbirds

6 pattes. Les papillons de la Vienne 

Papillons de l’Indre

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths

The moths of Hampshire and Isle of Wight

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

La plusie chalcite

C’est une magnifique noctuelle aux reflets d’or, avec deux points blancs sur le coté et une sorte de casque formé par des soies raides. Mais sa chenille est redoutable pour les cultures.

Chrysodeixis chalcites

La noctuelle de l’artichaut

DSC05390

Chrysodeixis chalcites

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Noctuidae

ETYMOLOGIE :

Chrysodeixis vient du grec et signifie « qui montre de l’or » , et chalcites veut dire « de bronze »

En Angleterre, cette espèce classée comme migrante ou importée est appelée « golden twin spot moth », le papillon de nuit doré aux deux points.

DSC05415

la plusie chalcite

DESCRIPTION :

Taille : l’aile antérieure mesure entre 15 et 18 mm, ce qui correspond à peu près à la longueur de ce papillon. Son envergure se situe entre 32 et 42 mm.

Forme, allure : cette noctuelle ressemble d’allure au gamma (Autographa gamma). Elle s’en distingue par sa coloration dorée, ses deux taches blanches au milieu de l’aile antérieure et cette sorte de crête sur le dessus de la tête.

Coloration : brun doré

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Chrysodeixis chalcites

Chrysodeixis chalcites

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce originaire de zones tropicales et sub-tropicales. On la trouve dans la Bassin Méditerranéen, et elle est installée aujourd’hui dans la moitié sud de la France mais fait des incursions migratrices jusqu’en Belgique. Elle est par ailleurs souvent introduite avec des plantes élevées en serre.

HABITAT : parcs, jardins, cultures, serres.

PÉRIODE D’OBSERVATION : dans le milieu naturel, c’est une espèce qui émerge à la fin de l’été et que l’on peut voir jusqu’en automne.

Chrysodeixis chalcites

Chrysodeixis chalcites

BIOLOGIE :

Alimentation : les plantes-hôtes de la chenille sont nombreuses et se compte en particulier parmi les plantes cultivées : tomate, aubergine, concombre, poivrons, basilic, tabac, mais aussi la vipérine (Echium vulgare), ou la ronce.

Reproduction : Il y a plusieurs générations par an (jusqu’à 8 ou 9 générations par an au Moyen Orient). Les femelles sont extrêmement fertiles, elles pondent des centaines d’œufs. Les œufs sont blanc nacré, ils sont hémisphériques avec une trentaine de côtes verticales. La vie larvaire dure environ trois semaines avec 6 stades larvaires. La chenille est verte et se déplace en arpentant comme une chenille de Geometridae, elle atteint 34 à 38 mm.

J’ai récupéré 2 chenilles d’environ 30 mm sur un pied de basilic acheté dans une jardinerie le 21 juillet. J’ai cru tout d’abord avoir affaire à Autographa gamma. Elles se sont nymphosées le 26 juillet, dans un fin cocon de soie, après avoir consommé les trois-quarts du basilic. Les deux imagos ont émergé le 6 août au matin à une heure d’intervalle, j’ai pu alors constater mon erreur en identifiant cette noctuelle.

DSC04430

chenille de Chrysodeixis chalcites

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Laplanche & Corge, 2008. Papillons de Méditerranée. Edisud.

Robineau, 2011. Guide des Papillons nocturnes de France. Delachaux & Niestlé.

Waring & Townsend, 2004. Field Guide to the Moths of Great Britain and Ireland (première édition en 2003). British Wildlife Publishing.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes   

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

Papillons de l’Indre

Papillons de Poitou-Charentes 

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Lépidoptères de France méridionale et de Corse

Butterflies and moths of Switzerland

UK Moths  

Moths and Butterflies of Europe and North Africa 

Le petit sylvain

Comme son nom l’indique, ce papillon est un habitué des bois et forêts humides. On le remarque aisément à sa coloration très contrastée.

