Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Le tarier pâtre

Le tarier pâtre

Un cri qui ressemble au choc de deux cailloux, un petit oiseau noir au ventre roux perché de façon bien visible sur un arbuste ou un piquet de clôture, pas d’hésitation, c’est le tarier pâtre.

Saxicola rubicola (= Saxicola torquata) Linnaeus,1766

Le traquet pâtre

Un mâle de tarier pâtre perché sur un arbuste. Asnelles Meuvaines (14) 18/11/2015.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Passeriforme

Famille des Muscicapidae.

ETYMOLOGIE :

Le nom de genre Saxicola signifie « qui habite les rochers ».

Le nom d’espèce, rubicola veut dire « qui habite les ronces » quant à torquatus c’est un mot latin qui veut dire « qui porte un collier ».

Il existe plusieurs sous-espèces, en France Saxicola torquata rubicola, en Grande Bretagne Saxicola torquata hibernans.

Les anglais l’ont baptisé « stonechat », allusion à son cri qui évoque deux pierres que l’on choque.

Le mâle du tarier pâtre est reconnaissable à sa tête noire, sa poitrine rousse et à son coller blanc. Landeda (29) 08/11/2015.

DESCRIPTION :

            Taille : il mesure 12 cm, pour une envergure d’environ 20 cm.

            Forme, allure : c’est un petit turdidé, de la taille et à l’allure d’un rouge-gorge. Le dimorphisme sexuel est notable. Le mâle a la tête, le dos et le dessus des ailes noirs. Certaines plumes sont rebordées de roux. Un collier blanc justifie le nom d’espèce. La poitrine et les cotés du corps sont roux. Les sous-caudales sont blanches. Le croupion est blanchâtre. La femelle est beaucoup moins contrastée. Le dessus est semblable à celui du mâle mais le dessous est brunâtre, comme les cotés du cou.

La femelle du tarier pâtre a le dessus brun, ainsi que la tête. Asnelles Meuvaines (14) 09/01/2021.

            Coloration : roux, noir et blanc pour le mâle.

            Comportement : il se tient souvent bien dressé sur un perchoir où il entrouvre fréquemment les ailes et la queue en criant.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Saxicola rubicola. St Côme du Mont (50) 12/02/2020.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : on le trouve dans toute l’Europe, de la Méditerranée jusqu’au nord de la Grande Bretagne, au Danemark, au nord de l’Allemagne, en Pologne, en Ukraine et en Russie. Son aire de répartition s’étend vers l’est jusqu’au Japon, vers le sud jusqu’en Afrique du nord ouest, jusqu’en Ethiopie et à Madagascar. Il est nicheur, hivernant et migrateur partiel.

Le mâle du tarier pâtre perché sur un piquet de clôture. St Côme du Mont (50) 12/02/2020.

HABITAT : on le rencontre dans des endroits découverts, bien ensoleillés, où la végétation est basse avec des buissons ou des arbustes : landes, friches, bocage, bords de marais.

PÉRIODE D’OBSERVATION : il est visible toute l’année.

La femelle du tarier pâtre perchée sur un fil de clôture. St Côme du Mont (50) 12/02/2020.

BIOLOGIE :

            Alimentation : le tarier pâtre est insectivore, il chasse les insectes (coléoptères, diptères, orthoptères, lépidoptères adultes et chenilles), des araignées, des myriapodes, des cloportes et de petits mollusques.

Un juvénile de tarier pâtre dans les fougères. Accous (64) 15/08/2019.

           Reproduction : les parades nuptiales commencent dès le début du mois de mars. C’est la femelle qui construit le nid avec des végétaux divers, tiges, feuilles, mousses, l’intérieur ayant une forme de coupe tapissée de matériaux plus fins, plumes, crins, laine. Elle choisit un creux dans le sol caché sous des herbes, souvent dans un talus ou un fossé. La ponte se déroule entre fin mars et début avril, elle est constituée de 5 à 6 œufs que seule la femelle couve. L’incubation dure deux semaines puis les jeunes sont nourris par les deux parents. Ils sortent du nid après onze à quinze jours et restent cachés dans la végétation proche du nid. L’envol a lieu quinze à vingt cinq jours après. Une seconde nichée se déroule en mai, et généralement une troisième en juillet.

REMARQUES : le cri du tarier pâtre est un trèc-trèc sec qui ressemble au bruit de deux pierres qui s’entrechoquent.

Mâle du tarier pâtre. Asnelles Meuvaines (14) 18/11/2015.

RÉFÉRENCES SUR LES OISEAUX :

Bousquet, 2019. Atlas des oiseaux du Gard. Ouvrage collectif. Centre Ornithologique du Gard.

Couzens, 2006. Identifier les oiseaux par leur aspect, leur comportement et leur habitat. Artemis.

Cugnasse, Maurel & Biau, 2001. Les oiseaux du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Editions Rouergue.

Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.

Flitti, Kabouche,Kayser & Olioso, 2009. Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2009. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1963. Les Passereaux II : des mésanges aux fauvettes. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.

Harrison, 1975. A field guide to the nests, eggs and nestlings of British and European Birds. Collins.

Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.

Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.

Nature Midi Pyrénées, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Midi-Pyrénées. Delachaux & Niestlé.

Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Reade & Hosking, 1968. Les oiseaux, leurs œufs et leurs nids. Nathan.

SITES SUR LES OISEAUX :

Les oiseaux de France

L’oiseau libre

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.