Le grèbe huppé

Le grèbe huppé est un visiteur commun des plans d’eau bordés de végétation, mais l’hiver c’est plutôt sur le bord de mer et dans les ports qu’on le rencontre. Essentiellement piscivore, c’est un excellent plongeur.

Podiceps cristatus Linnaeus,1758

Grèbe huppé en plumage nuptial. Marquenterre (80) 16/04/2017

POSITION SYSTÉMATIQUE :

Vertébré, Oiseau, Ciconiiformes

Famille des Podicipedidae

ETYMOLOGIE :

Podiceps signifie « qui a les pieds à l’arrière » et cristatus veut dire « avec une crête ».

On nom anglais est « great crested grebe » , le grand grèbe crêté ».

Deux grèbes huppés en plumage internuptial. Bénouville (14) 18/01/2016.

DESCRIPTION :

Taille : c’est le plus grand de nos grèbes d’Europe avec une taille comprise entre 46 et 51 cm. Son envergure atteint 85 à 90 cm.

Forme, allure : c’est un oiseau au corps allongé avec un long cou assez mince. Son bec est long et mince. Son plumage diffère selon les saisons, en période nuptiale (plumage d’été) les deux sexes arborent des sortes « d’oreilles » constituées de plumes rousses et noires, les plumes noires de la tête forment une crête qui peut être dressée ou rabattue, mais le cou et les joues sont blancs. En vol, l’avant de l’aile et les rémiges secondaires sont blancs également. En plumage internuptial (plumage d’hiver) la tête, l’avant et les cotés du cou sont blancs, ainsi que le sourcis, tandis que l’œil est traversé par un trait noir.

Coloration : blanc, noir et roux.

Comportement : c’est un oiseau que l’on voit nager à la surface de l’eau, qui plonge pendant environ une minute pour rechercher sa nourriture. Pour s’envoler, il court sur l’eau et décolle avec des battements d’ailes très rapides, les pattes dépassant à l’arrière du corps.

DÉTAILS À VÉRIFIER :

Podiceps cristatus. Marquenterre (80) 16/04/2017.

AIRE DE RÉPARTITION, STATUT : c’est une espèce que l’on rencontre dans quasiment toute l’Europe à l’exception des zones les plus septentrionales. En France, il est présent partout. C’est une espèce commune, après avoir connu une période de raréfaction au XIXème siècle due à une chasse active d’une part pour ses plumes, d’autre part à cause de sa prédation sur les populations de poissons de pêche.

Les grèbes huppés sont des oiseaux piscivores. Marquenterre (80) 16/04/2017.

HABITAT : c’est une espèce que l’on rencontre en période nuptiale sur des eaux douces avec de la végétation aquatique : lacs, étangs. Lors des migrations et en hiver, on la croise sur les rivages marins et dans les ports.

PÉRIODE D’OBSERVATION : toute l’année, c’est un oiseau sédentaire, nicheur et migrateur partiel.

Pour plonger, le grèbe huppé se projette d’abord hors de l’eau. Ouistreham (14) 16/02/1010.

BIOLOGIE :

Alimentation : c’est une espèce essentiellement piscivore, les petits poissons sont ses proies favorites, avec les mollusques et d’autres invertébrés aquatiques, parfois des végétaux.

Reproduction : le nid, construit su l’eau est un radeau de roseaux ancré aux plantes ou posé sur le fond. Les sexes sont identiques et effectuent une parade nuptiale, sorte de danse où les deux partenaires « dansent » cote à cote, dressés à la verticale. La ponte se déroule entre avril et juillet, elle est constituée de 3 à 5 œufs blanchâtres souvent tachés par la végétation qui se décompose dans le nid. Les œufs sont couvés 25 à 31 jours par les deux parents. Les poussins sont nidifuges et quittent le nid dès l’éclosion. Ils restent au contact des parents sur lesquels ils se posent en cas de danger. Ils seront indépendants au bout de 2 à 3 mois, après avoir appris à plonger. Il peut y avoir 2 nichées la même année.

Les pattes du grèbe huppé sont largement palmées et situées en arrière du corps. Ouistreham (14) 5/01/2015.

REMARQUES : c’est une espèce protégée.

RÉFÉRENCES SUR LES OISEAUX :

Couzens, 2006. Identifier les oiseaux par leur aspect, leur comportement et leur habitat. Artemis.

Coward, 1969. Birds of the British Isles and their eggs. Barnes.

Cugnasse, Maurel & Biau, 2001. Les oiseaux du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Editions Rouergue.

Dubois, Le Maréchal, Olioso & Yésou, 2008. Nouvel inventaire des oiseaux de France. Delachaux & Niestlé.

Fitter & Roux, 1971. Guide des oiseaux. Sélection du Reader Digest.

Flitti, Kabouche,Kayser & Olioso, 2009. Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2009. Delachaux & Niestlé.

Geroudet, 1972 (1959). Les palmipèdes. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Breton, 2012. Atlas des oiseaux nicheurs de Bretagne. Delachaux & Niestlé.

Groupe Ornithologique Normand, 1991. Atlas des oiseaux nicheurs normands. GONm.

Harrison, 1975. A field guide to the nests, eggs and nestlings of British and European Birds. Collins.

Hellio & Van Ingen, 1992. Les oiseaux de Brenne. Editions de la Nouvelle République.

Isenmann,1993. Les oiseaux de Camargue. SEO ed.

Jonsson, 1994. Les Oiseaux d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Nathan.

Mullarney, Svensson, Zetterström & Grant, 1999. Le guide Ornitho. Delachaux & Niestlé.

Olioso, 1996. Oiseaux de Vaucluse et de la Drôme provençale. C.R.O.P. & C.E.E.P

Perrier, 1924. Faune de France Illustrée, tome X Vertébrés. Delagrave.

Peterson, Mountfort, Hollom & Géroudet, 1994 (1ère édition en 1954). Guide des Oiseaux de France et d’Europe. Delachaux & Niestlé.

Reade & Hosking, 1968. Les oiseaux, leurs œufs et leurs nids. Nathan.

Vansteenwegen, 1998. L’histoire des oiseaux de France, Suisse et Belgique. Delachaux & Niestlé.

Vlassis, 1990. Oiseaux en Camargue. Edisud.

SITES SUR LES OISEAUX :

Les oiseaux de France

L’oiseau libre           

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.