L’asile frelon

C’est plus grand représentant des Asilidae de la faune de France et un redoutable chasseur d’insectes en vol.

Asilus crabroniformis Linné, 1758

Asilus crabroniformis

POSITION SYSTÉMATIQUE : Insecte, Diptère, Brachycère

Famille des Asilidae

ETYMOLOGIE :

Asilus en latin désignait le taon, et crabroniformis signifie « qui a la forme d’un frelon »

En anglais il s’appelle « hornet robber-fly ». Robber-fly, ou « mouche voleuse » désigne les asilidés, « hornet » est le frelon.

L’asile frelon

DESCRIPTION :

Taille : c’est le géant de la famille avec une taille comprise entre 18 et 28 mm

Forme, allure : C’est un gros diptère de forme allongée, au corps velu, aux longues pattes puissantes et à la tête très mobile. Le corps est roux avec des zones jaunes sur la tête et l’abdomen. Les antennes sont noires avec la base rousse. Les pattes sont rousses, avec les fémurs sombres. Les premiers segments abdominaux sont noirs. Les ailes sont brun orangé, avec des marques noires le long du bord postérieur.

Coloration : brun et jaune.

Comportement : chasse à vue à partir d’un poste fixe, perché ou au sol.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Asilus crabroniformis

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce est présente en Europe, en Asie et en Afrique du nord.

HABITAT : on trouve cette espèce dans les zones d’élevage, pâturages, prairies, dunes également quand il y a du bétail à proximité (voir « reproduction »).

PÉRIODE D’OBSERVATION : on le rencontre de la mi-juin jusqu’à septembre – octobre.

l’asile frelon

BIOLOGIE :

Alimentation : les asilidés sont des chasseurs d’insectes en vol. cette espèce, de grande taille, s’attaque à des proies conséquentes : gros diptères (éristales, volucelles, mouches de midi) dont des asilidés, gros hyménoptères (guêpes et abeilles), coléoptères, orthoptères. Les proies sont attaquées en vol par l’arrière, à partir d’un poste où l’asile frelon revient se poser, soit un perchoir, soit au sol sur une pierre.

Reproduction : les femelles pondent dans les excréments de gros herbivores, bovins ou équins, où les larves se développent. L’alimentation des jeunes larves est mal connue dans la mesure où la ponte a lieu dans des bouses de vaches séchées ou du crottin de cheval dans lesquels il n’y a plus de grosses proies, selon certains auteurs, ces larves seraient coprophages.

Asilus crabroniformis

REMARQUES : L’appareil buccal vulnérant de cette espèce peut blesser la main si on manipule cet insecte.

RÉFÉRENCES :

Bellmann, 2007. Insectes d’Europe. Artémis.

Chinery, 1973. A field guide to the Insects of Britain and Northern Europe. Collins.

Chinery, 2004. Complete guide to British Insects. Collins.

Chinery, 2005. Insectes de France et d’Europe Occidentale. Flammarion.

Dierl & Ring, 2009. Guide des Insectes. Delachaux & Niestlé.

Leraut, 2008. Le guide entomologique. Delachaux & Niestlé.

McGavin, 2012. Insectes et Araignées (Nature en poche). Larousse.

Reichhoff-Riehm, 1983. Les Insectes. France Loisirs. (d’abord édité chez Solar).

Perrier, 1937. La Faune de France Illustrée, tome VIII, Diptères, Aphaniptères (par Séguy). Delagrave.

Livory, 2005. L’Argiope n°50.

Le Monde des Insectes 

La galerie du Monde des Insectes 

Les Insectes. Petit cours illustré d’entomologie

Diptera Info 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *