Le pic épeiche

Avec le pic vert dans les zones bocagères, le pic épeiche est le pic que l’on croise le plus souvent. Bien qu’il soit très craintif, son cri ou le tambourinage des troncs trahissent sa présence. Il peut même être un visiteur occasionnel de vos mangeoires.

Dendrocops major Linnaeus,1758

Dendrocops major

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Passereau, Picimorphes,

Famille des Picidae

ETYMOLOGIE :

Dendrocopos vient du grec et signifie « qui frappe les arbres » et major veut dire « grand », il s’oppose ainsi à Dendrocopos minor, le pic épeichette qui a la taille du moineau.

Il existe plusieurs sous-espèces, celle que l’on rencontre en France est Dendrocopos major pinetorum.

Son nom anglais est « great spotted woodpecker », le grand pic tacheté.

L’hiver, le pic épeiche est attiré par les mangeoires lui offrant noisettes ou cacahuètes

DESCRIPTION :

Taille : il mesure 21 à 23 cm (environ la taille du merle noir), avec une envergure de 34 à 39 cm, et il pèse 70 à 100g.

Forme, allure : c’est un pic noir et blanc avec les ailes tachetées et les « épaules » blanches. Le mâle a la nuque rouge séparée de la joue par une bande noire. La femelle n’a pas de nuque rouge, mais les deux sexes ont les sous-caudales de cette couleur. Les juvéniles ont une calotte de couleur rouge. Comme le bec, les pattes sont grises, elles ont 4 doigts opposés 2 à 2.

Coloration : noir et blanc avec du rouge.

Comportement : c’est une espèce assez difficile à voir car elle est craintive. On l’entend par contre souvent tambouriner au printemps et on peut avoir la chance de le voir grimper sur un tronc en s’aidant de sa queue comme point d’appui, ou en vol ondulant entre deux arbres. Le cri est un tsik-tsik aigu et sec.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Dendrocops major

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : on trouve le pic épeiche dans la France entière, dans toute l’Europe (plusieurs sous-espèces), et jusqu’en Asie. C’est une espèce commune, elle est protégée depuis 1950. Les effectifs sont sujets à des fluctuations annuelles en particulier avec des « effets tempêtes », les arbres tombés sont colonisés par des insectes xylophages qui constituent alors une ressource abondante.

HABITAT : forêts de feuillus, de conifères ou mixtes, bois, parcs, jardins, parfois jusqu’en ville.

le pic épeiche

PÉRIODE D’OBSERVATION : c’est une espèce qualifiée de « nicheuse sédentaire », on peut la voir toute l’année.

BIOLOGIE :

Alimentation : le pic épeiche a un régime mixte, il est insectivore (coléoptères, chenilles, fourmis, larves d’insectes xylophages recherchées sous l’écorce), il chasse aussi les araignées et se nourrit également de graines de conifères, de noyaux, de faînes de hêtres, de noisettes.

Dendrocops major

Reproduction : on entend le pic épeiche tambouriner dès février-mars jusqu’en avril. Les deux sexes tambourinent sur un rythme rapide de 10 à 12 coups par seconde. Il s’agit d’un comportement territorial. Les deux parents creusent une loge dans un tronc à 3 ou 4 mètres du sol. Le trou d’envol est ovale, suivi d’un tunnel d’abord en pente légèrement ascendante puis qui descend verticalement sur une trentaine de centimètres. Il arrive aux pics épeiches d’utiliser une cavité déjà existante voire un nichoir. Le nid à proprement parler est constitué de copeaux. La femelle y pond 4 à 7 œufs blanc brillant que les deux parents couvent environ 2 semaines. Les jeunes qui naissent sans duvet sont nourris par les 2 parents et quittent le nid environ 3 semaines après leur éclosion.

Les anciens nids de pics épeiches sont colonisés par d’autres espèces : mésanges, chouettes, chauves-souris.

le pic épeiche vous observe discrètement

REMARQUES : pour le tambourinage, le creusement du nid ou l’écorçage des troncs, le bec est très sollicité, sa croissance continue en compense l’usure.

RÉFÉRENCES :

Couzens, 2006. Identifier les oiseaux par leur aspect, leur comportement et leur habitat. Artemis.

Coward, 1969. Birds of the British Isles and their eggs. Barnes.

Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.

Flitti, Kabouche,Kayser & Olioso, 2009. Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2009. Delachaux & Niestlé.

Gensbol, 1988. Guide des Rapaces diurnes, Europe, Afrique du Nord, Proche-Orient. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1965. Les Rapaces diurnes et nocturnes d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1973 (1961). Les Passereaux I : du coucou aux corvidés. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1963. Les Passereaux II : des mésanges aux fauvettes. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1972 (1957). Les Passereaux III des pouillots aux moineaux. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.

Harrison, 1975. A field guide to the nests, eggs and nestlings of British and European Birds. Collins.

Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.

Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1924. Faune de France Illustrée, tome X Vertébrés. Delagrave.

Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Reade & Hosking, 1968. Les oiseaux, leurs œufs et leurs nids. Nathan.

Vansteenwegen, 1998. L’histoire des oiseaux de France, Suisse et Belgique. Delachaux & Niestlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.