Limenitis camilla

Limenitis camilla

Limenitis camilla

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Nymphalidae

ETYMOLOGIE : Limenitis = en relation avec les marais et les étangs, camilla = nom propre

Son nom anglais est « white admiral », « l’amiral blanc », le rouge étant le vulcain.

DESCRIPTION :

Taille : envergure comprise entre 45 et 52 mm

Forme, allure : grand papillon noir et blanc. Le dessus des ailes est noir avec une large bande transversale formée de cellules blanches, qui se prolonge des ailes antérieures aux ailes postérieures. La face inférieure est orangée, également avec une bande blanche et deux rangées de points noirs.

Coloration : dessus noir et blanc.

Comportement : souvent en vol plané. On le voit également posé au sol ou sur des branches basses.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent dans la France entière, et en Europe occidentale et centrale. Espèce commune.

HABITAT : bois et forêts humides.

PÉRIODE D’OBSERVATION : imagos visibles en vol de juin à août.

le petit sylvain

le petit sylvain

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes butinent, la ronce en particulier. Les chenilles se nourrissent de diverses plantes dont les chèvrefeuilles et les camérisiers.

Reproduction : Il n’y a qu’une génération par an. Ce sont les chenilles qui hivernent. Elles sont vertes avec une capsule céphalique brune, et deux rangées d’épines rousses et une ligne claire de chaque coté. La nymphose a lieu vers la fin mai.

REMARQUES :

Limenitis camilla

Limenitis camilla

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé. (sous le nom Ladoga camilla)

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé. (sous le nom Ladoga camilla)

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes. (sous le nom Ladoga camilla)

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Laplanche & Corge, 2008. Papillons de Méditerranée. Edisud.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Tolman & Lewington, 2009. Collins butterfly guide. Collins.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Eakringbirds

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes   (sous le nom Ladoga camilla)

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français 

Lépidoptères de France

Lépidoptères de France méridionale et de Corse

Butterflies and moths of Switzerland

Le flambé

C’est l’un des plus grands et des plus spectaculaires des papillons de notre faune.  Pas d’hésitation possible avec ses bandes noires transversales et les prolongements de ses ailes postérieures.

Iphiclides podalirius

Le voilier

Iphiclides podalirius

Iphiclides podalirius

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Papilionidae

ETYMOLOGIE : podalirius = nom emprunté à la mythologie grecque

DESCRIPTION :

Taille : envergure entre 50 et 70 mm

Forme, allure : les ailes antérieures sont jaunes pâle avec 6 bandes noires transversales, qui se prolongent sur les ailes postérieures lorsque le papillon est posé. Les ailes postérieures sont caractérisées par des prolongements effilés (d’où le nom de porte-queue), et par leur ocelle bleu cerclé de noir avec une tache orange vers l’avant.

Coloration : jaune clair et noir

Comportement : en période de reproduction les imagos se rassemblent sur des reliefs collinaires et effectuent des parades nuptiales.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : présent dans toute la France, bien plus fréquent dans le sud.

HABITAT : endroits secs et ensoleillés, garrigue, jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril-mai à septembre

le flambé

le flambé

BIOLOGIE :

Alimentation : la chenille se développe préférentiellement sur des arbres du genre Prunus : prunier, prunellier, pêcher, également sur l’aubépine.

Reproduction : il y a deux générations par an pour la partie méridionale de l’aire de répartition. La chenille verte est particulièrement homochromique.

REMARQUES :

Iphiclides podalirius

Iphiclides podalirius

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Haupt, 1993. Guide des Mille-Pattes, Arachnides et Insectes de la région méditerranéenne. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Laplanche & Corge, 2008. Papillons de Méditerranée. Edisud.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.  (sous le nom Papilio podalirius)

Sterry & Mackay, 2004. Papillons.  Larousse.

Tolman & Lewington, 2009. Collins butterfly guide. Collins.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Les pages entomologiques d’André Lequet 

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine 

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Lépidoptères de France

Lépidoptères de France méridionale et de Corse

Butterflies and moths of Switzerland 

Le satyre et la mégère

Ce n’est pas courant, chez cette espèce de papillon le mâle et la femelle portent des noms vernaculaires différents.

