Fiches liées au terme aranéide


L’épeire à quatre points

Elle rappelle l’épeire diadème, mais ici pas de points blancs formant une croix, mais quatre points au fond de dépressions de l’opisthosome.

Araneus quadratus

Vous cherchez à identifier une araignée ? Peut-être la trouverez-vous dans la galerie

Araneus quadratus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide Aranéide

Famille des Araneidae

ETYMOLOGIE : Araneus = araignée et quadratus = carré

DESCRIPTION :

Taille : La taille est de l’ordre du centimètre : 6 à 8 mm pour le mâle, 9 à 15 mm pour la femelle (pour les araignées, ce sont toujours les dimensions du corps sans les pattes). En effet, comme c’est fréquent chez les araignées, la femelle est nettement plus grosse que le mâle.

Forme, allure : Elle doit son nom aux quatre points clairs de son abdomen qui forment un trapèze avec la base la plus large orientée vers l’arrière. L’abdomen est presque sphérique, mais légèrement ovale, de couleur variable, souvent roux avec une bande ou une ligne médiane plus claire, certains individus sont plutôt verdâtres. Ces variations de couleurs permettent une certaine homochromie avec l’environnement. L’épeire carrée apparaît à l’oeil plus trapue que l’épeire diadème. Les pattes sont généralement rayées.

Coloration : très variable :  jaune clair à vert, orange, rouge ou brun.

Comportement : La toile mesure autour de 60 centimètres de diamètre et se trouve toujours à proximité du sol. L’araignée se tient soit au centre de sa toile, soit dans un abri de soie en forme de cornet qui est relié par un fil au centre de la toile.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

araneus quadratus06

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Elle n’est pas rare et répandue dans toute l’Europe.

HABITAT : L’épeire à quatre points habite les lisières de bois, les clairières, les friches, les landes, mais aussi les parcs et jardins. Elle fréquente les herbes hautes de préférence.

couple d’épeire à 4 points

PÉRIODE D’OBSERVATION : La période des accouplements s’étale d’avril à septembre.

BIOLOGIE :

Alimentation : L’épeire carrée est spécialisée dans la capture d’insectes, dont les criquets tout particulièrement.

Reproduction : Dans la famille des Aranéidés, ce sont les œufs qui hivernent.

Araneus quadratus

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

La méta d’automne

C’est effectivement en automne,  lors de promenades en forêt que l’on croise cette araignée sur son chemin. Ses longues pattes sont le propre des Tetragnathidés.

Metellina segmentata/mengei (Meta segmentata).

Les deux espèces de Metellina ne peuvent être distinguées qu’à l’examen de leurs pièces génitales.

L’épeire réticulée

Metellina segmentata/mengei

Metellina segmentata/mengei

Vous cherchez à identifier une araignée ? Peut-être la trouverez-vous dans la galerie

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide Aranéide

Famille des Tetragnathidae

ETYMOLOGIE :

la méta d'automne

la méta d’automne

DESCRIPTION :

Taille : le corps mesure 7 mm

Forme, allure : La méta d’automne a l’abdomen arrondi et un peu allongé, de couleur pâle, dans les tons assez variables rose, crème, verdâtre, gris, et avec des motifs bruns-jaunes et des marques claires. Le cephalothorax est blanc-crème avec une marque centrale sombre en forme de V, de Y ou de « diapason », les branches s’écartant vers les yeux.

Le mâle est plus petit que la femelle, mais proportionnellement il a les pattes plus longues. Les femelles ont les pattes nettement annelées, c’est moins net chez les mâles. Chez les 2 sexes, les poils perpendiculaires sur les pattes sont bien visibles.

Coloration : blanc crème, mais variable.

Comportement

DÉTAILS À VÉRIFIER :

SONY DSC

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Elle est présente dans toute l’Europe.

HABITAT : C’est une araignée commune, dans les jardins, les bois, les lisières de forêt.

PÉRIODE D’OBSERVATION : elle est présente toute l’année mais surtout visible en fin d’été et en automne, d’où son nom.

BIOLOGIE :

Alimentation : La méta d’automne se nourrit d’insectes de petite taille qui se prennent dans la toile.

Reproduction : La femelle dépose ses œufs dans un cocon sphérique de couleur jaune qu’elle dissimule sous les pierres, sous les feuilles ou dans la mousse.

