Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.
Quel est cet animal vous aide à déterminer les animaux de tout genre que vous pouvez rencontrer en France et en Europe.

Le grimpereau des jardins

C’est avec ce petit passereau que nous commencerons l’année 2021. Une rencontre fortuite alors que je promenais mon téléobjectif dans un parc public proche de mon domicile pour la dernière journée de 2020. Issu de la parcellisation d’un grand domaine arboré, ce parc héberge des arbres qui ont probablement plus d’un siècle, c’est le milieu idéal pour rencontrer le grimpereau des jardins mais il faut être attentif car même s’il se laisse approcher à quelques mètres, il n’est pas plus gros qu’une souris et il a la couleur de l’écorce.

Certhia brachydactyla C.L.Brehm,1820

Le grimpereau des jardins est un grimpeur très agile qui est capable de progresser sous les branches. Caen (14) 31/12/2020.

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Passeriforme

Famille des Certhiidae

ETYMOLOGIE :

Certhia vient du mot grec χερτιοσ sous lequel Aristote a décrit cet oiseau.

Le nom d’espèce brachydactyla veut dire « aux doigts courts », il s’agit en fait des griffes qui sont plus courtes chez cette espèce que chez l’espèce voisine Certhia familiaris, le grimpereau des bois.

Son nom en anglais est issu de la même constatation, il s’appelle « short-toed treecreeper », le grimpeur des arbres aux orteils courts.

Ces deux espèces sont un exemple de spéciation récente, c’est lors des dernières glaciations que la population de Certhia familiaris a été séparée en deux populations isolées génétiquement qui ont évolué en espèces distinctes, qui aujourd’hui ne peuvent s’hybrider.

C’est sur les troncs rugueux que l’on a le plus de chances de voir le grimpereau des jardins. Caen (14) 31/12/2020.

DESCRIPTION :

            Taille : c’est l’une des plus petites espèces d’Europe, il ne mesure que 12 à 12,5 cm. Il ne pèse que 7 à 10 g.

            Forme, allure : c’est un petit grimpeur très agile. Le ventre est clair, grisâtre vers l’arrière. Le dos est brun moucheté de blanchâtre et de roussâtre, avec une ligne claire au niveau des ailes. Les plumes de la queue, les rectrices, sont rousses et rigides, elles servent d’appui sur le support pour grimper. Ces colorations sont très homochromiques de l’écorce sur laquelle progresse ce petit passereau et le rendent particulièrement discret. Le bec est fin et arqué, il est noir dessus et blanc dessous. Les mâles et les femelles sont semblables.

La distinction avec le grimpereau des bois est très délicate dans les zones où les deux espèces cohabitent. Le grimpereau des bois (Certhia familiaris) n’est pas plus familier, mais il est plus forestier, il a le bec plus court, le ventre plus blanc, c’est surtout leur chant qui les différencie.

Pour écouter le grimpereau des jardins :

Pour écouter le grimpereau des bois :   

            Coloration : brun et blanchâtre.

            Comportement : c’est une espèce strictement arboricole. Il explore les troncs et les branches en partant du bas et en grimpant parfois en spirale et très facilement le ventre en l’air, puis vole jusqu’à la base d’un arbre voisin sans toucher le sol.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Certhia brachydactyla. Caen (14) 31/12/2020.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : l’espèce vit en Europe continentale, elle est absente de Scandinavie et du Royaume-Uni mais son aire s’étend vers l’est jusqu’en Pologne, et plus au sud en Asie mineure et au sud jusqu’en Afrique du nord ouest. C’est une espèce des espèces les plus communes en France, bien que discrète. Ses effectifs pour la France sont de l’ordre de 1 à 3 millions, et probablement jusqu’à 10 millions en Europe.

HABITAT : moins forestier que le grimpereau des bois, le grimpereau des jardins est un oiseau des parcs, des jardins, des vergers, du bocage et des bosquets, principalement de feuillus et avec des vieux arbres. Les troncs lisses sont délaissés.

C’est quand il est de profil sur le tronc que l’on remarque le grimpereau des jardins. Caen (14) 31/12/2020.

PÉRIODE D’OBSERVATION : toute l’année.

BIOLOGIE :

            Alimentation : c’est un insectivore qui recherche dans les fentes d’écorces toutes sortes de petits arthropodes : pucerons, diptères, coléoptères, chenilles et imagos de papillons hétérocères, cloportes, araignées et myriapodes.

Le grimpereau des jardins cherche sa nourriture dans les mousses et les lichens. Caen (14) 31/12/2020.

           Reproduction : le nid est presque toujours construit sous un morceau d’écorce qui se détache du tronc ou dans une fente d’arbre. Les chênes, les charmes et les vieux pommiers sont souvent utilisés. Mais parfois le nid se trouve dans un bâtiment ou un nichoir semi-ouvert. Les couples se forment à la fin de l’hiver. La construction du nid par la femelle commence vers la fin mars, entre 2 et 5 m du sol. La ponte a lieu entre fin avril et début mai et comporte 5 à 6 œufs qui seront couvés par les deux parents pendant une quinzaine de jours avant d’éclore. Les deux parents nourrissent les poussins qui sortent du nid à l’âge de 15 à 16 jours. Ils grimpent hors du nid avant de tenter de s’envoler. Une deuxième couvée se déroule en été (juin-juillet).

De longs doigts munis de griffes et des plumes caudales rigides sont les clés de ses talents de grimpeur. Caen (14) 31/12/2020.

REMARQUES :

Pour rencontrer le grimpereau des jardins, c’est là :

Caen (14). Le parc de la fossette.

RÉFÉRENCES :

Couzens, 2006. Identifier les oiseaux par leur aspect, leur comportement et leur habitat. Artemis.

Cugnasse, Maurel & Biau, 2001. Les oiseaux du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Editions Rouergue.

Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.

Fitter & Roux, 1971. Guide des oiseaux. Sélection du Reader Digest.

Flitti, Kabouche,Kayser & Olioso, 2009. Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2009. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1963. Les Passereaux II : des mésanges aux fauvettes. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.

Harris, Tucker & Vinicombe, 1992. Identifier les oiseaux. Comment éviter les confusions. Delachaux & Niestlé.

Harrison, 1975. A field guide to the nests, eggs and nestlings of British and European Birds. Collins.

Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.

Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.

Nature Midi Pyrénées, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Midi-Pyrénées. Delachaux & Niestlé.

Perrier, 1924. Faune de France Illustrée, tome X Vertébrés. Delagrave.

Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Reade & Hosking, 1968. Les oiseaux, leurs œufs et leurs nids. Nathan.

SITES SUR LES OISEAUX :

Les oiseaux de France

L’oiseau libre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Le grimpereau des jardins”