Lasiommata megera

La mégère

La mégère

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Nymphalidae Satyrinae

ETYMOLOGIE : Lasiommata = qui a les yeux velus

Lasiommata megera

Lasiommata megera

DESCRIPTION :

Taille : envergure de 4 à 5 cm.

Forme, allure : dessus brun fauve avec des motifs bruns foncés, et un ocelle dans l’angle de l’aile antérieure. Il y a 4 ocelles à la marge de l’aile postérieure. Le mâle se distingue par une bande androconiale brun sombre oblique sur le dessus de l’aile antérieure. Le dessous est gris marbré, avec un large ocelle sous l’aile antérieure et 7 ocelles bicerclés de noir le long de la marge de l’aile postérieure.

Coloration : brun foncé et orangé.

Comportement : se voit souvent posé sur le sol ou sur un mur, avec les ailes repliées. Recherche la chaleur. C’est une espèce très farouche.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Lasiommata megera

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Europe, Afrique du Nord, toute la France.

HABITAT : bocage, lisières de bois, jardins, carrières, landes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : de mars à octobre.

BIOLOGIE :

Alimentation : les adultes apprécient les fleurs mauves ou violettes. Les chenilles se développent sur le poacées : Poa, Brachypodium, Dactylis, Festuque, Lolium.

Reproduction : il y a 2 générations par an. Les œufs sont pondus isolément sur les graminées. La chenille est verte avec une ligne latérale blanche, elle mesure jusqu’à 25 mm.

REMARQUES :

Lasiommata megera

Lasiommata megera

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Le Monde des Insectes :  

La galerie du Monde des Insectes :  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie  :

6 pattes. Les papillons de la Vienne : 

Papillons de Poitou-Charentes : 

Papillons Dordogne/Aquitaine : 

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français : 

Butterflies and moths of Switzerland : 

Le cuivré fuligineux

Un brun dans une famille où les bleus dominent. Les reflets violets des ailes du mâle sont très caractéristiques.

Lycaena (Heodes) tityrus

Aussi appelé Argus myope

Lycaena tityrus mâle

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Lépidoptère

Famille des Lycaenidae

ETYMOLOGIE :

Lycaena tityrus femelle

DESCRIPTION :

Taille : envergure entre 23 et 30 mm

Forme, allure :

Coloration : il existe plusieurs colorations :

Mâle de première génération : dessus brun sombre avec un reflet violet et des points noirs. Des lunules oranges sur le bord des ailes antérieures et postérieures. Dessous gris jaunâtre avec des tâches noires et oranges et noires

Femelle de première génération : dessus des ailes antérieures orangé, avec des tâches noires. Dessous gris jaunâtre avec de l’orange aux ailes antérieures.

Deuxième génération : mâles sans lunules oranges et dessous jaune soufre chez les deux sexes.

Comportement :

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Lycaena tityrus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Présent dans la France entière, et en Europe sauf une grande partie de l’Espagne, la Scandinavie et les Iles Britanniques. En régression dans le nord-ouest de la France.

HABITAT : milieux humides avec présence de rumex. Landes à genêts, endroits sablonneux, pelouses.

PÉRIODE D’OBSERVATION : d’avril-mai à juillet-septembre en deux générations

le cuivré fuligineux

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction : deux générations par an. Les œufs sont blancs, isolés ou en petits groupes sur le rumex, plante-hôte de la chenille. Le chorion vu en détail a une structure en nid d’abeille. La chenille est verte et peut atteindre près de 2 cm, elle est assez large et plate pour sa taille. La nymphose a lieu sur le sol.

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2003

Bellmann, 2006

Higgins & Riley, 1975

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Le lambda (ou le gamma)

C’est une noctuelle très répandue visible une bonne partie de l’année, on peut la voir souvent posée avec les ailes qui vibrent.