Meta segmentata/mengei

Meta segmentata/mengei

REMARQUES : La méta d’automne fait partie des araignées qui tissent de grandes toiles (araignées orbitèles). Une particularité de la toile de la méta d’automne est le trou central, sans fils, bien rond. L’araignée se tient au centre de sa toile (plus rarement sous une feuille à proximité), la tête orientée vers le bas, les deux premières paires de pattes étendues vers l’avant, les deux autres en arrière.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2014. Guide photo des araignées et arachnides d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

Araneae – Spiders of Europe

L’épeire diadème

C’est  sans doute la plus fréquente des araignées de nos jardins. Elle tisse de grandes toiles bien régulières et porte sur l’abdomen un motif en forme de croix bien reconnaissable.

Araneus diadematus

épeire porte croix

Vous cherchez à identifier une araignée ? Peut-être la trouverez-vous dans la galerie

épeire diadème

épeire diadème

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide Aranéide

Famille des Araneidae

ETYMOLOGIE :

DESCRIPTION :

Taille : elle peut atteindre 17 mm

Forme, allure : elle se reconnait à la croix formée de petites tâches blanches sur la face dorsale de son abdomen.

Coloration : La coloration de base est brun-orangé plus ou moins sombre selon les individus. Les pattes sont rayées rouge-brun et clair.

Araneus diadematus

Comportement : L’épeire diadème est une araignée orbitèle c’est à dire qui construit une large toile très régulière. Celle-ci mesure 40 cm et jusqu’à 1 m parfois, l’épeire la construit en une heure environ, et selon J.H.Fabre, elle la reconstruit chaque matin. L’épeire diadème se tient le plus souvent au centre de sa toile, la tête vers le bas, les 2 premières paires de pattes groupées et étendues vers l’avant, la troisième à peu près horizontale, et la quatrième vers l’arrière. On la trouve aussi très souvent cachée sous une feuille à proximité de la toile, un fil la renseigne alors lorsqu’une proie s’est laissée prendre.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

DSC01695

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : L’épeire diadème est présente dans l’Europe entière

HABITAT : elle vit dans les endroits plantés d’arbustes ou d’arbres, et est très fréquente dans les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : les mâles sont visibles de fin août à septembre et les femelles de septembre à décembre.

vue ventrale de l'épeire diadème

vue ventrale de l’épeire diadème

BIOLOGIE :

Alimentation : Elle se nourrit d’insectes petite taille qu’elle tue grâce à son venin et qu’elle enveloppe aussitôt d’un cocon de soie. Elle peut mordre l’homme, mais cette morsure n’est pas dangereuse.

Reproduction : La reproduction a lieu en août-septembre, et comme souvent chez les araignées, le mâle nettement plus petit que la femelle, risque d’être dévoré. La femelle dépose ses œufs dans une sorte de cocon jaunâtre, arrondi, qu’elle place sous l’écorce d’un arbre ou dans une fente où les œufs vont hiberner. Les adultes meurent à la fin de la saison. Au printemps il n’est pas rare d’assister à l’éclosion de centaines de petites araignées jaunâtres.

Epeire diadème femelle (photo Jean Claude Randin)

Epeire diadème femelle (photo Jean Claude Randin)

 

Araneus diadematus

éclosion d'épeires diadèmes

éclosion d’épeires diadèmes

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Canard et Rollard, 2015. A la découverte des araignées. Dunod.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisir. (d’abord édité chez Solar).

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Le Monde des Insectes

La galerie du Monde des Insectes

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

La tégénaire

Cette grosse araignée fait toujours sursauter quand on la voit à l’intérieur de la maison. Elle n’est pas dangereuse bien que spectaculaire.

Eratigena atrica

Vous cherchez à identifier une araignée ? Peut-être la trouverez-vous dans la galerie

Eratigena atrica

POSITION SYSTÉMATIQUE : Arachnide, Aranéide

Famille des Araneidea

ETYMOLOGIE :

le nom anglais est « house spider » c’est à dire « araignée des maisons ».

DESCRIPTION :

Taille : La tégénaire (Tegenaria domestica) ne passe pas inaperçue, c’est l’une des plus grosses araignées d’Europe :14 mm pour le corps seul, jusqu’à 6 cm avec les pattes.

Forme, allure : grosse, longues pattes, des tâches claires et foncées sur l’opisthosome.

Coloration : Les ornementations orangées de l’opisthosome (partie arrière et globuleuse du corps) ont donné lieu a la description d’une demi-douzaine de sous-espèces.

tégénaire

Comportement : La plupart du temps elle se tient près de sa toile construite dans un angle ou un coin de mur. Les fils ne sont pas collants, ce sont les vibrations causées par la proie qui déclenchent l’attaque de l’araignée. Les tégénaires qui visitent nos maisons en fin d’été sont souvent des mâles qui cherchent des femelles où des animaux qui sont à la recherche d’un territoire.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

tegenaria domestica06

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT :

HABITAT : Espèce domicole (vit dans les maisons). On trouve la tégénaire partout où le taux d’humidité est suffisant, salle de bain, cave, dépendances.

