Le gomphocère roux

Ce criquet n’aime pas le littoral atlantique ni celui de la Méditerranée, on le trouve partout ailleurs, reconnaissable à ses antennes en massue.

Gomphocerippus rufus Linné, 1758 (ex. Gomphocerus rufus)

Gomphocerippus rufus

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte Orthoptère Caelifère

Famille des Acrididae

ETYMOLOGIE :

Gomphocerippus, comme Gomphocerus signifie « antennes en massue » et rufus signifie « roux »

En anglais, son nom vernaculaire est « rufus grasshopper », le criquet roux.

le gomphocère roux

DESCRIPTION :

Taille : les mâles mesurent entre 14 et 16 mm, les femelles sont plus grandes, entre 17 et 24 mm.

Forme, allure : c’est une des rares espèces de criquets de notre faune qui possède des antennes en massue. Cette massue est droite, en forme de goutte, bicolore, noire avec la pointe blanche, et bien plus nette chez le mâle que chez la femelle. La couleur générale de ce criquet est le brun, brun-rouge, brun-gris ou brun-jaune. Chez le mâle, l’extrémité de l’abdomen est parfois orangée. Les palpes labiaux sont blancs. Les carènes du pronotum sont nettement anguleuses. Les tegmina présentent, comme chez les Chorthippus, un lobe basal bien visible.

Coloration : différentes nuances de brun.

Comportement : ce criquet ne séjourne pas en permanence au niveau du sol, il s’aventure souvent dans la végétation.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Gomphocerippus rufus

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : Cette espèce est présente dans l’Europe occidentale, et en France, partout sauf dans les département côtiers des côtes atlantiques et de la zone méditerranéenne.

C’est une espèce commune.

HABITAT : on le rencontre dans différents milieux, clairières, pelouses, prairies, lisières de bois. Ses préférences vont à des zones mésophiles, des endroits en pente, et des terrains calcaires. La présence de ronciers est également un facteur favorable à sa présence.

Gomphocerippus rufus

PÉRIODE D’OBSERVATION : il est visible de juillet à novembre.

le gomphocère roux

BIOLOGIE :

Alimentation

Reproduction : la femelle pond des œufs dans un trou qu’elle a creusé et qu’elle dissimule en grattant la surface après la ponte.

Gomphocerippus rufus

REMARQUES :

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2006. Insectes et principaux arachnides. Vigot. (première édition en 1999).

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

Bellmann & Luquet, 2009. Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets d’Europe occidentale. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1923. La Faune de France Illustrée, tome III, Myriapodes et Insectes Inférieurs. Delagrave.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes  

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Orthoptères des Deux-Sèvres

Tela orthoptera 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *