Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Le martin-pêcheur

C’est l’un des oiseaux les plus colorés de notre faune, on ne peut le confondre avec aucun autre, son allure, ses couleurs, son comportement, tout le distingue des autres espèces. Strictement associé à la présence d’eau libre et limpide, ses effectifs fluctuent avec les conditions climatiques. Longtemps pourchassé par les pêcheurs et les pisciculteurs, le martin-pêcheur est plus aujourd’hui menacé par la dégradation de son habitat.

Alcedo atthis Linnaeus,1758

Le martin-pêcheur est facilement reconnaissable avec sa poitrine rousse et son dos bleu turquoise. Sallenelles (14) 03/01/2017.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Coraciforme

Famille des Alcedinidae

ETYMOLOGIE :

Le nom de genre Alcedo est emprunté à la mythologie grecque, et désigne Alcyon(e) dont Alcedo est la traduction latine. Une des légendes concernant Alcyon(e) la présente comme la fille d’Éole, dieux des vents et de Ceyx, fils de l’astre du jour. Le couple fait ombrage à Zeus et Héra qui les punissent en les transformant en oiseaux dont le nid construit sur les flots est constamment détruit par les vagues. Zeus, faisant preuve de compassion calme les eaux sept jours par an, ce qui permet au couple de couver ses œufs. Il devient ainsi symbole de la paix et de la tranquillité, mais de courte durée.

Le nom d’espèce Atthis a une origine un peu similaire. Toujours dans la mythologie grecque, Philomèle et Procné sont deux sœurs, fille du roi Pandion. Elles ont aussi été métamorphosées en oiseaux (Ovide, Les métamorphoses) appelés Att(h)is. Dans une autre version, l’une est devenue un rossignol, l’autre une hirondelle. (à noter que Procne est le nom d’un genre d’hirondelles, et que les deux espèces de rossignols européens sont le rossignol philomèle et le rossignol progné).

Le martin-pêcheur utilise souvent les mêmes postes d’observation de la surface de l’eau. Béziers (34) 09/02/2021.

DESCRIPTION :

            Taille : sa livrée spectaculaire fait surestimer sa taille, il ne mesure que 16 ou 17 cm, à peine plus grand qu’un moineau ou un pinson.

            Forme, allure : c’est une espèce impossible à confondre avec une autre, ses couleurs et ses proportions sont uniques. La tête est très grosse, avec un bec noir, très long pour un oiseau de cette taille. La queue est très courte, les pattes également, et de couleur rouge vif. Le dos est bleu turquoise, d’une couleur qui varie avec l’orientation. Le dessus de la tête est également bleu, la poitrine est rousse.

C’est perché sur une pile de pont que ce martin-pêcheur scrute le courant. Béziers (34) 09/02/2021.

            Coloration : bleu turquoise et roux.

            Comportement : le martin-pêcheur a un vol très rapide, on voit à peine ses ailes battre. Il suit généralement les cours d’eau et annonce son passage par un cri sonore, tiiiit. On le voit souvent perché sur un poste d’où il observe les poissons : branches, piquets, racines, roseaux, piles de ponts. Il lui arrive aussi de faire du vol sur place avant de plonger sur sa proie.

C’est un oiseau particulièrement craintif, il est très difficile de s’en approcher pour le photographier, l’affut proche d’un de ses postes d’observation est la meilleure option.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Alcedo atthis. Sallenelles (14) 03/01/2017.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : son aire de répartition est très étendue. Il est présent dans l’Europe entière, dans l’Afrique du nord ouest, et en Asie jusqu’à l’Extrême Orient. Plusieurs sous-espèces ont été décrites.

En France, il est à la fois nicheur et hivernant et effectue des migrations partielles, en particulier en descendant les cours d’eau jusqu’à la mer en hiver.

Malgré une reproduction prolifique (voir ci-dessous), ses effectifs sont fluctuants et jamais pléthoriques. Ils sont d’abord limités par la taille du territoire d’un couple, qui en chasse sa progéniture. La dégradation de son environnement, la pression de population, la pollution des eaux, la disparition des zones humides sont des facteurs qui empêchent l’expansion de cette espèce. Elle est par ailleurs très sensible aux aléas climatiques, les hivers rigoureux avec les eaux prises en glace et les étés pluvieux qui nuisent au développement des poussins sont suivis de chutes des effectifs qui se reconstituent ensuite progressivement.