Autographa gamma (ex Plusia gamma)

 

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insectes, Lépidoptères (Hétérocères)

Famille des Noctuidae

ETYMOLOGIE :

Les anglais le nomment « silver Y », ou « Y argenté ».

DESCRIPTION :

Taille : 35 à 40 mm d’envergure

Forme, allure : Ailes en forme de triangle au-dessus du corps au repos.

Coloration : Coloration à dominante brune. Les ailes antérieures sont bigarrées de gris et de brun plus ou moins foncés, mais surtout, et c’est le critère de reconnaissance, elles présentent une tâche blanche au milieu, en forme de lambda majuscule ou de gamma minuscule. Cette tâche peut aussi être interprétée comme un Y, d’où le nom anglais : silver Y. Les ailes postérieures sont brunes avec la marge plus foncée.

le lambda

Comportement : Lorsqu’il butine  et se pose sur une fleur, le gamma continue de battre des ailes très rapidement. Au repos, ses ailes antérieures recouvrent le corps. Ce papillon de nuit est en fait actif aussi le jour, et ne reste pas longtemps immobile. Il faudra un peu de patience pour réussir une bonne photo

Autographa gamma

le lambda

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Autographa gamma

 

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : très commun partout en Europe. Peut être abondant par endroit.

HABITAT : milieux ouverts mais de type très variés, y compris les zones de culture agricole et les jardins dans les villes.

PÉRIODE D’OBSERVATION : il s’agit d’une espèce migratrice, et l’adulte (imago) se rencontre à peu près toute l’année, même s’il n’est vraiment très abondant qu’à la fin de l’été.

BIOLOGIE :

Alimentation : Les adultes butinent les fleurs. Très éclectique, la chenille trouve sa nourriture avec de nombreuses herbacées, la luzerne et le trèfle, l’ortie dioïque, la carotte sauvage et le chou potager.

Reproduction : Il y a trois générations par an qui se succèdent. Les œufs sont pondus sur la face inférieure des feuilles, isolément. C’est la chenille qui hiverne. Quand l’hiver est très rigoureux, les chenilles ne survivent pas, le renouvellement de la population se fait alors à partir des migrateurs.

La chenille du gamma est verte avec plusieurs lignes blanche, 3 très fines dorsalement, 1 plus épaisse et plus claire sur chaque coté. Elle peut atteindre 35 mm, on n’en voit que deux paires de fausses pattes (c’est généralement 4). Une petite strie noire de chaque coté de la tête complètent le portrait.

chenille d'Autographa gamma

chenille d’Autographa gamma

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2003 – Chinery, 1973 – Chinery, 2005 – Bellmann, 2006 – Waring & Townsend, 2004.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Papillons de Poitou-Charentes

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

UK Moths  

Le fadet commun

Un petit papillon brun qui vole en zigzagant au ras des herbes, c’est le fadet commun, on le voit toujours posé avec les ailes dressées.

Coenonympha pamphilus

Le procris

Coenonympha pamphilus

Coenonympha pamphilus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Nymphalidae

ETYMOLOGIE :

nom anglais : « small heath » ou petite bruyère »

DESCRIPTION :

Taille : Le fadet est un petit papillon de jour, de 23 à 33 mm d’envergure

Forme, allure : Le bord des ailes est gris, et l’aile antérieure porte un ocelle foncé. Cette aile antérieure est orange assez vif, avec un autre ocelle foncé près du bord antérieur, noir avec un point blanc, et entouré d’une zone plus claire. Le dessous de l’aile postérieure est également brun gris, en dégradé vers les bords, avec des ocelles claires et peu nets. Les mâles et les femelles sont semblables.

Coloration : la coloration générale est brun pâle.

Comportement : Le nom de fadet semble du à son vol sautillant et assez chaotique.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Le fadet commun est comme l’indique son nom une espèce très commune. Il est présent dans toute l’Europe de l’ouest et du nord, ainsi qu’en Afrique du Nord.