PÉRIODE D’OBSERVATION : Bien qu’elle fréquente les maisons toute l’année, c’est en fin d’été qu’elle fait des apparitions furtives plus ou moins appréciées.

Eratigena atrica

BIOLOGIE :

Alimentation : Les tégénaires se nourrissent principalement de mouches et de moustiques.

Reproduction : Les femelles sont un peu plus grosses que les mâles ; l’accouplement a lieu en mai juin, la ponte suit, les œufs sont protégés dans un cocon où peuvent être agglomérés des grains de sable et qui est attaché à la toile ou à proximité.

REMARQUES : La majorité des auteurs indiquent qu’elles sont inoffensives pour l’homme en raison de la petite taille de leurs chélicères (crochets à venin), d’autres n’excluent pas la possibilité bien que rare d’être mordu.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2014. Guide photo des araignées et arachnides d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Canard et Rollard, 2015. A la découverte des araignées. Dunod.

Perrier, 1929. La Faune de France Illustrée, tome II, Arachnides et Crustacés. Delagrave.

Roberts, 2009. Guide des Araignées de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

Araneae – Spiders of Europe

L’épeire fasciée

Une superbe araignée, à l’abdomen rayé de noir et de jaune. Bien en place au centre de sa toile et la tête vers le bas, elle est parfois abondante dans les herbes hautes.

Argiope bruennichi

L’argiope frelon

Vous cherchez à identifier une araignée ? Vous la trouverez peut-être dans la galerie

 

Argiope bruennichi

Argiope bruennichi

Famille des Araneidae.

ETYMOLOGIE :

le nom anglais est « wasp spider » ou « araignée guêpe », en référence à la coloration rayée jaune et noire.

DESCRIPTION :

Taille : La femelle mesure entre 15 et 25 mm, contre 4 à 8 pour le mâle, beaucoup plus rare et/ou discret.

Forme, allure : Comme toutes les araignées, l’argiope fasciée a le corps divisé en 2 partie : le prosome (partie avant) et l’opisthosome globuleux.

Coloration : le prosome est gris argenté, l’opisthosome rayé blanc, jaune et noir. Comme toutes les araignées, l’argiope fasciée a le corps divisé en 2 partie : le prosome (partie avant) est gris argenté, l’opisthosome globuleux rayé blanc, jaune et noir. Les individus sont plus ou moins contrastés ou foncés.

Comportement : L’argiope fasciée tisse une toile ovale (dite orbitèle) et se tient généralement en son centre, avec les pattes écartées 2 par 2 ce qui forme une sorte de croix de saint André. La toile est caractérisée par un élément stabilisateur formé de zig-zag de soie très argentée : le stabilimentum.

stabilimentum de la toile d’épeire fasciée

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Argiope bruennichi - copie

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Vaste aire de répartition qui s’étend de l’Afrique occidentale jusqu’au paléarctique tempéré. Elle se rencontre ainsi dans toute l’Europe de l’Ouest, y compris en Allemagne, au Benelux et dans le sud de l’Angleterre.

HABITAT : La toile de l’argiope fasciée se trouve dans les buissons et les grandes herbes. Elle  préfère les endroits ensoleillés, les biotopes plutôt chauds et secs. Elle semble apprécier l’influence humaine comme le montre sa présence dans les fossés, les bords de chemins, les terrains vagues, les dunes, les talus, les jardins.

PÉRIODE D’OBSERVATION : juillet à octobre

BIOLOGIE :

Alimentation : L’argiope fasciée, compte tenu de sa taille s’est spécialisée dans la chasse aux gros insectes : criquets, sauterelles, guêpes, abeilles, frelons, libellules, cigales.

épeire fasciée avec sa proie

Reproduction : La reproduction est souvent fatale pour le mâle comme pour d’autres espèces d’araignées. Il est généralement dévoré après l’accouplement. Les spermatophores que la femelle a recueillis lui permettent de féconder plusieurs pontes. Les œufs sont nombreux (jusqu’à 1400) et protégés dans un gros cocon de soie brune (environ 3 cm).

cocon de Argiope bruennichi

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Chinery, 2005 – Bellmann,2006

Les araignées de mon jardin

Balade chez les Araignées

Eurospiders.com

Les Araignées de Belgique et de France

Araneae – Spiders of Europe