Les effectifs actuels en France se situent entre 10000 et 20000 couples.

Le martin-pêcheur fait du vol sur place avant de plonger sur sa proie. Béziers (34) 09/02/2021.

HABITAT : cet oiseau vit à proximité de surfaces d’eau libre et claire, ruisseaux, rivières, mais aussi lacs, étangs, marais, chenaux.

PÉRIODE D’OBSERVATION : il est visible toute l’année.

BIOLOGIE :

            Alimentation : le martin-pêcheur est un oiseau piscivore. Il pêche en plongée à partir d’un poste ou en vol stationnaire et vise particulièrement des poissons dont la taille est inférieure à 7 cm (10 cm est un maximum difficile à ingurgiter) et qui s’aventurent en surface. Les alevins de toutes les espèces d’eau douce sont concernés, mais également des insectes aquatiques (coléoptères, punaises, larves de libellules) et des têtards d’amphibiens. Les poissons capturés sont assommés puis jetés en l’air pour les engager la tête en avant dans le gosier.

Un martin-pêcheur en poste dans les arbustes du bord de l’eau. Béziers (34) 09/02/2021.

Reproduction : les couples se forment en janvier-février. Le nid est creusé par le couple dans la berge des cours d’eau, dans un talus ou une falaise à proximité, parfois dans un terrier de rongeur, toujours dans un terrain argileux ou sablonneux qu’il est possible de creuser avec le bec. Il s’agit d’une galerie généralement rectiligne et légèrement ascendante qui mesure entre 50 cm et un mètre dans la majorité des cas. Pas de matériaux ajoutés, les œufs sont pondus à même le sol dans une chambre de ponte. Celle-ci comporte six ou sept œufs pondus fin avril à début mai. Les deux parents couvent pendant 19 à 21 jours. Les poussins sont nidicoles, nus et aveugles. Ils sont nourris pendant 23 à 26 jours par les deux parents qui doivent ressortir à reculons de la galerie. La nichée s’envole vers la fin du mois de juin, et se disperse, chassée du territoire des parents qui entament une deuxième ponte. Celle-ci verra les jeunes s’envoler en août, ce qui laisse parfois le couple se lancer dans une troisième couvée qui s’envolera en septembre.

Les proies du martin-pêcheur n’excèdent pas 10 cm. Sallenelles (14) 03/01/2017.

REMARQUES : le martin-pêcheur est une espèce protégée, non considérée comme menacée.

RÉFÉRENCES :

Cugnasse, Maurel & Biau, 2001. Les oiseaux du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Editions Rouergue.

Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.

Fitter & Roux, 1971. Guide des oiseaux. Sélection du Reader Digest.

Flitti, Kabouche,Kayser & Olioso, 2009. Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2009. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1973 (1961). Les Passereaux I : du coucou aux corvidés. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.

Harrison, 1975. A field guide to the nests, eggs and nestlings of British and European Birds. Collins.

Hellio & Van Ingen, 1992. Les oiseaux de Brenne. Editions de la Nouvelle République.

Isenmann,1993. Les oiseaux de Camargue. SEO ed.

Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.

Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.

Nature Midi Pyrénées, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Midi-Pyrénées. Delachaux & Niestlé.

Olioso, 1996. Oiseaux de Vaucluse et de la Drôme provençale. C.R.O.P. & C.E.E.P

Perrier, 1924. Faune de France Illustrée, tome X Vertébrés. Delagrave.

Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Reade & Hosking, 1968. Les oiseaux, leurs œufs et leurs nids. Nathan.

Vansteenwegen, 1998. L’histoire des oiseaux de France, Suisse et Belgique. Delachaux & Niestlé.

Vlassis, 1990. Oiseaux en Camargue. Edisud.

SITES SUR LES OISEAUX :

Les oiseaux de France  

L’oiseau libre  

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.