HABITAT : Son milieu de prédilection est constitué de milieux ouverts où les graminées sont présentes, les prairies, les pelouses et les alpages, les lisières de forêt.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les imagos volent de mi-avril à septembre.

BIOLOGIE :

Alimentation : la chenille se trouve sur le paturin des près, la fétuque, ainsi que sur d’autres graminées.

le fadet commun

le fadet commun

Reproduction : les œufs sont déposés isolément, très près du sol sur des feuilles mortes ou les chaumes. Il y a 2 ou 3 générations par an. La chenille est vert clair avec une ligne longitudinale dorsale foncée et un ligne latérale claire, elle a une extrémité abdominale bifide et de couleur rose, elle mesure jusqu’à 18 mm. C’est elle qui hiverne (on parle de diapause larvaire). La nymphose se déroule dans la végétation proche du sol.

REMARQUES :

le procris

le procris

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2008. Quel est donc ce papillon ? Nathan.

Carter & Hardgreaves, 2008. Guide des chenilles d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dardenne et al., 2008. Papillons de Normandie et des Iles Anglo-Normandes.

Higgins & Riley, 1975. Guide des Papillons d’Europe. Delachaux & Niestlé. (première édition française en 1971.).

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1935. La Faune de France Illustrée, tome IV, Hémiptères, Anoploures, Mallophages, Lépidoptères. Delagrave.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

Le sphinx gazé

Proche cousin du moro-sphinx, il a aussi une allure de colibri et s’observe en vol stationnaire en train de butiner. ses ailes sont presque transparentes.

Hemaris fuciformis

Sphinx du chèvrefeuille

Hemaris fuciformis

Hemaris fuciformis

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Lépidoptère

Famille des Sphingidae

ETYMOLOGIE : Hemaris = de sang, (bordure des ailes) et fuciformis = à la forme de frelon ou de bourdon.

Son nom anglais est « broad-bordered bee hawkmoth » : le sphinx abeille à large bordure.

DESCRIPTION :

Taille : L’envergure du sphinx gazé est de l’ordre de 4,5 cm

Forme, allure : corps trapu et velu. Ailes en grande partie dépourvues d’écailles, elles sont donc presque transparentes, d’où le nom donné au papillon. Seule la bordure externe des ailes est colorée de rouge sombre.

Coloration : Le thorax est brun verdâtre, et l’abdomen avec quatre zones colorées de l’avant vers l’arrière rouge sombre, noire, blanche et noire.

Comportement : comme le moro-sphinx, butine les fleurs en vol stationnaire. Son allure générale en vol rappelle soit un colibri soit un bourdon.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

hemaris fuciformis01

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT : dans des friches, des pelouses calcaires, des lisières de forêts ou des bois ouverts.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Les adultes s’observent de juin à septembre et il n’y a généralement qu’une génération par an.

BIOLOGIE :

Alimentation : La chenille se trouve sur les chèvrefeuilles, les camerisiers et les scabieuses. L’adulte butine les fleurs en volant sur place et de préférence dans des endroits bien exposés au soleil.

Reproduction : la chenille mesure 3,5 cm et arbore une belle couleur vert tendre avec deux lignes dorsales plus claires. Sa face ventrale est brune avec une ligne foncée sur chaque coté.

sphinx gazé

REMARQUES : Au moment de son émergence, l’adulte possède des écailles sur les ailes, mais celles-ci disparaissent avec les premiers battements d’ailes. Cela n’empêche pas ce papillon de voler avec une grande maîtrise, la perte des écailles n’empêche d’ailleurs pas les autres papillons de voler.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006

Bellmann, 2007

Bellmann, 2008

Chinery, 1973

Chinery, 2004

Chinery, 2005

Dierl & Ring, 2009

Perrier, 1935. Faune de France Illustrée, tome IV.

Carter & Hargreaves, 2008

Waring & Townsend, 2004B

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie 

6 pattes. Les papillons de la Vienne

Papillons de Poitou-Charentes

Papillons Dordogne/Aquitaine

Lepi’Net. Les carnets du Lépidoptériste Français

UK Moths